Advertising
160

L'immense photographe Stephen Shore célébré à Arles

 

Alors que Stephen Shore est célébré aux Rencontres d’Arles cet été à travers une rétrospective, Numéro publie une sélection de ses photographies mythiques avant la parution d'un entretien exclusif dans le Numéro d'août, en kiosque le 23 juillet.

La rétrospective consacrée à Stephen Shore par les Rencontres photographiques d’Arles cet été propose une plongée vivace dans une œuvre magnifique, prolifique et intense, menée par un photographe de légende né en 1947 à New York. On ne pourra dire mieux : elle est incontournable. “J’espère surtout que cette rétrospective initiée à Madrid à la Fondation Mapfre ne sera pas un enterrement de première classe, s’amuse l’Américain. Je n’en suis qu’à la moitié de ma carrière.

 

Winslow, Arizona, September 19, 2013 (printed 2014), Chromogenic color print. Courtesy 303 Gallery, New York.

Home of Rakhil Rusakovskaya, Kiev, Ukraine, July 28, 2012 (printed 2014), Chromogenic color print. Courtesy 303 Gallery, New York.

Une carrière qui l’a mené à travers les États-Unis et le monde (l’Ukraine et Israël récemment) autant qu’à travers l’usage de différents formats et techniques dont la maîtrise impressionnante et la multiplicité ont participé à forger sa légende. Technicien hors pair de la photographie, il en est aussi l’un des théoriciens incontournables. Stephen Shore, via ses séries cultes Surfaces américaines et Uncommon Places initiées au début des années 70, a participé à élever la photographie couleur au niveau de respectabilité du noir et blanc des grands maîtres dont il n’ignorait rien, Walker Evans et Robert Frank. Ces deux séries issues de road-trips initiatiques à travers l’Amérique profonde, ses paysages baignés de soleil, ses lieux insolites et ses ambiances bizarres ne forment certes pas toute son œuvre, mais sont une porte d’entrée idéale pour sa compréhension.

U.S. 10 Post Falls, Idaho, August 25, 1974 (printed 2014), Chromogenic color print. Courtesy 303 Gallery, New York.

L’homme y fait preuve d’un attrait singulier pour la lumière solaire, ce à quoi on le réduit trop souvent. Surtout, chacun de ses clichés est empreint d’une grande spiritualité, au-delà de son caractère documentaire. Ce qu’on oublie souvent. Car c’est bien par sa manière unique de capter l’esprit des lieux que Stephen Shore brille. Chaque photo transmet le frisson du vent, l’émotion de son auteur face à un paysage, son état d’esprit.

Winslow, Arizona, September 19, 2013 (printed 2014), Chromogenic color print. Courtesy 303 Gallery, New York.

On y sent l’odeur des champs, l’étrangeté des intérieurs de ces maisons de l’Amérique perdue. Cette magie de la photo de Shore, on la retrouvera donc sans surprise quand le photographe reviendra au noir et blanc (auquel il s’était essayé lors de ses années passées à la Factory d’Andy Warhol) à travers de grands panoramiques de New York, ou dans une série plus récente, et en couleurs, issue d’un voyage en Ukraine en 2012 et 2013. Toujours, Stephen Shore se fait archéologue du présent. Il traverse le monde à sa recherche, en choisit les traces les plus signifiantes à ses yeux pour leur offrir un peu d’éternité. Sur papier glacé. Ou désormais sur Instagram…

 

Par Thibaut Wychowanok

 

Retrouvez l'interview de Stephen Shore dans le Numéro d'août, en kisoque le 23 juillet.

 

Exposition Stephen Shore, aux Rencontres de la photographie d’Arles (espace Van Gogh), jusqu’au 20 septembre. www.rencontres-arles.com

Broad Street, Regina, Saskatchewan , August 17, 1974 (printed 2014), Chromogenic color print. Courtesy 303 Gallery, New York.

 

Merced River,Yosemite National Park, California, August 13, 1979 (printed 2014), Chromogenic color print. Courtesy 303 Gallery, New York.

La photographe Harley Weir livre sa vision de la masculinité
996

La photographe Harley Weir livre sa vision de la masculinité

Numéro art Mouvement #MeToo, gender-fluidité... L’air du temps est à la redéfinition de l’identité masculine et de ses stéréotypes. Alors qu’une passionnante exposition londonienne s’intéressait au sujet en début d’année, la photographe Harley Weir livre à Numéro art sa vision du mâle. Imparfait, vulnérable, sensible, ambigu. Mouvement #MeToo, gender-fluidité... L’air du temps est à la redéfinition de l’identité masculine et de ses stéréotypes. Alors qu’une passionnante exposition londonienne s’intéressait au sujet en début d’année, la photographe Harley Weir livre à Numéro art sa vision du mâle. Imparfait, vulnérable, sensible, ambigu.

Un an, 365 photos : le projet fou de 3 photographes contemporaines
800

Un an, 365 photos : le projet fou de 3 photographes contemporaines

Photographie Elles s'appellent Zhong Lin, Zanele Muholi et Atsuko Morita. Toutes trois ont fait le choix, à leur manière, de créer des séries de 365 photographies, à l'image des jours et du temps qui passe.  Elles s'appellent Zhong Lin, Zanele Muholi et Atsuko Morita. Toutes trois ont fait le choix, à leur manière, de créer des séries de 365 photographies, à l'image des jours et du temps qui passe. 

Advertising
Serge Anton immortalise la sagesse africaine
777

Serge Anton immortalise la sagesse africaine

Photographie Depuis plus de 30 ans, le photographe franco-belge Serge Anton sillonne l’Afrique à la recherche de visages marqués par le temps, empreints d’une spiritualité saisissante. Quelques jours après son exposition au sein de la galerie éphémère La Maison, située sur la presqu’île de Deauville, retour sur l’incroyable travail de ce photographe de terrain qui se raconte comme un récit de voyage. Depuis plus de 30 ans, le photographe franco-belge Serge Anton sillonne l’Afrique à la recherche de visages marqués par le temps, empreints d’une spiritualité saisissante. Quelques jours après son exposition au sein de la galerie éphémère La Maison, située sur la presqu’île de Deauville, retour sur l’incroyable travail de ce photographe de terrain qui se raconte comme un récit de voyage.

“Une nuit à Khartoum” : une série exclusive de Saad Eltinay
996

“Une nuit à Khartoum” : une série exclusive de Saad Eltinay

Numéro art Depuis la chute du régime sanguinaire d’Omar el-Béchir, il y a un an, le Soudan vit une nouvelle ère. La pauvreté est toujours là, l’avenir politiquement et économiquement incertain, mais les mentalités évoluent. Identité, sexualité, liberté... Les aspirations de la jeunesse de Khartoum ont inspiré au photographe Saad Eltinay cette série réalisée pour Numéro art. Il y déploie sa vision sensible d’un monde en transition Depuis la chute du régime sanguinaire d’Omar el-Béchir, il y a un an, le Soudan vit une nouvelle ère. La pauvreté est toujours là, l’avenir politiquement et économiquement incertain, mais les mentalités évoluent. Identité, sexualité, liberté... Les aspirations de la jeunesse de Khartoum ont inspiré au photographe Saad Eltinay cette série réalisée pour Numéro art. Il y déploie sa vision sensible d’un monde en transition

Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg et Sebastian sous l'objectif de Jean-Baptiste Mondino
152

Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg et Sebastian sous l'objectif de Jean-Baptiste Mondino

Photographie Tel un alchimiste, Jean-Baptiste Mondino a le don de capturer la fascinante beauté des stars de la musique pour donner naissance à des clichés cultes et intemporels. On connaît bien sûr ses collaborations mythiques avec les plus grands, de Prince à Madonna, en passant par Vanessa Paradis... Inspiré par ces talents exceptionnels qui façonnent notre époque, le grand photographe et réalisateur français compose une iconographie qui exalte la personnalité et la singularité de chacun. L’artiste, ami fidèle de Numéro, dévoile ici un portfolio exclusif des esprits les plus captivants d’aujourd’hui, parmi lesquels figurent en bonne place Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg ou encore Christine and the Queens. Tel un alchimiste, Jean-Baptiste Mondino a le don de capturer la fascinante beauté des stars de la musique pour donner naissance à des clichés cultes et intemporels. On connaît bien sûr ses collaborations mythiques avec les plus grands, de Prince à Madonna, en passant par Vanessa Paradis... Inspiré par ces talents exceptionnels qui façonnent notre époque, le grand photographe et réalisateur français compose une iconographie qui exalte la personnalité et la singularité de chacun. L’artiste, ami fidèle de Numéro, dévoile ici un portfolio exclusif des esprits les plus captivants d’aujourd’hui, parmi lesquels figurent en bonne place Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg ou encore Christine and the Queens.

Tout savoir sur la photographie en 5 documentaires Arte
777

Tout savoir sur la photographie en 5 documentaires Arte

Photographie Robert Mapplethorpe, Robert Doisneau, F. C. Gundlach, Willy Ronis, Dorothea Lange ou encore Martin Parr, la chaîne Arte célèbre la photographie sous tous les angles avec une série de documentaires programmés suite à l’annulation de la 51ème édition des Rencontres d’Arles. Robert Mapplethorpe, Robert Doisneau, F. C. Gundlach, Willy Ronis, Dorothea Lange ou encore Martin Parr, la chaîne Arte célèbre la photographie sous tous les angles avec une série de documentaires programmés suite à l’annulation de la 51ème édition des Rencontres d’Arles.