Numero

217


Commandez-le
Numéro

Le défilé Westwood automne-hiver 2020-2021

Fashion Week

Au cœur de l'Hôtel de Ville, le styliste autrichien Andreas Kronthaler – digne héritier de Vivienne Westood – à prouvé, une nouvelle fois, qu'il est le seul à pouvoir s'approprier et réinterpréter les codes de la maison britannique. À l'occasion, il met en scène un univers à la croisée des costumes d'époque très british de Downtown Abbey et des tenues de cavaliers dans Game of Thrones

1/51

Après avoir manifesté pour le lanceur d'alerte Julian Assange (dont le procès se tient actuellement au Royaume-Uni) à la Fashion Week de Londres, et avoir fait des problèmes liés au changement climatique le coeur de ses collections – et plus encore, de ses combats personnels –, Vivienne Westwood, 78 ans, semble plus que jamais d'humeur vindicative. À travers ses créations, son héritier Andreas Kronthaler, se montre déterminé à la suivre dans son sillage.

 

Et alors que Bella Hadid en mariée armée d'une dague (rappelant étrangement Les Noces Pourpres, un épisode de la série Game of Thrones, où l'ont aurait préféré voir la marié armée d'un couteau plutôt qu'assasinée) clotûre son défilé automne-hiver 2020-2021, le créateur autrichien à la tête des collections Vivienne Westwood depuis 2016 va encore plus loin vers le spectaculaire et le poignant. Cette saison, il mène l'élégance et le chic à leurs paroxysmes, tout en maintenant au goût du jour les costumes d'époque et le caractère subvertifs des créations de la maison britannique.

 

D'une main de maître, Andreas Kronthaler mèle le doux et le reconfortant – bermudas en tissus drapés, robes amples, totals looks en soie et doudounes XXL – à un style beaucoup plus percutant et revendicatif, presqu'agressif : énormes chaussures Buffalo, colliers rappelant les fils barbelés, chaînes autour de la taille, du cou ou en boucles d'oreille, foulards sur la tête qui masquent la vision), dagues accrochées à des ceintures sur les hanches et capes noires tagguées de rose ou vert fluo. Et tandis qu'une musique électronique angoissante de la new-yorkaise No Bra résonne au coeur de l'Hôtel de Ville, le punk se mêle à l'ordre et au sérieux : cinq looks faits de longs manteaux, de casquettes, de combinaisons bustiers ou de robes de soirée entièrement bleus roi, rappellent celles des uniformes des gardes de la royauté en France au XVIe siècle. 

Lire aussi

loading loading