Jonathan Anderson, collectionneur et passionné d’art, est l’invité prestigieux de la galerie Hepworth Wakefield, haut lieu de l’art moderne britannique. Curateur de l’exposition “Disobedient Bodies”, l'Irlandais interroge la vision du corps et ses représentations radicales dans l’art, la mode et le design. Le créateur y présente 100 pièces de 40 artistes : Louise Bourgeois côtoie Alberto Giacometti avec, à l'entrée, une des pièces maîtresses d’Henry Moore, la sculpture “Reclining Figure” (1936). Le créateur y présente également des pièces de sa collection de prêt-à-porter masculin de l'automne-hiver 2013, dans laquelle se glissaient des détails directement issus du vestiaire féminin.

 

Au centre de cette exposition, Jonathan Anderson propose une installation monumentale composée de pull oversized (du col au plafond et des emmanchures au sol) où le visiteur pourra s’imaginer dans une démesure étourdissante. “J’ai été très excité par cette opportunité rare de réunir certaines des œuvres d’art et des pièces de mode qui m’inspirent dans mon processus créatif, et d’avoir l’occasion d’observer comment ces objets interagissent les uns à côté des autres.” Dans ses collections de mode comme dans ses campagnes de communication, Jonathan Anderson ne cesse d’affirmer une vision novatrice du vêtement, dont il hybride les formes, souvent dans la perspective contemporaine du post-genre.

 

“Disobedient Bodies”, jusqu’au 18 juin 2017 à la galerie Hepworth Wakefield Gallery, Yorkshire, Angleterre.

 

À VOIR AUSSI : Le défilé J.W.Anderson automne-hiver 2017-2018 

 

SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La folie subversive de Puppies Puppies prend d’assaut la Biennale du Whitney Museum