29 Juin

Tarantino exhume Charles Manson, découvrez 4 autres tueurs en série qui ont inspiré le cinéma

 

Sadiques, sombres et torturés, fascinant les experts en psychologie autant que les médias, les tueurs en série font irruption dans l'actualité à toutes les époques, saisissant d'effroi un pays entier. Personnalités complexes et terrifiantes, ils sont une source inépuisable de thrillers, polars et films d'horreur. Alors que Quentin Tarantino vient d'annoncer la sortie de son film "Once Upon a Time in Hollywood" sur le serial killer Charles Manson, Numéro revient sur 5 psychopathes dont l'histoire sanglante a inspiré le cinéma.

Par Antoine Ruiz

Brad Pitt et Leonardo DiCaprio dans le nouveau film de Quentin Tarantino, “Once Upon a Time in Hollywood”.

1. Le mystérieux tueur du Zodiaque, toujours non identifié

 

Tantôt surnommé “le Gémeau” tantôt “le Scorpion”, l'énigmatique tueur du Zodiaque est de loin le serial killer le plus populaire de la pop culture. Encore non identifié à l'heure actuelle, il a semé la terreur dans le nord de la Californie entre 1966 et 1978 avec pas moins de cinq meurtres confirmés et une trentaine d'autres seulement revendiqués. Réputé pour avoir nargué les autorités policières à de multiples reprises avec des lettres et cryptogrammes (dont certaines demeurent non élucidées), il a engendré l'interrogations de plus de 2 500 suspects au cours des décennies, laissant ainsi libre cours à l'imagination des réalisateurs. En 1971, le premier film de la saga Inspecteur Harry se penche sur l'affaire du tueur du Zodiaque. Presque vingt ans plus tard, dans le terrifique Exorcist III, le démon qui possède le père Karras serait en fait l'âme tourmentée du tueur en série. En 2007, les acteurs Jake Gyllenhaal et Mark Ruffalo s'arrachent les cheveux pour démasquer le sinistre meurtrier dans le film Zodiac. Côté séries, son nom hante les personnages de Mindhunter ainsi que ceux de la saison 5 d'American Horror Story (Hotel), où le tueur – masqué – s'invite au dîner de la Nuit du Diable.

La bande-annonce du film “Zodiac”.

2. Ed Gein, le tueur nécrophile et voleur de cadavres de la fin des années 50

 

Bien qu'il n'ait pas choisi de sévir sous un pseudonyme ésotérique, Ed Gein s'est fait connaître à la fin des années 50 par ses meurtres à tendance nécrophile et ses vols de cadavres dans le Wisconsin. Fils d'un père alcoolique et d'une mère luthérienne fanatique, il est baptisé “le boucher de Plainfield” suite à la découverte dans sa propriété d'habits et de mobilier faits de peau humaine provenant de cadavres déterrés et de deux femmes qu'il a avoué avoir assassinées. Sa figure et son histoire ont inspiré des œuvres très célèbres, à l'instar du Psychose d'Alfred Hitchcock (1960), adapté plus tard à la télévision avec la série Bates Motel. Le tueur se réincarne dans le personnage du jeune Norman Bates, atteint de dédoublement de la personnalité. Dans Massacre à la tronçonneuse (1974), Ed Gein devient Leatherface, un tueur en série portant un masque de cuir. En 1991, le réalisateur américain Jonathan Demme crée à son tour l'effroyable Hannibal Lecter, le meurtrier du Silence des agneaux, inspiré de trois serial killers dont Ed Gein. Il est également présent dans la saison 2 d'American Horror Story (Asylum), sous le nom de Bloody Face.

La bande-annonce de la série “Bates Motel”.

3. Les crimes d'imitation suscités par Orange Mécanique

 

Sorti sur grand écran en 1971, le film de Stanley Kubrick inverse les rôles. Cette fois-ci, c'est une œuvre de fiction à la violence esthétisée qui inspire d'atroces faits divers et non l'inverse. Le film d'anticipation de Stanley Kubrick suit les aventures morbides d'Alex DeLarge, un sociopathe épris de viol, de musique classique et d'ultraviolence, à la tête d'un gang de voyous qu'il appelle ses “droogies” (issu du mot slave ”drug” signifiant “camarade”). Satire sociale visant à dénoncer la psychologie comportementale comme arme de conditionnement psychologique, l'œuvre a suscité de nombreuses controverses, corrélées notamment à la hausse de délinquance qui a suivi la sortie. Dénommés “copycat crimes” [crimes d'imitateurs], des actes de violence gratuite ont été perpétrés par de jeunes Britanniques, soi-disant influencés par le film. Dans sa biographie Stanley Kubrick (Seuil, 1999), John Baxter cite un passage du prestigieux magazine Times, relevant que nombre de “cas de viols, de meurtres et de passages à tabac attribués à l'influence [d'Orange Mécanique]” ont été recensés. En 1974, après une nouvelle série de crimes et plusieurs lettres de menaces, Kubrick lui-même décide de retirer toutes les copies en circulation en Angleterre.

La bande-annonce du film “Orange Mécanique”.

4. Alain Lamare, le Tueur de l'Oise

 

Certes plus faible qu'outre-Atlantique, la France détient aussi son quota de tueurs en série. Le réalisateur Cédric Anger s'empare ainsi d'une célèbre affaire des années 70, l'affaire Alain Lamare, alias le tueur de l'Oise, pour en faire le fil conducteur de son long-métrage La prochaine fois je viserai le cœur (2014). Et c'est l'acteur français Guillaume Canet qui est sollicité pour interpréter le rôle du criminel. Dans le département de l'Oise, un gendarme mène une double vie et commet une série de meurtres, entre mai 1978 à avril 1979, sur lesquels il est lui-même chargé d'enquêter. Dans la veine du tueur du Zodiaque, il provoque les forces de police en leur envoyant des lettres manuscrites pour revendiquer les faits… Une fois arrêté, il est finalement déclaré irresponsable de ses actes, pour cause d'une maladie mentale rare : l'héboïdophrénie, une forme de schizophrénie.

La bande-annonce du film “La prochaine fois je viserai le cœur”.

5. Charles Manson et ses sbires

 

Pour son prochain film, le réalisateur Quentin Tarantino a choisi de parcourir l'histoire de Charles Manson, le plus célèbre et dangereux tueur en série de Los Angeles qui a sévi pendant la période hippie. D'abord élevé par une mère prostituée et alcoolique puis placé sous l'autorité de son oncle et sa tante (qui se révèlent des tuteurs sadiques), il devient le leader d'une communauté qu'il appelle la “Manson Family”, rassemblant entre 30 et 50 personnes embarquées dans un trafic de drogue. S'autoproclamant comme une réincarnation du Christ, Charles Manson associe des extraits de la Bible à des textes du White Album des Beatles pour divulguer une prophétie invraisemblable à ses adeptes à propos d'une guerre apocalyptique entre les Noirs et les Blancs. En 1969, il commandite le meurtre le plus médiatisé au monde, celui de Sharon Tate, l'épouse de Roman Polanski, victime d'avoir habité la demeure du producteur de musique Terry Melcher, que Charles Manson avait dans le collimateur. Celui-ci ayant déménagé, la “Manson Family” a finalement assassiné les nouveaux occupants de la propriété, dont la célèbre actrice, alors enceinte de huit mois, et quatre de ses amis présents ce jour-là.

 

 

Le nouveau film de Quentin Tarantino, Once Upon a Time in Hollywood, réunit un casting 5 étoiles : Brad Pitt, Leonardo DiCaprio, Margot Robbie, Dakota Fanning, ou encore Al Pacino. Il devrait sortir en salle durant l'été 2019.

NuméroNews