Advertising
386

Alexander McQueen, portrait d’un créateur audacieux au destin légendaire

 

À l’occasion de la sortie de la biographie d’Alexander McQueen, “Blood Beneath the Skin”, par Andrew Wilson, qui dévoile le parcours atypique et émouvant du créateur, Numéro revient sur l’univers de ce visionnaire tragiquement disparu.

386

Son crâne rasé, allié à son légendaire franc-parler, et son accent cockney lui ont valu les surnoms de “bad boy” ou de “hooligan”… Les bien-pensants se sont souvent offusqués de son esprit provocateur. Tout en se réjouissant secrètement du frisson d’interdit qu’il insufflait à une industrie de plus en plus policée. Alexander McQueen a essuyé, comme d’autres avant lui, les critiques qui sont le lot des esprits libres et avant-gardistes. Mais chaque saison, on se pressait pour voir son défilé dont la mise en scène, souvent audacieuse et spectaculaire, constituait un événement marquant, un moment de poésie qui allait au-delà d’une simple présentation de collection. Ses vêtements, proches de la haute couture, romantiques et sombres, auraient pourtant suffi à attirer l’attention sur lui. Mais pour Alexander McQueen, ils s’inséraient dans un message plus large, que formulait le défilé dans son ensemble.

 

McQueen artiste ? Orchestrateur de performances, indéniablement. Le créateur a scrupuleusement repoussé toutes les limites du défilé de mode traditionnel, secoué son public en intégrant dans ses présentations des éléments perturbateurs. Ou comment l’horreur infiltre le beau pour le guider vers le sublime. “J’utilise les choses que les gens cachent, la guerre, la religion, le sexe, et je les force à les regarder”, a-t-il un jour déclaré. En 1995, le sexe sert même de métaphore à la politique : dans sa collection Highland Rape, les vêtements déchirés et l’air hagard des mannequins font allusion, expliquera-t-il par la suite, au “viol de l’É​cosse par l’Angleterre”… En 1999, Aimee Mullins, athlète amputée des deux jambes, défile sur des prothèses de bois sculpté. Le handicap se frotte à la beauté idéale pour élargir sa définition. Au-delà de la volonté de choquer, c’est bien le corps que McQueen replace au centre de la problématique de la mode. Illustrant le caractère nécessairement morbide de la quête de beauté parfaite, la dialectique du fantasme s’inscrit violemment dans la chair. Jusqu’à la faire disparaître et la remplacer, comme en mars 2006, par un évanescent hologramme de Kate Moss, et jusqu’à la torturer sous l’œil terrifié des spectateurs, dans les vingt minutes de course folle et de dérapages du défilé Deliverance, inspiré du film On achève bien les chevaux. Sadisme et cruauté, voilà le programme : les loups sont dans la bergerie. Ou plutôt à la Conciergerie, où il présente, en mars 2002, sa collection hiver dans un décor constitué de canidés hurlants en cage. 

 

Démiurge à ses heures, McQueen expérimente avec la danse, la peinture, le théâtre, tous invités dans ses spectacles dantesques. Leurs tirs croisés produisent des étincelles. En 1999, Shalom Harlow se tient immobile sur un plateau tournant, pendant que deux immenses bras articulés aspergent sa robe blanche de peinture jaune et noire. Alexander McQueen étend alors le registre d’expression du mannequin en exigeant un vrai travail d’actrice : Shalom Harlow mime l’effroi, cache son visage entre ses mains, avant de rentrer en coulisses en vacillant… Mais le questionnement de McQueen est existentiel, et son énergie, viscérale et tragique. Et l’art, il faut le dire, ne se marie guère avec la vie, il cultive même une fâcheuse tendance à l’étouffer. Alors, encore et encore, les mannequins disparaissent, leurs corps remodelés par les corsets, les chaussures extrêmes, les coupes structurées absolument virtuoses du créateur. Diaphanes, presque exsangues, ils se laissent envahir par les roses grimpantes dans son défilé d’octobre 2006. Tableaux vivants ou gisants miraculeusement verticaux ? La poésie d’Alexander McQueen n’avait que faire de ces questions tranchées.

 

Par Delphine Roche

 

Alexander McQueen – Blood Beneath the Skin d’Andrew Wilson, publié aux éditions Hardcover.
 

Photo par Gianni Campalato

Baroque et orientalisme : pourquoi la mode masculine bascule-t-elle vers l’opulence ?
698

Baroque et orientalisme : pourquoi la mode masculine bascule-t-elle vers l’opulence ?

Mode Si la mode de la décennie 2010 a connu l'avènement du maximalisme après le succès indéniable du minimalisme en Occident, celui-ci semble prendre chez plusieurs jeunes créateurs des formes nouvelles. À travers des créations aux portes de l'extravagance, ces nouveaux talents de la mode masculine mêlent sacré et profane, tradition et modernité pour composer des silhouettes baroques imprégnées de leur propre culture. Décryptage de ces nouvelles formes d'opulence.  Si la mode de la décennie 2010 a connu l'avènement du maximalisme après le succès indéniable du minimalisme en Occident, celui-ci semble prendre chez plusieurs jeunes créateurs des formes nouvelles. À travers des créations aux portes de l'extravagance, ces nouveaux talents de la mode masculine mêlent sacré et profane, tradition et modernité pour composer des silhouettes baroques imprégnées de leur propre culture. Décryptage de ces nouvelles formes d'opulence. 

Blake Lively en sept tenues époustouflantes sur Instagram
996

Blake Lively en sept tenues époustouflantes sur Instagram

Mode Après avoir incarné le personnage de Serena Var Der Woodsen dans le teen-drama à succès Gossip Girl durant la décennie 2010, Blake Lively est devenue l’une des figures les plus reconnaissables du petit écran. À la fin de la série, l’actrice revient au cinéma et travaille entre autres avec John Travolta, Woody Allen et Anna Kendrick et devient également l’égérie de la maison italienne Gucci en 2012, puis celle de L’Oréal en 2013. Sur le tapis rouge, l'actrice américaine - qui est sa propre styliste - arbore des looks pointus signés par les plus grands créateurs. Retour en images sur sept de ses meilleurs looks. Après avoir incarné le personnage de Serena Var Der Woodsen dans le teen-drama à succès Gossip Girl durant la décennie 2010, Blake Lively est devenue l’une des figures les plus reconnaissables du petit écran. À la fin de la série, l’actrice revient au cinéma et travaille entre autres avec John Travolta, Woody Allen et Anna Kendrick et devient également l’égérie de la maison italienne Gucci en 2012, puis celle de L’Oréal en 2013. Sur le tapis rouge, l'actrice américaine - qui est sa propre styliste - arbore des looks pointus signés par les plus grands créateurs. Retour en images sur sept de ses meilleurs looks.

Advertising
“Black is King” de Beyoncé : décryptage des meilleurs looks de l'album visuel
1

“Black is King” de Beyoncé : décryptage des meilleurs looks de l'album visuel

Mode Vendredi 31 juillet 2020, Beyoncé dévoilait son très attendu nouvel album visuel “Black is King”. Quatre ans après “Lemonade ”, ce film inédit écrit, produit et réalisé par la chanteuse américaine s’inscrit comme un prolongement de ces précédents albums et projets artistiques – notamment le film en live action “Le Roi Lion” – étoffés de références culturelles contemporaines. Si “Black is King” brille par ses images puissantes et ses textes engagés, Beyoncé dévoile également des looks exceptionnels signés de grands créateurs, de jeunes designers émergents ainsi que de labels engagés. Vendredi 31 juillet 2020, Beyoncé dévoilait son très attendu nouvel album visuel “Black is King”. Quatre ans après “Lemonade ”, ce film inédit écrit, produit et réalisé par la chanteuse américaine s’inscrit comme un prolongement de ces précédents albums et projets artistiques – notamment le film en live action “Le Roi Lion” – étoffés de références culturelles contemporaines. Si “Black is King” brille par ses images puissantes et ses textes engagés, Beyoncé dévoile également des looks exceptionnels signés de grands créateurs, de jeunes designers émergents ainsi que de labels engagés.

Moncler invite créateurs, sportifs, explorateurs et artistes dans un nouveau projet digital
234

Moncler invite créateurs, sportifs, explorateurs et artistes dans un nouveau projet digital

Mode Remo Ruffini, président-directeur général de Moncler, invite les créateurs de mode Matthew Williams, Jonathan Anderson et Simone Rocha, mais également des sportifs, artistes et explorateurs pour un nouveau projet créatif, digital et collaboratif d'envergure internationale. Remo Ruffini, président-directeur général de Moncler, invite les créateurs de mode Matthew Williams, Jonathan Anderson et Simone Rocha, mais également des sportifs, artistes et explorateurs pour un nouveau projet créatif, digital et collaboratif d'envergure internationale.

Pourquoi Rihanna est-elle nommée aux Emmy Awards ?
100

Pourquoi Rihanna est-elle nommée aux Emmy Awards ?

Mode Après la nomination de Beyoncé pour son film-documentaire “Homecoming” en 2019, c’est au tour de la chanteuse Rihanna d'être nommée aux Emmy Awards. L'objet de cette nomination : le défilé spectaculaire organisé l'an passé pour son label de lingerie Savage x Fenty et disponible aujourd'hui en streaming sur Amazon Prime.  Après la nomination de Beyoncé pour son film-documentaire “Homecoming” en 2019, c’est au tour de la chanteuse Rihanna d'être nommée aux Emmy Awards. L'objet de cette nomination : le défilé spectaculaire organisé l'an passé pour son label de lingerie Savage x Fenty et disponible aujourd'hui en streaming sur Amazon Prime. 

Comment 3 jeunes labels ont préparé la première Fashion Week digitale
979

Comment 3 jeunes labels ont préparé la première Fashion Week digitale

Fashion Week Du 6 au 13 juillet derniers se tenait la toute première Fashion Week parisienne 100% digitale pour les nouvelles saisons de la haute couture et du prêt-à-porter homme. Une réponse inédite à une situation non moins inattendue qui a contraint les créateurs et les maisons à laisser de côté les défilés avec public pour présenter leurs collections en photos, vidéos ou encore expériences 3D. Quelques temps avant le coup d'envoi de cet événement, Numéro s'est entretenu avec les créateurs de trois jeunes labels afin d'évoquer la préparation de cette saison particulière : Boramy Viguier, Botter et Études.  Du 6 au 13 juillet derniers se tenait la toute première Fashion Week parisienne 100% digitale pour les nouvelles saisons de la haute couture et du prêt-à-porter homme. Une réponse inédite à une situation non moins inattendue qui a contraint les créateurs et les maisons à laisser de côté les défilés avec public pour présenter leurs collections en photos, vidéos ou encore expériences 3D. Quelques temps avant le coup d'envoi de cet événement, Numéro s'est entretenu avec les créateurs de trois jeunes labels afin d'évoquer la préparation de cette saison particulière : Boramy Viguier, Botter et Études.