22 mai 2024

6 créatrices parisiennes à suivre : Jeanne Friot

Qui sont les créatrices parisiennes à suivre en 2024 ? Numéro a sélectionné six femmes qui façonnent la mode contemporaine. Aujourd’hui, découvrez Jeanne Friot et sa marque queer, genderless et engagée.

Jeanne Friot, une mode queer, genderless et engagée

 

Quand Jeanne Friot a dévoilé sa première collection, lors de la Fashion Week homme à Paris en juin 2022, l’industrie de la mode renaissait de ses cendres après deux années marquées par la pandémie de Covid-19. Ce jour-là, la jeune femme diplômée de l’école Duperré et de l’IFM électrise les sous-sol du Palais de Tokyo avec des looks flamboyants, fabriquées localement à partir de matières upcyclées ou issues de deadstocks. Deux ans plus tard, son jean rebrodé de plumes et son ensemble composé de ceintures – deux pièces qui ont fait sensation – continuent de marquer les esprits. 

 

Suite à ce lancement très remarqué, notamment parce qu’il symbolise un retour à une « vie normale » empreinte de liberté et d’audace, Jeanne Friot s’impose rapidement comme une créatrice de mode à suivre de très près. Et derrière leur style rock, punk, et sexy, inspiré notamment par Vivienne Westwood, ses collections automne-hiver 2023-2024, en hommage aux sorcières, et printemps-été 2024, inspirée par les sirènes, révèlent une vision engagée, qu’elle dissimule tant bien que mal derrière sa nature réservée.

 

Aujourd’hui, alors qu’elle conjugue mode queer et genderless à une démarche durable et un discours sensible, Jeanne Friot, l’une des rares femmes – et la seule Parisienne – inscrites au calendrier de la Fashion Week homme, aux côtés de Bianca Saunders et Grace Wales Bonner, ouvre la voie à une nouvelle génération de créateur.rices de mode. 

 

En témoigne son très acclamé défilé automne-hiver 2024-2025, présenté au Rex Club en janvier dernier. “Toute l’inspiration de ce défilé part de la chanson Loveher de Romy [ du groupe The XX ] qui raconte son histoire avec sa femme ”, raconte Jeanne Friot à Numéro dans une interview post-show. “Ça m’a donnée envie de parler de ma propre histoire d’amour lesbienne, à travers un récit qui serait celui de la mode. Alors j’ai pris le vestiaire de ma compagne et le mien, pour en créer un troisième : le nôtre.

 

Alors qu’elle compte comme une des créatrices de mode parisiennes à suivre en 2024, Jeanne Friot revient sur son parcours à l’occasion d’une interview pour Numéro.

L’interview de la créatrice de mode parisienne Jeanne Friot

 

Quel est votre premier souvenir lié à la mode?
Je pense que mon premier souvenir lié à la mode remonte à l’enfance et à ma grand-mère. Elle m’a transmis un certain goût pour l’allure et les pièces bien faites.

 

À quel moment de votre vie avez-vous décidé de faire carrière dans ce milieu et pourquoi?

D’aussi loin que je m’en rappelle, j’ai toujours voulu exercé ce métier. Je pense que tout a commencé par un amour brut pour le vêtement et l’allure. Puis en grandissant, j’ai compris que la mode était un medium à travers lequel je pouvais réunir tous les arts qui m’intéressaient. Car avoir sa marque implique de partager son univers à 360 degrés, que ce soit par le vêtement, mais aussi la musique ou le maquillage.

 

Votre parcours en quelques mots ?
J’ai étudié à l’école de mode Duperré à Paris, tout en travaillant comme styliste pour différents magazines de mode et artistes de musique français. Finalement, j’ai décidé de revenir à la création de vêtements en intégrant l’Institut Français de la Mode. Après un stage de fin d’études chez Balenciaga, j’ai lancé ma marque.

 

Comment est née l’envie de lancer votre propre marque ?

L’envie de lancer ma marque est née du constat qu’en tant que femme lesbienne, je ressentais une frustration face au manque de représentation, mais aussi d’une volonté de créer de nouveaux modèles. Une manière innovante de concevoir des collections en utilisant uniquement des tissus upcyclés ou issus de deadstocks, tout en prônant une mode qui sortirait de la binarité du genre en incarnant un endroit safe et politique.

Comment décririez-vous le style de vos collections?

Engagé, coloré et audacieux.

 

Que voulez-vous transmettre comme message à travers vos vêtements ?

Je considère que chaque collection raconte une histoire tout en étant politique, et chaque vêtement révèle une puissance qui peut être défensive, protectrice ou provocatrice. Pour moi, ce qui compte vraiment est que nos vêtements s’adaptent à tous les corps et ne laissent pas indifférents.

 

Depuis que vous avez lancé votre marque, avez-vous vécu un moment dont vous êtes particulièrement fière?

Oui j’imagine que le premier moment d’adrénaline dont je me souviennes c’est lorsqu’on a eu une demande du styliste de Madonna pour lui faire une robe ceinture, qu’on l’a réalisée en une nuit, et qu’elle l’a portée !

 

En tant qu’entrepreneuse dans la mode, quel est le plus gros challenge auquel vous êtes confrontée ?

Je pense qu’actuellement, en tant que marque lancée pendant la pandémie de Covid-19, c’est un moment particulier. Les effets de cette crise pèsent encore sur le contexte économique de la mode, et les jeunes créateurs.trices sommes les premiers touchés et impactés. Je dirai que le plus gros challenge est de pouvoir se développer économiquement et pouvoir continuer à produire des collections et faire des défilés !

 

Jeanne Friot est disponible sur www.jeannefriot.com

 

A lire aussi sur Numéro.com :

6 créatrices parisiennes à suivre : Alfie par Alice Fresnel

6 créatrices parisiennes à suivre : Rescha par Charlotte Chowdhury

6 créatrices parisiennes à suivre : Minuit par Laurie Arbellot

6 créatrices parisiennes à suivre : Alter Designs par Pauline Ducruet

6 créatrices parisiennes à suivre : Olistic The Label par Camille Jaillant

6 créatrices parisiennes à suivre : Jeanne Friot