Numero

218


Commandez-le
Numéro

De quel célèbre artiste new-yorkais s’inspire la nouvelle Barbie ?

Art

Après Keith Haring et Andy Warhol, la société de jeux Mattel célèbre une nouvelle figure du monde de l’art qui n’est autre que le peintre underground et maître du graffiti Jean-Michel Basquiat. Dévoilée en avril dernier aux États-Unis, la célèbre poupée Mattel est désormais disponible en France.

Estate of Jean-Michel Basquiat licensed by Artestar New York.

Costume oversize couvert de graffitis colorés, dreadlocks, couronne dorée… c'est une allure emblématique qu'a réinterprété la société de jeux Mattel pour la création de sa nouvelle Barbie. Imaginée à l’effigie de l’artiste-peintre Jean-Michel Basquiat, pionnier de l’art underground new-yorkais, la Barbie x Basquiat naît de la collaboration entre l’agence new-yorkaise Artestar en charge des droits de l’artiste et du designer Carlyle Nuera, responsable de la collection Barbie Signature pour Mattel. Car depuis sa création il y a soixante ans, l’incontournable poupée a adopté une multitude de corps de métiers et s'est réincarnée en de nombreuses personnalités publiques, des artistes Keith Haring et Andy Warhol auxcréateurs Donatella Versace et Karl Lagerfeld, en passant par la mannequin et activiste Adwoa Aboah

 

Ici, l'hommage de Barbie à Jean-Michel Basquiat retranscrit le look iconique du prince de Brooklyn en une figurine arty. “Il avait l’habitude de porter des costumes, parfois même peignait avec, donc j’ai vêtu Barbie d’un costume, lui donnant une coupe oversize évoquant l’atmosphère des années 1980, années qui ont marqué l’apogée de Basquiat”, explique Carlyle Nuera dans un post Instagram dévoilant le visage de la nouvelle Barbie. Pour se faire, le designer de la ligne “Barbie Signature” de Mattel a recréé une version 3D de la célèbre couronne jaune en 2D, présente régulièrement dans les œuvres de Jean-Michel Basquiat et devenue un emblème de l’artiste. Le costume de la Barbie met quant à lui à l’honneur la carrière artistique du peintre en rassemblant des imprimés de ses œuvres telles que Untitled (Skull) (1981), Self-Portrait (1984) ou Red King (1981). On y lit également la signature “SAMO” pour “Same all Shit” (“Toujours la même merde”), pseudonyme sous lesquels Jean-Michel Basquiat taguait les murs de Brooklyn à l’âge de 15 ans. Dévoilée en avril dernier aux États-Unis, la poupée Signature Barbie x Basquiat est désormais disponible en France.

 

Signature Barbie x Basquiat, disponible ici.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par carlyle nuera (@carlylenuera) le

Lire aussi

  • 11
    Mode

    Adwoa Aboah dévoile la Barbie à son effigie

  • Un dessin rare de Jean-Michel Basquiat estimé à 10 millions de dollars

    Ce jeudi 2 juillet, la maison Phillips organise une vente de quelques œuvres des plus grands artistes du XXe siècle. Parmi cette impressionnante collection se détache un dessin de Jean-Michel Basquiat réalisé un an avant sa mort et estimé à 10 millions de dollars. Une partie des bénéfices de sa vente seront d'ailleurs reversés à l'association The Art of Justice Fund, qui lutte contre l'incarcération de masse. 

    JEAN-MICHEL BASQUIAT, “Victor 25448” (réalisé en 1987). Acrylique, bâton de peinture à l'huile, cire et crayon sur canvas, 182.9 x 332.7 cm

    Gerhard Richter, David Hammons, Banksy, Charles White, Joan Mitchell ou encore KAWS… Pour sa nouvelle vente aux enchères concentrée sur l'art moderne et contemporain, la maison Phillips propose des œuvres de plusieurs des plus grands artistes des XXe et XXIe siècles. Parmi ces vingt lots impressionnants qui passeront sous le marteau ce jeudi 2 juillet, on découvre notamment une pièce de Jean-Michel Basquiat baptisée Victor 25448. Réalisée en 1987, elle est l’un des plus grands dessins du jeune peintre qui utilisait alors le papier comme le support de ses expérimentations picturales.

     

    Au long de sa courte vie d’artiste, cependant très productive, Jean-Michel Basquiat a placé sa peinture sous l'égide de sa propre condition d'homme noir installé aux États-Unis, proclamant violemment sa haine du racisme. Réalisé seulement un an avant la mort prématurée de son auteur, Victor 25448 rassemble dans sa composition les éléments récurrents de la peinture de Basquiat : les champs colorés, les logos, les jeux de mots, la peinture figurative et les symboles. Peint en majuscules comme des slogans, le mot IDEAL est répété trois fois : serait-ce là une référence au géant américain du jouet ou une dénonciation du marché de l’art ? Le peintre disparu à l’âge de 27 ans a sans doute emporté avec lui la réelle signification de l’œuvre, qui demeure néanmoins un témoignage de son engagement. Si son message semble moins directement incisif que d’autres œuvres telles que Slave Auction (1982), Victor 25448 dessine pourtant le désespoir du jeune New Yorkais face à la mort de son proche ami, Andy Warhol, advenue quelques mois plus tôt. De plus en plus isolé, Jean-Michel Basquiat s’enfonce alors dans l’alcool et l’héroïne. Désemparé, l’homme en bas à droite pourrait dès lors être un portrait de l’artiste lui-même.

     

    Aujourd'hui issu d'une collection privée, le dessin est désormais estimé à la somme colossale de 10 millions de dollars – un montant qui pourrait bien être dépassé ce jeudi par les plus offrants. En réaction au contexte actuel de lutte contre le racisme aux Etats-Unis et dans le prolongement de l'engagement de Jean-Michel Basquiat, Phillips reversera une partie des bénéfices de sa vente à l’association The Art of Justice Fund. Créé en 2017 par la philanthrope américaine Agnes Gund, ce fonds s’est donné la mission de lutter contre l’incarcération de masse aux États-Unis, touchant principalement les hommes Afro-Américains, mais également de soutenir de jeunes artistes grâce à des bourses. 

     

    20th Century and Contemporary Art Evening Sale, vente ce jeudi 2 juillet 2020 à Phillips New York.

  • 17
    Mode

    Une photo de Warhol et Basquiat inspire la nouvelle collaboration Saint Laurent

loading loading