22 mai 2024

Interview with Jorja Smith: “I feel blessed to be able to help people feel less alone”

La star du R’n’B britannique Jorja Smith sort ce vendredi 3 mai 2024 la version réenregistrée (plus jazz) de son dernier album pop-house-soul-rock audacieux, Falling of Flying, intitulée Falling of Flying (Reimagined). L’occasion de revenir sur notre interview avec la chanteuse, évoquant le chaos qui nous entoure, son retour à sa ville natale et le poids des jugements.

Interview by Violaine Schütz.

Interview by Violaine Schütz.

She has been compared to Lauryn Hill and to her idol Amy Winehouse, and she admires Alicia Keys and Rihanna. But make no mistake, Jorja Smith is like no other. Since her smashing debut in 2016 with the single Blue Lights, a moving anthem against police violence, the 26-year-old English singer has imprinted her sensual, soulful voice, her authenticity and her beautiful face on R’n’B music at a global scale. After a splendid debut album, Lost & Found, which quickly found its audience, and collaborations with Drake, Burna Boy, Kendrick Lamar, Stormzy and Kali Uchis, the artist has now opened a new chapter in her already very busy life.

 

In September 2023, the woman who has walked for Marine Serre and posed as Dior’s make-up ambassador released Falling or Flying, a languorous and daring record about love and “baring your soul in a very critical world, when (you’ve) always been (your) first critic”, set against a backdrop of pop, house, rock and R’n’B. As she released Falling of Flying (Reimagined), a re-recorded version of her latest album, Numéro met this powerful yet vulnerable Gen Z icon, followed by almost 4 million fans on Instagram, for an intimate interview.

Elle a été comparée à Amy Winehouse – son idole – et à Lauryn Hill et admire Alicia Keys et Rihanna. Mais il ne faut pas s’y tromper : Jorja Smith ne ressemble qu’à elle-même. Depuis son explosion en 2016 avec son single Blue Lights, un hymne émouvant contre les violences policières, la chanteuse anglaise de 26 ans a imposé sa voix sensuelle et spirituelle, son authenticité et son beau visage dans le paysage du R’n’B mondial. Après un superbe premier album, Lost & Found, qui a vite trouvé son public, et des collaborations avec Drake, Burna Boy, Kendrick Lamar, Stormzy et Kali Uchis, l’artiste signe un nouveau chapitre de sa vie déjà bien remplie. 

 

Celle qui a défilé pour Marine Serre et a été ambassadrice maquillage pour Dior a publié en septembre 2023 un album aussi langoureux qu’audacieux, Falling or Flying. Un disque qui parle d’amour et de « de se mettre à nu dans un monde très critique alors (que l’on a) toujours été (sa) première critique », sur fond de pop, de house, de rock et de R’n’B . À cette occasion, on a rencontré cette icône à la fois puissante et vulnérable de la Gen Z, suivie par près de 4 millions de fans sur Instagram. Alors que son la version réenregistrée du disque, Falling of Flying (Reimagined), retour sur une interview intimiste.

She has been compared to Lauryn Hill and to her idol Amy Winehouse, and she admires Alicia Keys and Rihanna. But make no mistake, Jorja Smith is like no other. Since her smashing debut in 2016 with the single Blue Lights, a moving anthem against police violence, the 26-year-old English singer has imprinted her sensual, soulful voice, her authenticity and her beautiful face on R’n’B music at a global scale. After a splendid debut album, Lost & Found, which quickly found its audience, and collaborations with Drake, Burna Boy, Kendrick Lamar, Stormzy and Kali Uchis, the artist has now opened a new chapter in her already very busy life.

 

In September 2023, the woman who has walked for Marine Serre and posed as Dior’s make-up ambassador released Falling or Flying, a languorous and daring record about love and “baring your soul in a very critical world, when (you’ve) always been (your) first critic”, set against a backdrop of pop, house, rock and R’n’B. As she released Falling of Flying (Reimagined), a re-recorded version of her latest album, Numéro met this powerful yet vulnerable Gen Z icon, followed by almost 4 million fans on Instagram, for an intimate interview.

Elle a été comparée à Amy Winehouse – son idole – et à Lauryn Hill et admire Alicia Keys et Rihanna. Mais il ne faut pas s’y tromper : Jorja Smith ne ressemble qu’à elle-même. Depuis son explosion en 2016 avec son single Blue Lights, un hymne émouvant contre les violences policières, la chanteuse anglaise de 26 ans a imposé sa voix sensuelle et spirituelle, son authenticité et son beau visage dans le paysage du R’n’B mondial. Après un superbe premier album, Lost & Found, qui a vite trouvé son public, et des collaborations avec Drake, Burna Boy, Kendrick Lamar, Stormzy et Kali Uchis, l’artiste signe un nouveau chapitre de sa vie déjà bien remplie. 

 

Celle qui a défilé pour Marine Serre et a été ambassadrice maquillage pour Dior a publié en septembre 2023 un album aussi langoureux qu’audacieux, Falling or Flying. Un disque qui parle d’amour et de « de se mettre à nu dans un monde très critique alors (que l’on a) toujours été (sa) première critique », sur fond de pop, de house, de rock et de R’n’B . À cette occasion, on a rencontré cette icône à la fois puissante et vulnérable de la Gen Z, suivie par près de 4 millions de fans sur Instagram. Alors que son la version réenregistrée du disque, Falling of Flying (Reimagined), retour sur une interview intimiste.

Interview with singer Jorja Smith about her album Falling or Flying

 

Numéro: Why did you choose to title your new album Falling or Flying?
Jorja Smith: There’s a song on the album called Falling or Flying, but the name of the album has nothing to do with that song. It came out of a conversation with one of my best friends. I was telling her how I was feeling, explaining that I didn’t know whether I was falling or flying. It’s a feeling that emerged almost three years ago, and I started to create that album around that time. I couldn’t tell whether or not I was doing well, whether I was happy or sad, whether I was losing or winning. The ones who know me well know that I’ve never really found myself in that in-between. I’m either one thing or the other. For instance, I’m either obsessed with something, or can’t focus at all. The title also represents the album, because when you listen to it, it flies, then falls, then topples over again, like a rollercoaster. So listening to it might make you want to laugh and cry at the same time.

 

How did this album come about?

This is the first time I’ve started an album almost from scratch. I only had about three songs already written. I created this record with my producer friends from the duo DameDame in a quite free and organic way, with no deadlines. I’ve known one of the members since I was 15. We just got together and had fun. We ate, talked and spontaneously wrote songs. Lost & Found, the first album I released in 2018 was imagined very differently, as a collection of songs that I had already performed on stage and wrote between the ages of 16 and 18. I started singing at a very young age, especially in front of an audience, without necessarily wanting to become famous for it.

 

Where does the inspiration for your lyrics stem from? They address themes such as complicated feelings of love, the judgment of others, and the chaos that surrounds us…
I drew my inspiration from life in general, from conversations I’ve had with friends about what’s happening in the world and from my existence. I asked myself, “How do we feel?”, “How do I feel?” Releasing this album is like closing a book, or rather a diary. I feel like writing these songs has made me become a woman. I was really a child at the time Lost & Found came out in 2018. I’m still young though, I’m 26, but I know more about who I am today. I feel like I’ve been through a lot since I started in the music industry. Life has changed so much and I have changed too, whether it is in the way I deal with things or how I set limits for myself. There are so many different viewpoints and feelings I want to talk about today.

L’interview de la chanteuse Jorja Smith sur son album Falling or Flying
 

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’intituler votre nouvel album Falling or Flying (« En chutant ou en volant ») ?

Jorja Smith : Il y a une chanson sur l’album qui s’appelle comme ça, mais le nom de l’album n’a rien à voir avec ce morceau. Cela vient d’une discussion avec l’une de mes meilleures amies. Je lui disais ce que je ressentais en expliquant que j’avais l’impression de ne pas savoir si j’étais en train de tomber ou de voler. C’est une sensation qui a démarré il y a presque trois ans et le début de la création de l’album correspond à cette période. Je ne pouvais pas dire si j’allais bien ou mal, si j’étais heureuse ou triste, si je perdais ou gagnais. Si vous me connaissez bien, je n’ai jamais vraiment été dans les entre-deux. Je suis soit une chose, soit une autre. Soit je suis obsédée par quelque chose, soit je ne suis pas du tout concentrée, par exemple. C’est aussi l’album qui tombe ou vole. Car lorsqu’on l’écoute, il vole, puis tombe puis bascule de nouveau, telles des montagnes russes. Il se peut donc qu’en l’écoutant, vous ayez envie de rire et de pleurer en même temps.

 

Comment est né cet album ?

C’est la première fois que je démarre un album de presque zéro. Il y avait environ trois chansons, seulement, déjà écrites auparavant. J’ai créé ce disque avec mes amies productrices du duo DameDame de manière libre et très naturelle, sans deadline. Je connais l’une d’entre elles depuis que j’ai 15 ans. Nous nous sommes simplement retrouvées et amusées. Nous avons mangé, parlé, et spontanément nous avons écrit des chansons. Lost & Found, mon premier album, sorti en 2018, a été imaginé très différemment, comme une collection de morceaux écrits entre 16 et 18 ans que j’avais déjà joués en live. Car j’ai commencé à chanter très jeune, notamment devant les autres, sans forcément vouloir devenir célèbre. 

 

D’où vient l’inspiration de vos paroles qui abordent des thèmes comme les sentiments amoureux compliqués, le jugement des autres, le chaos qui nous entoure…

Je me suis inspirée de la vie, de conversations que j’ai eues avec des amies sur ce qui se passe dans le monde et dans mon existence. Je me suis demandé : « Comment nous nous sentons ? » ; « Comment je me sens ? » Avec la sortie de cet album, c’est un livre, ou plutôt un journal intime, qui se ferme. J’ai l’impression d’être devenue une femme en écrivant ces chansons. J’étais vraiment une enfant au moment de Lost & Found, qui est sorti en 2018. Je suis encore jeune, j’ai 26 ans mais j’en sais plus sur qui je suis aujourd’hui. J’ai l’impression d’avoir vécu de nombreuses choses depuis mes débuts dans la musique. La vie a tellement changé et j’ai changé, que ce soit concernant ma façon de gérer les choses ou de me fixer des limites. Il y a tant de points de vue différents et de sentiments que j’ai envie d’aborder aujourd’hui. 

Interview with singer Jorja Smith about her album Falling or Flying

 

Numéro: Why did you choose to title your new album Falling or Flying?
Jorja Smith: There’s a song on the album called Falling or Flying, but the name of the album has nothing to do with that song. It came out of a conversation with one of my best friends. I was telling her how I was feeling, explaining that I didn’t know whether I was falling or flying. It’s a feeling that emerged almost three years ago, and I started to create that album around that time. I couldn’t tell whether or not I was doing well, whether I was happy or sad, whether I was losing or winning. The ones who know me well know that I’ve never really found myself in that in-between. I’m either one thing or the other. For instance, I’m either obsessed with something, or can’t focus at all. The title also represents the album, because when you listen to it, it flies, then falls, then topples over again, like a rollercoaster. So listening to it might make you want to laugh and cry at the same time.

 

How did this album come about?

This is the first time I’ve started an album almost from scratch. I only had about three songs already written. I created this record with my producer friends from the duo DameDame in a quite free and organic way, with no deadlines. I’ve known one of the members since I was 15. We just got together and had fun. We ate, talked and spontaneously wrote songs. Lost & Found, the first album I released in 2018 was imagined very differently, as a collection of songs that I had already performed on stage and wrote between the ages of 16 and 18. I started singing at a very young age, especially in front of an audience, without necessarily wanting to become famous for it.

 

Where does the inspiration for your lyrics stem from? They address themes such as complicated feelings of love, the judgment of others, and the chaos that surrounds us…
I drew my inspiration from life in general, from conversations I’ve had with friends about what’s happening in the world and from my existence. I asked myself, “How do we feel?”, “How do I feel?” Releasing this album is like closing a book, or rather a diary. I feel like writing these songs has made me become a woman. I was really a child at the time Lost & Found came out in 2018. I’m still young though, I’m 26, but I know more about who I am today. I feel like I’ve been through a lot since I started in the music industry. Life has changed so much and I have changed too, whether it is in the way I deal with things or how I set limits for myself. There are so many different viewpoints and feelings I want to talk about today.

L’interview de la chanteuse Jorja Smith sur son album Falling or Flying
 

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’intituler votre nouvel album Falling or Flying (« En chutant ou en volant ») ?

Jorja Smith : Il y a une chanson sur l’album qui s’appelle comme ça, mais le nom de l’album n’a rien à voir avec ce morceau. Cela vient d’une discussion avec l’une de mes meilleures amies. Je lui disais ce que je ressentais en expliquant que j’avais l’impression de ne pas savoir si j’étais en train de tomber ou de voler. C’est une sensation qui a démarré il y a presque trois ans et le début de la création de l’album correspond à cette période. Je ne pouvais pas dire si j’allais bien ou mal, si j’étais heureuse ou triste, si je perdais ou gagnais. Si vous me connaissez bien, je n’ai jamais vraiment été dans les entre-deux. Je suis soit une chose, soit une autre. Soit je suis obsédée par quelque chose, soit je ne suis pas du tout concentrée, par exemple. C’est aussi l’album qui tombe ou vole. Car lorsqu’on l’écoute, il vole, puis tombe puis bascule de nouveau, telles des montagnes russes. Il se peut donc qu’en l’écoutant, vous ayez envie de rire et de pleurer en même temps.

 

Comment est né cet album ?

C’est la première fois que je démarre un album de presque zéro. Il y avait environ trois chansons, seulement, déjà écrites auparavant. J’ai créé ce disque avec mes amies productrices du duo DameDame de manière libre et très naturelle, sans deadline. Je connais l’une d’entre elles depuis que j’ai 15 ans. Nous nous sommes simplement retrouvées et amusées. Nous avons mangé, parlé, et spontanément nous avons écrit des chansons. Lost & Found, mon premier album, sorti en 2018, a été imaginé très différemment, comme une collection de morceaux écrits entre 16 et 18 ans que j’avais déjà joués en live. Car j’ai commencé à chanter très jeune, notamment devant les autres, sans forcément vouloir devenir célèbre. 

 

D’où vient l’inspiration de vos paroles qui abordent des thèmes comme les sentiments amoureux compliqués, le jugement des autres, le chaos qui nous entoure…

Je me suis inspirée de la vie, de conversations que j’ai eues avec des amies sur ce qui se passe dans le monde et dans mon existence. Je me suis demandé : « Comment nous nous sentons ? » ; « Comment je me sens ? » Avec la sortie de cet album, c’est un livre, ou plutôt un journal intime, qui se ferme. J’ai l’impression d’être devenue une femme en écrivant ces chansons. J’étais vraiment une enfant au moment de Lost & Found, qui est sorti en 2018. Je suis encore jeune, j’ai 26 ans mais j’en sais plus sur qui je suis aujourd’hui. J’ai l’impression d’avoir vécu de nombreuses choses depuis mes débuts dans la musique. La vie a tellement changé et j’ai changé, que ce soit concernant ma façon de gérer les choses ou de me fixer des limites. Il y a tant de points de vue différents et de sentiments que j’ai envie d’aborder aujourd’hui. 

Now that I have moved back to my hometown, I feel less stressed about not releasing new music at a rapid pace.” Jorja Smith

 

Are all the songs about you?

Not all of them. I also get inspired by people, even if when I listen to these songs again afterwards, it feels like I’m singing them for myself. Take the song She feels, for instance. Originally, I was talking about a friend. Then, as I started singing it in front of my mirror while doing my hair, I thought: “Oh, my God, I’m singing it to myself.” Even if I try to write about other people, it always ends up being about me (laughs).

 

In 2021, you left London, where you had been living for a while, and decided to move back to your hometown, Walsall, in the West Midlands, 150 miles away from the British capital… I moved to London when I was 18. I just wanted to explore, get out and experience life. I thought that I needed to be in a big city to do music. A lot of my friends also moved to London, so I wasn’t alone there. I made new friends too. Then everything ramped up very quickly with the release of Blue Lights in 2018 on streaming platforms. I went on tour, so I was away from my apartment for quite a while, always busy and moving at a frantic pace. In 2020, the covid pandemic happened and I spent the lockdown in London. At that point, I think that I associated very negative feelings with the city. So I felt the need to go back home, where I grew up. Anyway, home had been calling me back for ages.

 

You missed your hometown…

Yes, I really missed home. Now that I’m back, I feel like I have a new-found balance. I feel less stressed about not releasing new music at a rapid pace. This is my home, so I don’t feel anxious or nervous. I don’t know if it was because of the constant noise, or the fact that I couldn’t see the sky, but I felt a lot of pressure when living in London. I love London and I love everything it has given me. I love spending the night out when I’m there. But working with my friends from DameDame took me back to my teenage years, and reconnected me with my younger self. I remembered who I used to be before I moved to London. I used to play the piano all the time, go for walks alone or with my dog. I’ve taken up the piano again since I came back. Life is slower here. Everything’s calmer. Everyone knows everyone else.

« Depuis que je suis revenue dans ma ville natale, je me sens moins stressée par le fait de ne pas sortir assez vite de nouveaux morceaux. » Jorja Smith

 

Toutes les chansons parlent-elle de vous ?

Non, je m’inspire également d’autres personnes, sauf que lorsque je réécoute ces morceaux par la suite, c’est comme si je les chantais pour moi-même. C’est le cas de la chanson She feels par exemple. Au départ, je parlais d’une amie. Puis j’ai commencé à la chanter en me regardant dans un miroir et en me coiffant, et je me suis dit : « Oh, mon Dieu, je me la chante à moi-même. » Même si j’essaie d’écrire sur d’autres personnes, ça finit toujours par parler de moi (rires).

 

En 2021, vous avez quitté Londres, où vous viviez, pour retourner dans votre ville natale, Walsall, située dans le comté des Midlands de l’Ouest, à 200 kilomètres de la capitale anglaise… 

J’ai déménagé à Londres quand j’avais 18 ans. Je voulais juste explorer, sortir, vivre des choses. Je pensais que pour la musique, je devais être dans une grande ville. Beaucoup de mes amis ont également déménagé à Londres, donc je n’étais pas toute seule là-bas. Je me suis aussi fait des amis. Et puis tout s’est accéléré très vite, avec la sortie de Blue Lights, en 2026, dévoilée sur le net. Je suis partie en tournée, alors j’ai été absente un bon moment, loin de mon appartement, tout le temps occupée et avançant à un rythme effréné. Et puis, en 2020, le covid est arrivé et je me suis confinée à Londres. Et pense qu’à ce moment-là, j’ai rattaché à cette ville des choses très négatives. J’ai alors ressenti le besoin de retourner à la maison, là où j’avais grandi. De toute façon, la maison me rappelait depuis des lustres.

 

Votre ville natale vous manquait…

Oui, la maison me manquait vraiment. Maintenant que je suis de retour, j’ai l’impression d’avoir un nouvel équilibre. Je me sens moins stressée par le fait de ne pas sortir assez vite de nouveaux morceaux. C’est chez moi, donc je m’y sens pas anxieuse ni nerveuse. À Londres, je ne sais pas si c’était le bruit ambiant, ou le fait que je ne voyais pas le ciel, mais je ressentais beaucoup de pression. J’aime Londres et j’aime tout ce qu’elle m’a apporté. Et j’aime y sortir le soir quand je m’y trouve. Mais travailler avec mes amies de DameDame m’a replongée dans mes jeunes années, et m’a reconnectée avec mon moi adolescent. Je me suis souvenue de qui j’étais avant d’arriver à Londres. Je jouais du piano sans arrêt, je me promenais, marchais avec mon chien. Je me suis remise au piano depuis que je suis revenue. La vie va moins vite ici. Tout est plus calme. Tout le monde se connaît.

Now that I have moved back to my hometown, I feel less stressed about not releasing new music at a rapid pace.” Jorja Smith

 

Are all the songs about you?

Not all of them. I also get inspired by people, even if when I listen to these songs again afterwards, it feels like I’m singing them for myself. Take the song She feels, for instance. Originally, I was talking about a friend. Then, as I started singing it in front of my mirror while doing my hair, I thought: “Oh, my God, I’m singing it to myself.” Even if I try to write about other people, it always ends up being about me (laughs).

 

In 2021, you left London, where you had been living for a while, and decided to move back to your hometown, Walsall, in the West Midlands, 150 miles away from the British capital… I moved to London when I was 18. I just wanted to explore, get out and experience life. I thought that I needed to be in a big city to do music. A lot of my friends also moved to London, so I wasn’t alone there. I made new friends too. Then everything ramped up very quickly with the release of Blue Lights in 2018 on streaming platforms. I went on tour, so I was away from my apartment for quite a while, always busy and moving at a frantic pace. In 2020, the covid pandemic happened and I spent the lockdown in London. At that point, I think that I associated very negative feelings with the city. So I felt the need to go back home, where I grew up. Anyway, home had been calling me back for ages.

 

You missed your hometown…

Yes, I really missed home. Now that I’m back, I feel like I have a new-found balance. I feel less stressed about not releasing new music at a rapid pace. This is my home, so I don’t feel anxious or nervous. I don’t know if it was because of the constant noise, or the fact that I couldn’t see the sky, but I felt a lot of pressure when living in London. I love London and I love everything it has given me. I love spending the night out when I’m there. But working with my friends from DameDame took me back to my teenage years, and reconnected me with my younger self. I remembered who I used to be before I moved to London. I used to play the piano all the time, go for walks alone or with my dog. I’ve taken up the piano again since I came back. Life is slower here. Everything’s calmer. Everyone knows everyone else.

« Depuis que je suis revenue dans ma ville natale, je me sens moins stressée par le fait de ne pas sortir assez vite de nouveaux morceaux. » Jorja Smith

 

Toutes les chansons parlent-elle de vous ?

Non, je m’inspire également d’autres personnes, sauf que lorsque je réécoute ces morceaux par la suite, c’est comme si je les chantais pour moi-même. C’est le cas de la chanson She feels par exemple. Au départ, je parlais d’une amie. Puis j’ai commencé à la chanter en me regardant dans un miroir et en me coiffant, et je me suis dit : « Oh, mon Dieu, je me la chante à moi-même. » Même si j’essaie d’écrire sur d’autres personnes, ça finit toujours par parler de moi (rires).

 

En 2021, vous avez quitté Londres, où vous viviez, pour retourner dans votre ville natale, Walsall, située dans le comté des Midlands de l’Ouest, à 200 kilomètres de la capitale anglaise… 

J’ai déménagé à Londres quand j’avais 18 ans. Je voulais juste explorer, sortir, vivre des choses. Je pensais que pour la musique, je devais être dans une grande ville. Beaucoup de mes amis ont également déménagé à Londres, donc je n’étais pas toute seule là-bas. Je me suis aussi fait des amis. Et puis tout s’est accéléré très vite, avec la sortie de Blue Lights, en 2026, dévoilée sur le net. Je suis partie en tournée, alors j’ai été absente un bon moment, loin de mon appartement, tout le temps occupée et avançant à un rythme effréné. Et puis, en 2020, le covid est arrivé et je me suis confinée à Londres. Et pense qu’à ce moment-là, j’ai rattaché à cette ville des choses très négatives. J’ai alors ressenti le besoin de retourner à la maison, là où j’avais grandi. De toute façon, la maison me rappelait depuis des lustres.

 

Votre ville natale vous manquait…

Oui, la maison me manquait vraiment. Maintenant que je suis de retour, j’ai l’impression d’avoir un nouvel équilibre. Je me sens moins stressée par le fait de ne pas sortir assez vite de nouveaux morceaux. C’est chez moi, donc je m’y sens pas anxieuse ni nerveuse. À Londres, je ne sais pas si c’était le bruit ambiant, ou le fait que je ne voyais pas le ciel, mais je ressentais beaucoup de pression. J’aime Londres et j’aime tout ce qu’elle m’a apporté. Et j’aime y sortir le soir quand je m’y trouve. Mais travailler avec mes amies de DameDame m’a replongée dans mes jeunes années, et m’a reconnectée avec mon moi adolescent. Je me suis souvenue de qui j’étais avant d’arriver à Londres. Je jouais du piano sans arrêt, je me promenais, marchais avec mon chien. Je me suis remise au piano depuis que je suis revenue. La vie va moins vite ici. Tout est plus calme. Tout le monde se connaît.

Music is there for you to interpret as you see fit, whether it makes you cry, smile, or feel less alone.” Jorja Smith

 

Do you read the comments made about your songs on YouTube or elsewhere?

I’m so lucky to be able to help people feel less alone through my music, and most of the comments I receive are kind ones. But the problem is that when you read nice comments, you’re bound to come across a negative one and if I’m having a bad day, it can really get me down. Fortunately, my manager sent me some screenshots of beautiful comments that really moved me.

 

Many people online have shared that your songs have helped them heal from a heartbreak. Do you think about how your songs will be received when you write them?
I feel that whatever you do, someone will always have an opinion, a comment or understand something that may not be wrong, but will change the original meaning or what you actually wanted to say. And that vagueness is what I love about music. That’s why it exists. Music is there for you to interpret as you see fit, whether it makes you cry, smile, or feel less alone. A lot of people interpret my single Go Go Go as a breakup song.

 

It can also be seen as an empowering song…

Yes, it wasn’t a breakup song in my mind when I imagined it. It’s a song that means “fuck you.” For this track, I asked myself, “why can’t I just hang out with someone without them feeling the need to talk about our relationship to others?” and “why do people need to gossip about others?” Yet, everyone can hear what they want in it. The same thing happened to me when I was listening to Stronger Than Me (2003) by Amy Winehouse as a child. As I sang along, I didn’t quite understand what she was talking about. Then, one day, when I was 18 or 19, I started talking to boys and had my first relationship, so I listened to that song differently. A lot of things were going on in my head as I listened to the lyrics. It’s amazing how a song can radically change its meaning when you rediscover it ten years later and then go through the same thing as its author did when she wrote it.

« La musique est là pour que vous l’on puisse l’interpréter comme bon nous semble, que cela nous fasse pleurer, sourire, ou nous sentir moins seul. » Jorja Smith

 

 

Lisez-vous les commentaires faits à propos de vos chansons, sur YouTube et ailleurs ?

J’ai tellement de chance de pouvoir aider les gens à se sentir moins seuls grâce à ma musique et la plupart des commentaires sont gentils. Mais le problème, c’est que si vous lisez des commentaires gentils, vous allez forcément tomber sur un commentaire négatif. Et si je passe une mauvaise journée, ça peut vraiment me déprimer. Heureusement, mon manager m’a envoyé des captures d’écran de beaux commentaires, qui m’ont vraiment touchée.

 

Sur Internet, de nombreuses personnes disent avoir été consolées après un chagrin d’amour par vos chansons. Pensez-vous à la réception de vos titres en les écrivant ?

J’ai l’impression que quoi que vous fassiez, quelqu’un aura toujours une opinion ou un commentaire ou comprendra quelque chose qui n’est peut-être pas faux, mais qui modifiera le premier sens, ce que vous vouliez réellement dire. Mais c’est ce que j’aime dans la musique : le flou. C’est pour ça que la musique existe. Elle est là pour que vous l’on puisse l’interpréter comme bon nous semble, que cela nous fasse pleurer, sourire, ou nous sentir moins seul. Beaucoup de gens voient mon single Go Go Go comme une chanson de rupture. 

 

Elle peut aussi être vue comme une chanson d’empowerment…

Oui, ce n’était pas une chanson de rupture dans mon esprit, quand je l’ai imaginée. C’est un morceau qui signifie « fuck you. » Je me demande dans ce titre : « Pourquoi ne puis-je pas simplement fréquenter quelqu’un sans qu’il ne ressente le besoin de parler de notre relation aux autres ? » Et : « Pourquoi les gens ont besoin de raconter des ragots sur les autres ? » Mais chacun peut y voir ce qu’il veut dedans. De la même manière, quand j’écoutais le morceau Stronger Than Me (2003) d’Amy Winehouse, alors que j’étais enfant, et que je chantais par-dessus, je ne comprenais pas bien de quoi elle parlait. Et puis, un jour, à 18 ou 19 ans, j’ai commencé à parler aux garçons et à avoir une relation amoureuse, et j’ai écouté ce morceau différemment. Plein de choses se passaient dans ma tête en écoutant les paroles. C’est fou comme une chanson peut changer radicalement de sens quand vous la redécouvrez dix ans plus tard et que vous traversez alors la même chose que son auteur au moment de l’écrire.

Music is there for you to interpret as you see fit, whether it makes you cry, smile, or feel less alone.” Jorja Smith

 

Do you read the comments made about your songs on YouTube or elsewhere?

I’m so lucky to be able to help people feel less alone through my music, and most of the comments I receive are kind ones. But the problem is that when you read nice comments, you’re bound to come across a negative one and if I’m having a bad day, it can really get me down. Fortunately, my manager sent me some screenshots of beautiful comments that really moved me.

 

Many people online have shared that your songs have helped them heal from a heartbreak. Do you think about how your songs will be received when you write them?
I feel that whatever you do, someone will always have an opinion, a comment or understand something that may not be wrong, but will change the original meaning or what you actually wanted to say. And that vagueness is what I love about music. That’s why it exists. Music is there for you to interpret as you see fit, whether it makes you cry, smile, or feel less alone. A lot of people interpret my single Go Go Go as a breakup song.

 

It can also be seen as an empowering song…

Yes, it wasn’t a breakup song in my mind when I imagined it. It’s a song that means “fuck you.” For this track, I asked myself, “why can’t I just hang out with someone without them feeling the need to talk about our relationship to others?” and “why do people need to gossip about others?” Yet, everyone can hear what they want in it. The same thing happened to me when I was listening to Stronger Than Me (2003) by Amy Winehouse as a child. As I sang along, I didn’t quite understand what she was talking about. Then, one day, when I was 18 or 19, I started talking to boys and had my first relationship, so I listened to that song differently. A lot of things were going on in my head as I listened to the lyrics. It’s amazing how a song can radically change its meaning when you rediscover it ten years later and then go through the same thing as its author did when she wrote it.

« La musique est là pour que vous l’on puisse l’interpréter comme bon nous semble, que cela nous fasse pleurer, sourire, ou nous sentir moins seul. » Jorja Smith

 

 

Lisez-vous les commentaires faits à propos de vos chansons, sur YouTube et ailleurs ?

J’ai tellement de chance de pouvoir aider les gens à se sentir moins seuls grâce à ma musique et la plupart des commentaires sont gentils. Mais le problème, c’est que si vous lisez des commentaires gentils, vous allez forcément tomber sur un commentaire négatif. Et si je passe une mauvaise journée, ça peut vraiment me déprimer. Heureusement, mon manager m’a envoyé des captures d’écran de beaux commentaires, qui m’ont vraiment touchée.

 

Sur Internet, de nombreuses personnes disent avoir été consolées après un chagrin d’amour par vos chansons. Pensez-vous à la réception de vos titres en les écrivant ?

J’ai l’impression que quoi que vous fassiez, quelqu’un aura toujours une opinion ou un commentaire ou comprendra quelque chose qui n’est peut-être pas faux, mais qui modifiera le premier sens, ce que vous vouliez réellement dire. Mais c’est ce que j’aime dans la musique : le flou. C’est pour ça que la musique existe. Elle est là pour que vous l’on puisse l’interpréter comme bon nous semble, que cela nous fasse pleurer, sourire, ou nous sentir moins seul. Beaucoup de gens voient mon single Go Go Go comme une chanson de rupture. 

 

Elle peut aussi être vue comme une chanson d’empowerment…

Oui, ce n’était pas une chanson de rupture dans mon esprit, quand je l’ai imaginée. C’est un morceau qui signifie « fuck you. » Je me demande dans ce titre : « Pourquoi ne puis-je pas simplement fréquenter quelqu’un sans qu’il ne ressente le besoin de parler de notre relation aux autres ? » Et : « Pourquoi les gens ont besoin de raconter des ragots sur les autres ? » Mais chacun peut y voir ce qu’il veut dedans. De la même manière, quand j’écoutais le morceau Stronger Than Me (2003) d’Amy Winehouse, alors que j’étais enfant, et que je chantais par-dessus, je ne comprenais pas bien de quoi elle parlait. Et puis, un jour, à 18 ou 19 ans, j’ai commencé à parler aux garçons et à avoir une relation amoureuse, et j’ai écouté ce morceau différemment. Plein de choses se passaient dans ma tête en écoutant les paroles. C’est fou comme une chanson peut changer radicalement de sens quand vous la redécouvrez dix ans plus tard et que vous traversez alors la même chose que son auteur au moment de l’écrire.

I just want to take people on a journey with my songs, whether they’re thinking about their present, past or future.” Jorja Smith

 

On your new album, we can hear a wide range of sounds from R’n’B to pop and rock…

I listen to a lot of different genres. If I like a specific sound, I’m going to want to sing to it. Some people might say, “Oh, I didn’t expect that song from you. It doesn’t sound like you.” But if they knew me well, they would know that this is not so unexpected of me. I am my music, so it sounds like me. It’s not just a job. There are so many different genres that I love, so I don’t want to pigeonhole myself.

 

Your music videos are well thought-out, especially the one for Try Me, in which you embody a bullfighter dominating a dancer who personifies “the world and its opinions beyond my control” in a limestone quarry in Les Baux-de-Provence, a town in the South of France…

There are no rules regarding my music videos. Try Me was the first single from my album, so I released this wild, incredible, abstract and very thought-out video, with a narrative that wasn’t rooted in reality. But then, when I released the video for Little Things, which plunges us into a party where you can seduce anyone with a single glance, and the one for Go Go Go, shot in Marseille, in which I wear one look only. I was gradually craving small elements that felt real. I don’t need to act in my videos, I just need to be myself. I like to be myself and that’s what I have recently realized.

 

What message are you trying to convey through your music?

I just want my music to exist so that people who listen to it can feel something, whether it’s joy, nostalgia or the desire to change something in their lives, and maybe feel what I’ve experienced too. Since I started out, I’ve just wanted to take people on a journey with my songs, whether they’re thinking about their present, past, future, or want to send that song to someone because they feel it will help them have a good day or get through a difficult situation. I’ve already found myself in a situation where I would play my music in front of someone who wasn’t a fan, and wasn’t really listening to me. Then that person changed their mind and said, “Oh my God, you’re talking to me now.” I hope I can connect with people that way.

 

Falling of Flying (Reimagined) (2024) by Jorja Smith, available now.

 

Traduction Emma Naroumbo Armaing

« Je veux simplement emporter les gens avec mes morceaux, qu’ils pensent à leur présent, à leur passé ou à leur futur. » Jorja Smith

 

Sur ce nouvel album, on entend un grand nombre de sonorités différentes : R’n’B, pop, rock…

J’écoute de nombreux genres différents. Si j’aime un son, je vais vouloir chanter dessus. Certaines personnes pourraient dire : « Oh, je ne m’attendais pas à cette chanson de toi. Cela ne te ressemble pas. » Mais s’ils me connaissaient bien, ils sauraient ce n’est pas si inattendu de ma part. Ma musique, c’est moi, elle me ressemble. Ce n’est pas juste un travail. Et il y a tellement de genres différents que j’adore que je ne veux pas m’enfermer dans une case.

 

Vos clips sont très étudiés, notamment celui de Try Me, dans lequel vous jouez une torera dominant un danseur représentant « le monde et ses opinions hors de mon contrôle” dans une carrière de calcaire des Baux-de-Provence…

Il n’y a pas de règle concernant mes vidéos. Try Me a été le premier extrait de mon album, j’ai donc d’abord publié ce clip assez fou, incroyable, abstrait et très travaillé, avec une narration loin de la vraie vie. Mais ensuite, quand j’ai sorti la vidéo de Little Things, qui nous plonge dans une fête où en un seul regard, on peut se séduire et celle de Go Go Go, tournée à Marseille, dans laquelle je ne porte qu’un seul look. De plus en plus, j’ai envie de petites choses qui semblent réelles. Je n’ai pas besoin de jouer dans mes vidéos. J’aime être moi-même. J’ai juste besoin d’être moi-même. C’est ce que j’ai réalisé il y a peu.

 

Qu’essayez-vous de faire passer comme message avec votre musique ?

Je veux juste que ma musique soit là pour que les gens qui l’écoutent puissent ressentir quelque chose, que ce soit de la joie, de la nostalgie ou l’envie de changer un truc dans leur vie, et peut-être également ressentir ce que j’ai vécu. Depuis mes débuts, je veux simplement emporter les gens avec mes morceaux, qu’ils pensent à leur présent, à leur passé ou à leur futur ou qu’il aient envie d’envoyer cette chanson à quelqu’un parce qu’ils estiment que ça l’aidera à passer une bonne journée ou à traverser une situation difficile. Il m’est déjà arrivé de jouer ma musique devant quelqu’un qui n’en était pas fan, et ne m’écoutait pas vraiment. Et qu’après, cette personne change d’avis et me dise : « Oh mon Dieu, tu me parles maintenant. » J’espère pouvoir me connecter de cette façon aux gens.

 

Falling of Flying (Reimagined) (2024) de Jorja Smith, disponible.

I just want to take people on a journey with my songs, whether they’re thinking about their present, past or future.” Jorja Smith

 

On your new album, we can hear a wide range of sounds from R’n’B to pop and rock…

I listen to a lot of different genres. If I like a specific sound, I’m going to want to sing to it. Some people might say, “Oh, I didn’t expect that song from you. It doesn’t sound like you.” But if they knew me well, they would know that this is not so unexpected of me. I am my music, so it sounds like me. It’s not just a job. There are so many different genres that I love, so I don’t want to pigeonhole myself.

 

Your music videos are well thought-out, especially the one for Try Me, in which you embody a bullfighter dominating a dancer who personifies “the world and its opinions beyond my control” in a limestone quarry in Les Baux-de-Provence, a town in the South of France…

There are no rules regarding my music videos. Try Me was the first single from my album, so I released this wild, incredible, abstract and very thought-out video, with a narrative that wasn’t rooted in reality. But then, when I released the video for Little Things, which plunges us into a party where you can seduce anyone with a single glance, and the one for Go Go Go, shot in Marseille, in which I wear one look only. I was gradually craving small elements that felt real. I don’t need to act in my videos, I just need to be myself. I like to be myself and that’s what I have recently realized.

 

What message are you trying to convey through your music?

I just want my music to exist so that people who listen to it can feel something, whether it’s joy, nostalgia or the desire to change something in their lives, and maybe feel what I’ve experienced too. Since I started out, I’ve just wanted to take people on a journey with my songs, whether they’re thinking about their present, past, future, or want to send that song to someone because they feel it will help them have a good day or get through a difficult situation. I’ve already found myself in a situation where I would play my music in front of someone who wasn’t a fan, and wasn’t really listening to me. Then that person changed their mind and said, “Oh my God, you’re talking to me now.” I hope I can connect with people that way.

 

Falling of Flying (Reimagined) (2024) by Jorja Smith, available now.

 

Traduction Emma Naroumbo Armaing

« Je veux simplement emporter les gens avec mes morceaux, qu’ils pensent à leur présent, à leur passé ou à leur futur. » Jorja Smith

 

Sur ce nouvel album, on entend un grand nombre de sonorités différentes : R’n’B, pop, rock…

J’écoute de nombreux genres différents. Si j’aime un son, je vais vouloir chanter dessus. Certaines personnes pourraient dire : « Oh, je ne m’attendais pas à cette chanson de toi. Cela ne te ressemble pas. » Mais s’ils me connaissaient bien, ils sauraient ce n’est pas si inattendu de ma part. Ma musique, c’est moi, elle me ressemble. Ce n’est pas juste un travail. Et il y a tellement de genres différents que j’adore que je ne veux pas m’enfermer dans une case.

 

Vos clips sont très étudiés, notamment celui de Try Me, dans lequel vous jouez une torera dominant un danseur représentant « le monde et ses opinions hors de mon contrôle” dans une carrière de calcaire des Baux-de-Provence…

Il n’y a pas de règle concernant mes vidéos. Try Me a été le premier extrait de mon album, j’ai donc d’abord publié ce clip assez fou, incroyable, abstrait et très travaillé, avec une narration loin de la vraie vie. Mais ensuite, quand j’ai sorti la vidéo de Little Things, qui nous plonge dans une fête où en un seul regard, on peut se séduire et celle de Go Go Go, tournée à Marseille, dans laquelle je ne porte qu’un seul look. De plus en plus, j’ai envie de petites choses qui semblent réelles. Je n’ai pas besoin de jouer dans mes vidéos. J’aime être moi-même. J’ai juste besoin d’être moi-même. C’est ce que j’ai réalisé il y a peu.

 

Qu’essayez-vous de faire passer comme message avec votre musique ?

Je veux juste que ma musique soit là pour que les gens qui l’écoutent puissent ressentir quelque chose, que ce soit de la joie, de la nostalgie ou l’envie de changer un truc dans leur vie, et peut-être également ressentir ce que j’ai vécu. Depuis mes débuts, je veux simplement emporter les gens avec mes morceaux, qu’ils pensent à leur présent, à leur passé ou à leur futur ou qu’il aient envie d’envoyer cette chanson à quelqu’un parce qu’ils estiment que ça l’aidera à passer une bonne journée ou à traverser une situation difficile. Il m’est déjà arrivé de jouer ma musique devant quelqu’un qui n’en était pas fan, et ne m’écoutait pas vraiment. Et qu’après, cette personne change d’avis et me dise : « Oh mon Dieu, tu me parles maintenant. » J’espère pouvoir me connecter de cette façon aux gens.

 

Falling of Flying (Reimagined) (2024) de Jorja Smith, disponible.