Advertising
Advertising
18 Décembre

Yrsa Daley-Ward, la poétesse activiste qui collabore avec Valentino

 

Pour sa collection de sacs en édition limitée baptisée “On Love”, la maison Valentino a collaboré avec la poétesse britannique, féministe et militante de la cause LGBT, Yrsa Daley-Ward. 

Par Alison Dechandon

La poétesse et activiste Yrsa Daley Ward.

De tendres citations cachées à l’intérieur du Rockstud Spike, sac iconique de la maison Valentino, voici la dernière irrésistible idée de son directeur artistique Pierpaolo Piccioli, qui, la semaine dernière, a décroché le titre envié de Designer of The Year aux British Fashion Awards. Pour ce projet, il a collaboré avec la poétesse britannique, trentenaire militante de la cause LGBT, Yrsa Daley-Ward. Baptisée “On Love”, cette collection capsule sera limitée à 400 exemplaires exclusifs en cuir rouge. Une initiative qui témoigne du talent de Pierpaolo Piccioli à enrichir son horizon créatif en collaborant avec des personnalités anticonformistes, et de placer l’amour et la liberté au cœur d’un projet inédit. 

Le sac “Rockstud Spike”, édition limitée “On Love”, de la maison Valentino. 

Pas tout à fait trentenaire,Yrsa Daley-Ward se définit comme une activiste et féministe LGBT. Pour sa collaboration avec Valentino, elle a pris le parti d’inscrire l'une de ses citations amoureuses – telle "If there’s an answer it's you" – à l'intérieur de chaque Rockstud Spike de cette édition limitée. Chacun contiendra aussi un recueil exclusif de ses poèmes. L’ex-mannequin jamaïcano-nigérienne posait, il y a encore quelques années, pour les labels Nike, Estée Lauder ou encore Topshop. Après le décès de sa mère en 2007, la jeune femme s'embarque pour l’Afrique du Sud et s'installe à Cape Town où elle travaille comme mannequin et se remet à une passion abandonnée depuis ses 17 ans : l'écriture. Inspirés par son enfance mouvementée, ses poèmes mélancoliques et instinctifs abordent des thèmes universels : l’identité, la féminité, l’homosexualité, la santé mentale ou encore la dépression. En 2014, elle auto-édite son premier recueil, Bone, et partage aussi ses vers autobiographiques sur Instagram où elle rencontre un vif succès (ses followers s'élèvent désormais à 149 000 personnes). Venue à bout des années de galère par la seule force de sa persévérance et de sa sincérité, elle se voit même proposer la réédition de Bone en 2017 par les éditions Penguin Book, qui, en 2018, éditent aussi le suivant, The Terrible.

Des citations issues du compte Instagram de Yrsa Daley-Ward.

Une reconversion professionnelle réussie pour celle que le Sunday Times définissait en juin dernier comme “une écrivaine élégante et une voix inhabituelle”. Avec ses courts écrits, Yrsa Daley-Ward se livre notamment sur ses relations amoureuses avec les femmes, même si elle insiste sur le fait que ses poèmes s’adressent à tous les individus, quelle que soit leur orientation sexuelle.  

Advertising

NuméroNews