Ce sont donc aussi bien les couleurs et les textures que les silhouettes peintes par Amoako Boafo qui ont fait germer dans l’esprit de Kim Jones sa nouvelle collection. Le créateur reprend ici des tonalités douces et lumineuses – corail, jaunes et bleu pastel, gris clair, lilas ou encore vert anis – que l’on retrouve sur les vêtements ou les fonds peints par l’artiste, tandis que ses silhouettes cintrées par des ceintures tricolores, où de nombreux shorts sont mêlés à des chemises et des vestes aux épaules amples et des pantalons affûtés allongent leurs jambes, reprennent l’allure gracieuse qui caractérise les sujets de ses toiles. L’une des peintures favorites de Kim Jones, qui représente un jeune homme dans une chemise couvertes de lierres, est reprise littéralement par le créateur tandis qu’un autre visage masculin peint par l’artiste est directement intégré à un épais pull en fourrure. Quant au monogramme Dior, il apparaît discrètement sur des pulls et des chaussettes pour se fondre élégamment dans ce vestiaire porteur d’une masculinité très contemporaine.

 

 

Dans une vidéo réalisée par Dior, où Amaoko Boafo et Kim Jones s’expriment tous deux sur leur collaboration, les toiles et les silhouettes se superposent, se croisent et s’entrechoquent, afin d’illustrer au mieux cette rencontre créative fructueuse. Comme une référence indéfectible à Monsieur Dior, les fleurs font leur apparition sur les pièces qu’elles illuminent brodées avec des sequins, mais également dans les mains des mannequins. Une mise en scène qui reflète donc aussi bien la délicatesse et la sensibilité des peintures d’Amoako Boafo que le vent nouveau insufflé par Kim Jones à la maison française depuis maintenant deux ans.