Numero

Giorgio Armani: l’homme qui a révolutionné le costume masculin

Mode Homme

À l’orée des années 80, il a révolutionné le costume masculin, qu’il a rendu plus souple et plus sensuel. Sa proposition est aussitôt plébiscitée par les plus beaux acteurs de Hollywood, de Richard Gere à Brad Pitt en passant par Robert De Niro. Un succès initial sur lequel Giorgio Armani a bâti, depuis, un empire du vêtement et du lifestyle en noir, grège et blanc.

Giorgio Armani, 2001 – Courtesy of Giorgio Armani.

Les hommes peuvent dire merci à Giorgio Armani ! Au milieu des années 70, cet Italien trouve que les costumes de tradition sont beaucoup trop rigides, qu’ils engoncent le corps et bloquent les hommes dynamiques de son âge dans leur élan. Styliste free-lance, il en parle aux entrepreneurs pour lesquels il dessine des collections. Il aimerait simplifier la construction des vestes, ajouter de l’ampleur aux pantalons, employer des tissus plus légers... Pas un ne voulant le suivre dans cette direction, il décide de fonder sa propre maison, en juillet 1975, la quarantaine déjà sonnée.

 

 

Avec Ralph Lauren et Paul Smith, Giorgio Armani est un des rares designers qui a gagné ses premiers galons dans la mode masculine. À l’instar de ces deux confrères anglo-saxons, le Milanais débute également sa carrière dans un magasin, au contact de la clientèle qui est une formidable école pour apprendre à sentir les envies du marché. Puis, il devient assistant de Nino Cerruti sur les collections masculines. Aux côtés de ce descendant de tisseurs qui s’est diversifié dans le prêt-à-porter à partir de 1967, il découvre l’industrie de l’habillement de l’intérieur, de la filature à la confection, en passant par la création. Une somme de connaissances que Giorgio Armani souhaite partager lorsqu’il monte son bureau de style indépendant en 1973. Mais, à cette époque, l’industrie italienne est encore très artisanale, peu tournée vers la création et les idées nouvelles. Il se heurte sans cesse au conservatisme ambiant et se résout, au bout de deux ans, à transposer toutes ses envies de modernité dans une marque qui portera son nom.

 

 

Dans cette entreprise nouvelle, il est encouragé et épaulé par son boyfriend Sergio Galeotti qui gère l’administratif et les finances. Malheureusement, ce dernier décède dix ans plus tard. Cette disparition affecte énormément le designer qui fait son deuil en se retranchant dans le travail, en veillant pour deux sur les multiples facettes de leur société dont il espère préserver l’indépendance jusqu’à sa mort. Une société qui a bel et bien grandi depuis ses premières années. Il faut dire que le costume Armani à l’allure souple, avec une épaule ronde et naturelle, la taille creusée et une longueur raccourcie, a tout de suite tapé dans l’œil des ragazzi de la Péninsule. Et pas seulement, puisque Giorgio Armani a su emboîter le pas à Nino Cerruti qui, le premier, avait cherché à habiller des acteurs de Hollywood, convaincu que ces derniers pouvaient avoir une influence positive sur les choix du public.

 

 

 

Commandez le Numéro homme 40

 

 

 

En 1980, Richard Gere crève ainsi l’écran en Giorgio Armani dans American Gigolo. Pour les besoins du scénario, le bellâtre est souvent filmé dans son dressing, hésitant entre mille et cent costumes et chemises dans ces coloris neutres chers au créateur milanais. Le long-métrage de Paul Schrader offre une inestimable publicité à la marque qui a 5 ans à peine. À l’époque, ajoutons que bien des femmes s’occupent encore des tenues de leur mari, qui n’a pas (toujours) le sex-appeal du ténébreux Julian Kaye à l’écran. Elles seront également nombreuses à se consoler en s’habillant, elles aussi, chez l’Italien qui décline son style au féminin, quasiment depuis le départ. Rapidement aussi, des parfums et des cosmétiques, des lunettes, des montres et des bijoux ont été lancés. Puis ce fut Emporio Armani à l’accent plus sportswear, Armani Jeans autour du denim, Giorgio Armani Privé en haute couture ou Armani/Casa dans le secteur de l’ameublement et de la décoration, sans pour autant délaisser la mode masculine qui demeure le domaine de prédilection du maestro milanais. D’un défilé à l’autre, à chaque fois, sur le métier Giorgio Armani remet son ouvrage. Un ouvrage dans des teintes entre grège et marine, fort d’une silhouette à la fois souple et précise qui a amplement influé sur l’habillement masculin des années 80.

Lire aussi

loading loading