17 Avril

Un documentaire nous plonge dans le quotidien sensationnel de Grace Jones

 

Diva aussi charismatique qu’extravagante, Grace Jones est au centre du nouveau documentaire de Sophie Fiennes : Grace Jones : Bloodlight and Bami. Présenté au Festival de Toronto l’année dernière, cette œuvre atypique nous plonge dans le quotidien étourdissant de la disco queen des années 80.

Par Alexis Thibault

Grace Jones - Nightclubbing

Icône androgyne sulfureuse des eighties, chanteuse, actrice, muse de Jean-Paul Goude, Andy Warhol et Keith Haring… Grace Jones entre dans la définition contemporaine de la slasheuse. Armée de ses épaulettes surdimensionnées et de ses couvre-chefs excentriques, elle s’est attaquée à l’Everest Piaf sans trembler en reprenant La Vie en Rose, a donné la réplique à Roger Moore pour Dangereusement Vôtre (1985) et marque de son sceau la pop culture. Dans la sphère artistique, Grace Jones fait figure de multi-récidiviste. Et la cover de son album Nightclubbing de 1981 est la meilleure des cartes de visite.

 

 

Grace Jones : Bloodlight and Bami est un portrait brut, une immersion radicale dans la vie de l’icône de la pop culture.

Grace Jones : Bloodlight and Bami

Pendant dix ans, la réalisatrice britannique Sophie Fiennes, sœur de l’acteur Ralph, s’est glissée près du monstre sacré. Saluée pour son documentaire Over Your Cities Grass Will Grow (2010) qui portait sur l’artiste plasticien Anselm Kiefer, la cinéaste a cette fois suivi Grace Jones pendant une décennie afin de dévoiler différentes facettes de la Jamaïcaine, de sa vie privée à ses shows monumentaux. 

 

Présenté l’année dernière au Festival du film de Toronto, Grace Jones : Bloodlight and Bami est un portrait brut et authentique qui fait fi des conventions. Au-delà d’une simple biographie qui utiliserait des images d’archives entrecoupées d’interviews, Sophie Fiennes propose une immersion radicale dans la vie de l’icône. Grace Jones y est tour à tour une fille, une mère, une businesswoman et une bête de scène. À l’ère du #MeToo, le documentaire Grace Jones : Bloodlight and Bami tombe à point nommé, car “Grace reste une artiste et non une marque” pour reprendre les termes de la réalisatrice.

 

Grace Jones : Bloodlight and Bami, de Sophie Fiennes, déjà disponible.

 

NuméroNews