16 Février

Que faut-il retenir du défilé Yeezy Season 5 de Kanye West?

Fashion Week Malgré les nombreuses polémiques liées à sa personne, Kanye West revenait pour une cinquième saison sur le devant de la scène mode avec un défilé Yeezy en collaboration avec Adidas placé sous le signe de la maturité.

Par Chloë Fage

  • 1/31
  • 2/31
  • 3/31
  • 4/31
  • 5/31
  • 6/31
  • 7/31
  • 8/31
  • 9/31
  • 10/31
  • 11/31
  • 12/31
  • 13/31
  • 14/31
  • 15/31
  • 16/31
  • 17/31
  • 18/31
  • 19/31
  • 20/31
  • 21/31
  • 22/31
  • 23/31
  • 24/31
  • 25/31
  • 26/31
  • 27/31
  • 28/31
  • 29/31
  • 30/31
  • 31/31
1/31
  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre

  •  

    Passion denim et minimalisme assumé

     

    Hoodies oversized, cuissardes nude, debardeurs seconde peau ou encore manteaux de fourrure XXL, cette collection Season 5 revisite les pièces phares qui ont fait le succès de Yeezy. Néanmoins, une nouvelle matière fait son entrée, le denim clair, proche des toiles japonaises, décliné en vestes et pantalons à la coupe 501. À mi-chemin entre techwear et streetwear, la colorimétrie reste identique aux saisons précédentes, du rouge lie-de-vin au beige nude en passant par l’iconique vert kaki. 

     

    La mannequin somalienne Halima Adem a défilé voilée

     

    Un casting toujours aussi percutant pour cette collection qui dévoilait pour la première fois la mannequin américano-somalienne Halima Adem portant le voile. À l’image de son passage lors du concours de beauté Miss USA où elle fut la première candidate à porter le voile et le hijab devant le jury. Un combat contre l’islamophobie auquel se joint Kanye West après avoir créé la polémique suite à sa rencontre avec le nouveau président des États-Unis, Donal Trump.

     

    Un setting hors norme et ultra futuriste

     

    Le créateur va toujours plus loin dans la mise en scène du vêtement et repense à chaque fois le concept de défilé. Pour ce Season 5, les crews de mannequins, comprenant Daphne Groeneveld, Luka Sabbat, Stella Lucia ou Amina Blue, n’étaient plus statiques comme à l’accoutumée, mais se trouvaient en backstage, juchées sur des plateformes tournant à 360 degrés et dont l’image était retranscrite sur des écrans géants et en hologrammes au milieu de la scène. Il fallait attendre le traditionnel final pour qu’elles apparaissent en chair et en os devant un public qui venait aussi bien pour le show grandiose que pour les looks.  

     

    L’enfant terrible Kanye West tente de faire amende honorable

     

    Rappelons-nous du défilé Yeezy Season 4, plus de quatre heures de retard avant le début du show, des mannequins s’évanouissant devant un parterre de journalistes scandalisés, sans oublier la présence toujours aussi pesante du gang Kardashian. Pour ce dernier défilé, Kanye West semble avoir retenu la leçon et passe du drama à l’humilité. Le défilé a commencé à l’heure, sans attendre le couple phare Kylie Jenner et Tyga, et le créateur a préféré rester dans l’ombre des backstages au moment du salut final, sans effusion aucune. Tenterait-il de faire amende honorable ? Pour sûr, avec un défilé aussi réussi, tant du point de vue du set design que de l’esthétique, il devrait rapidement revenir dans les bonnes grâces de l'impitoyable sphère mode. 

     

    À LIRE AUSSI  : Pourquoi le défilé Gosha Rubchinskiy présenté à Kaliningrad a-t-il fait événement ?

     

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Abra, nouvelle princesse d’un R’n’B transgenre