Advertising
Advertising
06 Juillet

De quel célèbre artiste new-yorkais s’inspire la nouvelle Barbie ?

 

Après Keith Haring et Andy Warhol, la société de jeux Mattel célèbre une nouvelle figure du monde de l’art qui n’est autre que le peintre underground et maître du graffiti Jean-Michel Basquiat. Dévoilée en avril dernier aux États-Unis, la célèbre poupée Mattel est désormais disponible en France.

Par Emma Naroumbo Armaing

Estate of Jean-Michel Basquiat licensed by Artestar New York.

Costume oversize couvert de graffitis colorés, dreadlocks, couronne dorée… c'est une allure emblématique qu'a réinterprété la société de jeux Mattel pour la création de sa nouvelle Barbie. Imaginée à l’effigie de l’artiste-peintre Jean-Michel Basquiat, pionnier de l’art underground new-yorkais, la Barbie x Basquiat naît de la collaboration entre l’agence new-yorkaise Artestar en charge des droits de l’artiste et du designer Carlyle Nuera, responsable de la collection Barbie Signature pour Mattel. Car depuis sa création il y a soixante ans, l’incontournable poupée a adopté une multitude de corps de métiers et s'est réincarnée en de nombreuses personnalités publiques, des artistes Keith Haring et Andy Warhol auxcréateurs Donatella Versace et Karl Lagerfeld, en passant par la mannequin et activiste Adwoa Aboah

 

Ici, l'hommage de Barbie à Jean-Michel Basquiat retranscrit le look iconique du prince de Brooklyn en une figurine arty. “Il avait l’habitude de porter des costumes, parfois même peignait avec, donc j’ai vêtu Barbie d’un costume, lui donnant une coupe oversize évoquant l’atmosphère des années 1980, années qui ont marqué l’apogée de Basquiat”, explique Carlyle Nuera dans un post Instagram dévoilant le visage de la nouvelle Barbie. Pour se faire, le designer de la ligne “Barbie Signature” de Mattel a recréé une version 3D de la célèbre couronne jaune en 2D, présente régulièrement dans les œuvres de Jean-Michel Basquiat et devenue un emblème de l’artiste. Le costume de la Barbie met quant à lui à l’honneur la carrière artistique du peintre en rassemblant des imprimés de ses œuvres telles que Untitled (Skull) (1981), Self-Portrait (1984) ou Red King (1981). On y lit également la signature “SAMO” pour “Same all Shit” (“Toujours la même merde”), pseudonyme sous lesquels Jean-Michel Basquiat taguait les murs de Brooklyn à l’âge de 15 ans. Dévoilée en avril dernier aux États-Unis, la poupée Signature Barbie x Basquiat est désormais disponible en France.

 

Signature Barbie x Basquiat, disponible ici.

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par carlyle nuera (@carlylenuera) le

Advertising

NuméroNews