“Nous avons eu environ 40 danseurs, 40 filles, de toutes formes, tailles, ethnies, et de tous horizons. C'était déjà très excitant pour moi de m'impliquer autant dans ce projet. Je suis d'Auckland, en Nouvelle-Zélande. Je suis Polynésienne. En grandissant, je ne voyais pas de filles qui me ressemblaient sur les couvertures des magazines, les panneaux d'affichage ou dans les publicités télévisées”, explique Parris Goebel, chorégraphe néo-zélandaise qui a réalisé la routine du défilé. “Donc, être dans une position où je peux changer cela et la façon dont le monde pense, regarde les femmes ainsi que leur apparence est énorme. Le simple fait de m'imaginer comme une petite fille regardant l'émission, aurait changé toute ma perspective sur mon propre corps et ma vie.”  Si cette nomination montre une prise en considération pour plus de diversité et d’inclusion, elle marque aussi un tournant pour l’avenir des défilés.

 

La 72e cérémonie des Emmy Awards aura lieu le 21 septembre prochain, dans le respect des règles de distanciation physique.