Advertising
Advertising
10 Janvier

Stefano Pilati x Birkenstock: des sandales fourrées ou imprimées

 

À l'occasion du 97ème Salon Pitti Uomo, le créateur italien Stefano Pilati a lancé son nouveau projet : une collection conçue avec Birkenstock qui revisite la mythique sandale Arizona. 

par La rédaction

1/13
2/13
3/13
4/13
5/13
6/13
7/13
8/13
9/13
10/13
11/13
12/13
13/13
  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

  • Hier soir, à l'occasion du 97ème Pitti Uomo - salon de mode masculine à Florence - le créateur italien Stefano Pilati a présenté sa première collection pour son nouveau label Random Identities. Celui fut en charge des collections Yves Saint Laurent de 2004 à 2012 a imaginé une collection conçue avec Birkenstock : il revisite le célèbre modèle Arizona, qu'il décline dans trois versions fourrées et imprimées et dotées d'un élastique. Rencontre. 

     

    Numéro : Pourquoi avez-vous choisi de revisiter la sandale Arizona ?

    Stefano Pilati : C'est l'un des modèles les plus emblématiques de Birkenstock. Comment pourrais-je ne pas la choisir ? Le processus de conception était assez simple : j'ai dessiné une collection puis avec Birkenstock nous avons développé les idées.

     

    Comment est venue l'idée des imprimés ?

    Le concept de la collection repose sur des modèles que je voudrais porter moi-même. Les imprimés et les matériaux reflètent mon propre style et celui de mon nouveau label Random Identities.

     

    Vous avez ajouté un élastique à la sandale. Pourquoi ?

    Nous l'avons repensée pour y ajouter une nouvelle fonctionnalité : un élément élastique, signature de Random Identities.  Je voulais intervenir sur le design original, lui donner une touche contemporaine tout en gardant intacte la fonctionnalité orthopédique de Birkenstock.

            

    Pourquoi souhaitiez-vous collaborer avec Birkenstock ?

    Leur style est emblématique. Et leur histoire et leur héritage sont considérables : c'est ce qui m'a encouragé à collaborer avec eux. Il est important que mes collaborateurs partagent les mêmes principes imposés à ma marque : qualité, expertise, vision et mode. Des éléments très importants, à mon sens, lors d’un travail en synergie.

     

Advertising

NuméroNews