Numero

216


Commandez-le
Numéro

Statues mayas et écarteurs d'oreilles inspirent la nouvelle collection de joaillerie de Kim Mee Hye

Joaillerie

La créatrice de joaillerie d'origine belge Kimy Gringoire, fondatrice du label Kim Mee Hye, imagine une collection inspirée des statues mayas et des écarteurs d'oreilles, cultivant une allure désinvolte et une réflexion sur le porter. 

À l’instar de Charlotte Chesnais ou Gaia Repossi, elle appartient à cette jeune garde de créatrices de bijoux qui redéfinit les codes de la joaillerie. Avec son label Kim Mee Hye, la Belge Kimy Gringoire propose des pièces ultra contemporaines, fabriquées à la main à Anvers, où le porter importe autant que le design. 

 

Installée au Mexique depuis quelques mois, Kimy Gringoire s’est inspirée de la richesse culturelle de ce pays, notamment de la civilisation maya, pour imaginer sa dernière collection. “Depuis que je suis installée à Mexico, j’ai visité énormément de musées et j’ai remarqué que la forme qui ressortait le plus souvent dans l’art préhispanique était le disque. On retrouve ces disques sur les statuettes où ils prennent parfois la forme d’écarteurs d’oreilles. Ce sont ces éléments ornementaux de l'art mexicain qui m'ont inspiré le thème de ma dernière collection”, explique Kimy Gringoire.

 

Baptisée Distrito Federal (le surnom de la capitale mexicaine), cette collection de la créatrice belge reprend le design des écarteurs, qu’elle réinterprète en pièces de joaillerie circulaires en or jaune, blanc ou rose et parfois pavées de diamants qui viennent se poser délicatement sur le lobe de l’oreille. Exploitant tout le potentiel créatif des boucles d’oreilles, Kimy Gringoire s’amuse également avec leur attache centrale : parfois, elle l'agrémente d’un bras ponctué d’une ou plusieurs pierres, pavé ou orné d'une rivière de diamants, rubis, tourmalines vertes ou morganites roses, de chaînes plus ou moins longues parfois, elles aussi, habillées de pierres. Des créations dont il se dégage une sophistication épurée et un luxe discret, dans la continuité des précédentes collections.

 

1/7
De gauche à droite : collections "Blossom Topic”, "Tropic Topic” et “Reversible”.

Dans ses précédentes collections, la créatrice belge manifestait déjà cette approche décomplexée de la joaillerie. Que ce soit avec “Blossom Topic”, une collection inspirée - comme elle l’explique au magazine Wallpaper - d’une phrase de Proust et des feuilles qui poussent au printemps et tombent à l’automne. Loin de proposer une version romantique ou trop féminine du thème floral, elle imagine au contraire des créations épurées à l’extrême, composées d’une ligne en or agrémentée, ou pas, d’une pierre précieuse. Avec leurs attaches invisibles, ces bagues et bijoux d’oreilles viennent se poser délicatement sur le corps.

 

Des jeux de porter originaux que l’on retrouve également dans sa collection “Tropic Topic”, où les gouttes évidées qui ornent les bracelets, bijoux d’oreilles et colliers habillent la délicatesse de l’os du poignet, les tempes ou les lignes du cou. Cette réflexion autour du design Kimy Gringoire la pousse à l’extrême dans sa collection “Reversible” où des mécanismes complexes permettent d’ouvrir le bijou laissant apparaître des pavages de diamants ou pierres précieuses.

 

https://www.kimmeehye.com

Lire aussi

loading loading