567

Le jardin des délices de Pierpaolo Piccioli chez Valentino

 

Chez Valentino, l’attente était vive : Pierpaolo Piccioli signe pour cette saison printemps-été 2017 sa première collection en solo...

 

 

 

L’exercice ne se révèle pas seulement probant : il émerveille le public rassemblé à l’hôtel Salomon de Rotschild, comme l’avait fait le dernier défilé haute couture de la maison. Pour esquisser ce nouveau départ, le créateur romain est allé puiser comme il aime à le faire parmi les richesses de l’histoire. C’est Le Jardin des délices, triptyque édifiant de Jérôme Bosch, qui lui fournit cette fois la matière d’une exploration hors des strictes limites de l’air du temps. Ce monument de l’histoire de l’art rencontre ici l’histoire, certes plus humble, de la mode : le directeur artistique de Valentino a demandé à Zandra Rhodes, créatrice anglaise dont la coiffure rose vif et les motifs psychédéliques arty ont marqué les années 70 et 80, de dessiner des motifs inspirés du tableau de Bosch. Le résultat se lit sur des robes longues d’une délicatesse absolue. Le vestiaire décline les brocarts, le satin, le velours dévoré, le crêpe, que viennent réchauffer des manteaux de cuir ou de fourrure. Pierpaolo Piccioli démontre ses propres talents de peintre dans la palette, association subtile de tons riches dignes de l’habit de cour, de pastels poétiques, et de tons sombres qui viennent ancrer sa proposition dans un quotidien citadin. Le rose indien cohabite avec le rouge carmin, le jaune pâle avec le beige, le satin rose poudre se porte même en total look. Un vrai moment de grâce.

 

  • 1/79
  • 2/79
  • 3/79
  • 4/79
  • 5/79
  • 6/79
  • 7/79
  • 8/79
  • 9/79
  • 10/79
  • 11/79
  • 12/79
  • 13/79
  • 14/79
  • 15/79
  • 16/79
  • 17/79
  • 18/79
  • 19/79
  • 20/79
  • 21/79
  • 22/79
  • 23/79
  • 24/79
  • 25/79
  • 26/79
  • 27/79
  • 28/79
  • 29/79
  • 30/79
  • 31/79
  • 32/79
  • 33/79
  • 34/79
  • 35/79
  • 36/79
  • 37/79
  • 38/79
  • 39/79
  • 40/79
  • 41/79
  • 42/79
  • 43/79
  • 44/79
  • 45/79
  • 46/79
  • 47/79
  • 48/79
  • 49/79
  • 50/79
  • 51/79
  • 52/79
  • 53/79
  • 54/79
  • 55/79
  • 56/79
  • 57/79
  • 58/79
  • 59/79
  • 60/79
  • 61/79
  • 62/79
  • 63/79
  • 64/79
  • 65/79
  • 66/79
  • 67/79
  • 68/79
  • 69/79
  • 70/79
  • 71/79
  • 72/79
  • 73/79
  • 74/79
  • 75/79
  • 76/79
  • 77/79
  • 78/79
  • 79/79
Le défilé Alexander McQueen automne-hiver 2018-2019
0

Le défilé Alexander McQueen automne-hiver 2018-2019

Fashion Week Tout en délicatesse, la collection automne-hiver 2018-2019 dessinée par Sarah Burton s'inspire des papillons, scarabées et autres insectes exotiques : une robe entièrement brodée, une jupe façon ailes délicates, des coupes rappelant la structure des corps, des imprimés abstraits... On retrouve, distillées dans toute la collection, des références subtiles mais particulièrement bien pensées, couplées à un artisanat d'exeption.   Tout en délicatesse, la collection automne-hiver 2018-2019 dessinée par Sarah Burton s'inspire des papillons, scarabées et autres insectes exotiques : une robe entièrement brodée, une jupe façon ailes délicates, des coupes rappelant la structure des corps, des imprimés abstraits... On retrouve, distillées dans toute la collection, des références subtiles mais particulièrement bien pensées, couplées à un artisanat d'exeption.  

Le défilé Louis Vuitton automne-hiver 2018-2019
1

Le défilé Louis Vuitton automne-hiver 2018-2019

Fashion Week Au sein du Louvre, Nicolas Ghesquière rend hommage à la femme française à travers les époques au sein d'un défilé mêlant inspirations passés, présentes et futures. Au sein du Louvre, Nicolas Ghesquière rend hommage à la femme française à travers les époques au sein d'un défilé mêlant inspirations passés, présentes et futures.

Le défilé Chanel automne-hiver 2018-2019
1

Le défilé Chanel automne-hiver 2018-2019

Fashion Week Prolongeant son élan vers la nature  – le défilé printemps-été 2018 rendait hommage aux gorges du Verdon tandis que celui de haute couture évoquait la majesté des jardins à la française – Karl Lagerfeld imagine cette fois pour Chanel une forêt au mois de septembre comme décor de son défilé automne-hiver 2018-2019. De longs pardessus en tweed, des broderies et brocarts aux formes et aux couleurs de feuilles mortes, des robes de soirée en dentelle délicate ou des mailles chaudes et enveloppes, Karl Lagerfeld invoque la poésie de l'automne. Prolongeant son élan vers la nature  – le défilé printemps-été 2018 rendait hommage aux gorges du Verdon tandis que celui de haute couture évoquait la majesté des jardins à la française – Karl Lagerfeld imagine cette fois pour Chanel une forêt au mois de septembre comme décor de son défilé automne-hiver 2018-2019. De longs pardessus en tweed, des broderies et brocarts aux formes et aux couleurs de feuilles mortes, des robes de soirée en dentelle délicate ou des mailles chaudes et enveloppes, Karl Lagerfeld invoque la poésie de l'automne.