Toute ressemblance avec des événements ou personnes existantes est purement fortuite… Ou pas. Super héros libidineux, vaniteux, corrompus et imbuvables ? C’est la recette de la série The Boys qui, sous ses airs de détournement de l’univers Marvel, en profite pour faire passer des messages bien sentis. Dans la première saison, The Deep (incarné par Chace Crawford) – le plus détestable de tous les super-héros –, baissait son pantalon devant une nouvelle recrue pour lui faire des avances. Une scène qui, en plein mouvement MeToo, avait hissé la série au statut de satire sociale et politique.

 

L’humour noir en berne, c’est par ailleurs la marque de fabrique de l’auteur américain Garth Ennis. Sa première bande-dessinée Preacher (1995-2000), adaptée au petit écran pour OCS en 2016, s’attaquait à un homme d’Église possédé par une entité divine. Dans The Boys, l’auteur déconstruit de bout en bout la figure du demi-dieu incarnée par les super-héros, en les dépeignant comme des gamins prétentieux davantage mues par la soif de célébrité que par le don de soi. 

 

Produite par l’acteur Seth Rogen (Donnie Darko, 2001 ; The Disaster Artist, 2019) et son acolyte Evan Goldberg (En cloque, mode d’emploi, 2007 ; Sausage Party, 2016), la première saison était particulièrement loufoque, scènes absurdes et ultra-violentes à la clef. Pour ce grand retour, un an après la diffusion des premiers épisodes, The Boys s’annonce encore plus intense et déjantée. En plus du guest star Patton Oswalt (Brooklyn Nine-nine, 2013), la série retrouvra ses acteurs Chace Crawford, Dominique McElligott (House of Cards, 2013-2018), Jessie T. Usher (Shaft, 2019), Nathan Mitchell (Scorched Earth, 2016), Malcolm Barrett (Preacher, 2016-2019 ; Démineurs, 2008) et d’autres.

 

The Boys, saison 2 – Disponible à partir du vendredi 4 septembre sur Amazon Prime Video.