Une fissure dans le marbre, la tête d’une statue décapitée, du liquide bleu lui coulant des yeux et de la bouche, lequel se mêle ensuite à du sang, formant le drapeau tricolore… Puis une phrase énigmatique : “Pouvoir aux 99%, mort aux 1%”. Voilà le message transmis par la bande-annonce graphique de la nouvelle série française La Révolution, produite par la plateforme Netflix. Dévoilées symboliquement le jour de la fête nationale française – commémorant la prise de la Bastille en 1789 et la fin de la monarchie absolue – les toutes premières images de la saison 1 de la série historique et fantastique promettent huit épisodes sanglants.

 

 

Après Marianne, Osmosis ou Le Bazar de la Charité (2019), Netflix dévoile une nouvelle production française. Réalisée par Aurélien Molas (Une Île, Furie) et Gaïa Guasti, la première saison de La Révolution se déroule sous l’Ancien Régime et explore les prémices de la chute de la monarchie absolue. Entremêlant personnages historiques et fiction fantastique, la série suit Joseph Ignace Guillotin – médecin et homme politique à l’origine de l’utilisation de la guillotine comme unique mode d’exécution – dans sa découverte d’une mystérieuse épidémie qui se répand au sein de la cour du roi de France. Outre rendre leur sang bleu, ce virus pousse les aristocrates à s’en prendre au peuple.

 

 

Avec Amir El Kacem dans le rôle de Joseph Guillotin, Marilou Aussiloux dans celui d’Élise de Montargis, Lionel Erdogan dans la peau d’Albert Guillotin et Isabel Gonzalez pour le personnage de Katell, la série dépeint la lutte entre les sangs bleus (aristocratie) et les sangs rouges (tiers états) sous l’angle métaphorique d’un pouvoir rongeant la monarchie française. Entièrement tournée à Versailles, la série sera diffusée à partir d’octobre prochain sur Netflix.

 

 

La Révolution (2020), disponible en octobre sur Netflix.