Advertising
Advertising
18 Mars

Quand l'art s'invite sur les défilés : Raf Simons et Sterling Ruby

 

Dès l’apparition de la haute couture, la mode et l’art ont tissé des liens étroits, comme en témoignent la collaboration d’Elsa Schiaparelli avec Salvador Dali ou encore les robes Yves Saint Laurent en hommage à Piet Mondrian. Depuis une dizaine d’années, la relation entre ces deux disciplines s’intensifie avec pour nouveau terrain de rencontre les défilés de mode. Ainsi, au sein de ces espaces éphémères où sont présentées les nouvelles collections, artistes contemporains et designers signent des installations extraordinaires et mémorables. Aujourd’hui, retour sur des décors imaginés par Sterling Ruby pour les défilés Raf Simons et Calvin Klein.

 

par Léa Zetlaoui

Raf Simons et Sterling Ruby : Raf Simons automne-hiver 2014-2015
Raf Simons et Sterling Ruby : Raf Simons automne-hiver 2014-2015
  • Depuis leur rencontre en 2005, le duo formé par le créateur belge Raf Simons et l’artiste germano-américain Sterling Ruby s’impose comme l’un des plus prolifiques en matière de relation art et mode. L'un de ses exemples les plus marquants demeure les deux robes bustier fabriquées à partir de toiles verte et rose passés à l’acide – procédé signature de Sterling Ruby – pour la première collection Dior haute couture signée Raf Simons pour l’automne-hiver 2012.

     

    Aujourd’hui Sterling Ruby est à l’art contemporain ce que Raf Simons est à la mode : une star respectée, voire adulée dans son domaine. Pourtant, l’artiste qui apparaît en couverture du dernier Numéro art est loin de se revendiquer comme tel. Davantage proche de l’underground et des contre-cultures made in LA, Sterling Ruby signe une œuvre prolifique puissante au sein de laquelle se croisent sculptures, peintures, céramiques, textiles, collages et vidéos et qui mêle avec force des références à l’histoire de l’art, l’artisanat et l'esthétique industrielle. Une hybridation qui rappelle fortement celle de Raf Simons, qui étudia le design industriel avant de se tourner vers la mode et dont les collections complexes aux coupes minimalistes et aux détails punk intègrent régulièrement des références subtiles à l’art et à l’architecture.

     

    Illustration parfaite de la rencontre de leurs démarches, le défilé automne-hiver 2014 du label Raf Simons s'inscrit comme un long hommage artistique entre le créateur belge et Sterling Ruby, du set design composé de boudins habillés de drapeaux américains – l'un des sujets de prédilection de l'artiste – aux vêtements mouchetés de couleurs et aux patchs abstraits, jusqu'à la musique du groupe Pink Floyd qui rythme la présentation. Une fois arrivé à la direction artistique de Calvin Klein en 2016, Raf Simons convie tout naturellement son ami artiste à réinterprèter l’héritage américain de ce label iconique. Ainsi, Sterling Ruby repense le showroom parisien de la maison américaine ainsi que la boutique new-yorkaise à la lueur d’un partenariat avec la fondation Andy Warhol. Il signe également les décors de deux défilés, l'un pour la saison printemps-été et l’autre pour l'automne-hiver 2018. Le premier composé de sculptures en tissu, de franges de laine et petits mobiles pendus au plafond, évoque l'artisanat textile et l'esthétique industrielle si chers à Sterling Ruby tandis que le second, relevant davantage du paysage dystopique, intégrait des scultpures géantes signées Ruby.

     

    Avant cela, le duo avait proposé une collection à quatre mains sous le nom Raf Simons/Sterling Ruby en 2009. 10 ans plus tard, comme une prolongation naturelle de sa démarche créative, l'artiste se lance finalement en solo dans la mode avec une première collection présentée au Pitti Uomo à Florence qui synthétise en une cinquantaine de looks son œuvre : l’Amérique profonde mâtinée de cultures punk. De son côté, Raf Simons, qui a quitté Calvin Klein en 2018, vient de rejoindre la maison Prada en tant que co-directeur créatif.

Raf Simons et Sterling Ruby : Calvin Klein automne-hiver 2018-2019

Raf Simons et Sterling Ruby : Calvin Klein printemps-été 2018.

Advertising

NuméroNews