Numero

Quels sont les films sélectionnés cette année à Cannes?

Cinéma

Même si l’événement n’aura pas lieu sur la Croisette cette année, les organisateurs du festival ont tenu à présenter une sélection de 56 films, sélectionnés à partir de 2 067 œuvres, une grande première dans l’histoire de Cannes.

Peninsula - Yeon Sang-ho

Par deux fois, le Festival de Cannes a été annulé. La première, pour cause évidente de Seconde Guerre Mondiale. La deuxième a été initiée par Jean-Luc Godard, en soutien aux événements de mai 68. Mais aujourd’hui, le festival refuse catégoriquement de se laisser abattre. “Il n’a jamais été question pour nous d’annuler” répète dans un communiqué de presse Thierry Frémeaux, son délégué général. À la place, les organisateurs souhaitent que la sélection des films donne envie aux spectateurs de retourner dans les salles de cinéma, lors de leur réouverture en France le 22 juin. Pas de palmarès toutefois pour cette édition si particulière, mais un “label” dont pourront se prévaloir les films sélectionnés. Les catégories officielles “Compétition”, “Un certain regard”, “Hors compétition”, “Séances de minuit”, et “Séances spéciales” sont, quant à elles, remplacées par d’autres mentions telles que : “Les fidèles”, “Les nouveaux venus”, “Premiers films”, etc.

 

Alors quels sont les films sélectionnés ? Tout d’abord, le Festival enregistre cette année son plus grand nombre de candidats. 2 067 films ont été visionnés par les organisateurs, contre 1 945 en 2019. Parmi eux, un tiers sont des films français. On retrouve notamment ADN (DNA) de Maïwenn, Des Hommes, de Lucas Belvaux ou encore Les Deux Alfred, de Bruno Podalydès. Les premiers longs-métrages sont aussi mis à l’honneur : quinze au total, dont notamment 16 printemps, de Suzanne Lindon, Garçon chiffon, de Nicolas Maury, ou encore, et non sans surprise, Falling, de Viggo Mortensen.

 

La catégorie des “fidèles” revêt un caractère particulier en comprenant pas un, mais deux films de Steve McQueen : Lovers Rock et Mangrove. Aux côtés du réalisateur américain, on retrouve notamment des habitués du Festival de Cannes comme Wes Anderson, François Ozon, Naomi Kawase, Yeon Sang-ho ou encore Thomas Vinterberg. Dans la catégorie documentaire, les spectateurs pourront découvrir le poignant 9 jours à Raqqa de Xavier de Lausanne, ou encore, sur un ton plus léger, The Truffle Hunters, de Michael Dweck.

“Garçon Chiffon” de Nicolas Maury.

Découvrez la liste complète de la sélection :

 

Les Fidèles (déjà venus au moins une fois en compétition officielle)

 

The French Dispatch, de Wes Anderson

Eté 85, de François Ozon

Asa ga Kuru (True Mothers), de Naomi Kawase

Lovers Rock, de Steve McQueen

Mangrove, de Steve McQueen

Drunk (Another Round), de Thomas Vinterberg

ADN (DNA), de Maïwenn

Last Words, de Jonathan Nossiter

Heaven : To The Land of Happiness, d’Im Sang-soo

El olvido que seremos, de Fernando Trueba

Peninsula, de Yeon Sang-ho

In the Dusk (Au crépuscule), de Sharunas Bartas

Des hommes, de Lucas Belvaux

The Real Thing, de Koji Fukada

 

Les nouveaux venus

 

Passion simple, de Danielle Arbid

A Good Man, de Marie-Castille Mention-Schaar

Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait, d’Emmanuel Mouret

Souad, d’Ayten Amin

Limbo, de Ben Sharrock

Rouge (Red Soil), de Farid Bentoumi

Sweat, de Magnus von Horn

Teddy, de Ludovic et Zoran Boukherma

February (Février), de Kamen Kalev

Ammonite, de Francis Lee

Un médecin de nuit, d’Elie Wajeman

Enfant terrible, d’Oskar Roehler

Nadia (Butterfly), de Pascal Plante

Here We Are, de Nir Bergman

 

Un film à sketches

 

Septet : The Story of Hongkong, d’Ann Hui, Johnnie To, Tsui Hark, Sammo Hung, Yuen Woo-Ping, Patrick Tam et Ringo Lam

 

Premiers films

 

Falling, de Viggo Mortensen

Pleasure, de Ninja Thyberg

Slalom, de Charlène Favier

Casa de antiguidades (Memory House), de Joao Paulo Miranda Maria

Broken Keys (Fausse note), de Jimmy Keyrouz

Ibrahim, de Samir Guesmi

Beginning (Au commencement), de Dea Kulumbegashvili

Gagarine, de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh

16 printemps, de Suzanne Lindon

Vaurien, de Peter Dourountzis

Garçon chiffon, de Nicolas Maury

Si le vent tombe (Should The Wind Fall), de Nora Martirosyan

John and The Hole, de Pascual Sisto

Striding into The Wind (Courir au gré du vent), de Wei Shujun

The Death of Cinema and My Father Too (La Mort du cinéma et de mon père aussi), de Dani Rosenberg

 

Documentaires

 

En route pour le milliard (The Billion Road), de Dieudo Hamadi

The Truffle Hunters, de Michael Dweck et Gregory Kershaw

9 jours à Raqqa, de Xavier de Lauzanne

 

Comédies

 

Antoinette dans les Cévennes, de Caroline Vignal

Les Deux Alfred, de Bruno Podalydès

Un triomphe (The Big Hit), d’Emmanuel Courcol

L’Origine du monde, de Laurent Lafitte

Le Discours, de Laurent Tirard

 

Films d'animation

 

Aya to Majo (Earwig and The Witch), de Goro Miyazaki

Flee, de Jonas Poher Rasmussen

Josep, d’Aurel

Soul, de Pete Docter

Lire aussi

  • 02
    Cinéma

    Pourquoi “I Am Not Your Negro” est un documentaire essentiel

  • Spike Lee dénonce la mort de George Floyd dans un court-métrage

    Hier, le réalisateur de “Do the Right Thing” et “BlackKklansman” a publié un nouveau court-métrage sur son compte Twitter. En moins de deux minutes, la vidéo met en scène les morts glaçantes de Eric Garner et George Floyd, assassinés par la police la semaine dernière aux États-Unis, ainsi que celle de Raheem, personnage fictif de “Do the Right Thing”. 

    L’histoire va-t-elle se répéter ?” peut-on lire sur l’écran en lettres rouges sang sur fond noir. Ce lundi 1er juin, le réalisateur américain Spike Lee a dévoilé un court-métrage inédit sur son compte Twitter, sobrement intitulé 3 Brothers. Son sous-titre est plus significatif : Radio Raheem, Eric Garner And George Floyd. Tandis que le premier nom renvoie au personnage fictif du long-métrage Do the Right Thing, réalisé par Spike Lee en 1989. Aujourd’hui culte, le film prend place lors d’une journée d’été à Brooklyn, ou la moiteur et l’atmosphère pesante participent à construire une tension croissante, jusqu’à la mort du personnage de Raheem, tué par des policiers. Son destin tragique est le même que celui des deux autres protagonistes du court-métrage de Spike Lee, malheureusement loin d’être fictifs. Eric Garner et George Floyd sont tous deux décédés des suites d’arrestations par la police. Datant du 25 mai dernier, la disparition du second a participé à l’embrasement de plusieurs grandes villes américaines, de Los Angeles à Atlanta.

     

    Programmé en mai dernier par la chaîne Arte, Do the Right Thing a marqué la fin des années 80, en plus d’installer Spike Lee comme le porte-parole du cinéma afro-américain. Son nouveau court-métrage, 3 Brothers, montre les ressemblances glaçantes entre les arrestations des Afro-Américains, entre plaquage au sol et asphyxie. Ce n’est pas la première fois que le réalisateur utilise le montage pour choquer ses spectateurs. En 2018, le film BlackKklansman se terminait sur des images d’archives du président Donald Trump et de la montée du suprémacisme blanc lors de la manifestation de Charlottesville, un an avant la sortie du film.

     

    À 63 ans, Spike Lee est encore loin de prendre sa retraite. Privé de sortie en salle suite aux mesures de confinement, son prochain long-métrage, Da 5 Bloods, s’apprête à débarquer sur Netflix. Loin des violences policières, mais toujours sanglant et engagé, le film met en scène quatre vétérans afro-américains, de retour au Vietnam après la guerre afin d'y retrouver un mystérieux trésor enfoui. Une intrigue qui permet au réalisateur d’interroger le sacrifice des effectifs afro-américains lors de la guerre du Vietnam, et les stigmates encore brûlants d’une guerre extrêmement violente.

     

    Da 5 Bloods, disponible le 12 juin sur Netflix.

  • 25
    Cinéma

    Les personnages de Jim Jarmush: de Béatrice Dalle aveugle à Adam Driver poète

loading loading