Advertising
Advertising
24 Mars

Netflix retrace l'histoire de la première millionnaire aux États-Unis

 

La nouvelle mini-série Netflix “Self Made : D’après la vie de Madam C. J. Walker” retrace l’ascension sociale spectaculaire de Madam C. J. Walker, une self-made woman née au lendemain de l'abolition de l’esclavage aux États-Unis et pionnière de la cosmétique. Un biopic touchant qui retrace la vie de la première femme américaine millionnaire. 

Par Emma Naroumbo Armaing

En 1867, Sarah Breedlove nait près de la ville de Delta en Louisiane. Rien ne prédestinait cette fille d’esclaves à se lancer dans la vente de cosmétiques et à devenir ainsi la première femme millionnaire aux États-Unis. Netflix présente son histoire dans Self Made : D’après la vie de Madam C. J. Walker, une série adaptée de la vie de Madam C. J. Walker racontée par son arrière-arrière-petite-fille, la journaliste américaine A’Lelia Bundles, dans la biographie On Her Own Ground: The Life and Times of Madam C. J. Walker, publiée en 2001. Et c'est l’oscarisée Octavia Spencer, connue entre autres pour le rôle Minny Jackson dans La Couleur des Sentiments (2011) ou celui de la mathématicienne Dorothy Vaughan dans Les Figures de l’ombre(2016) qui se glisse dans la peau de C. J. Walker pour ce biopic en quatre épisodes.

 

Ce que je préfére dans mon rôle de Madam C. J., c’est que je joue le rôle de Madam C. J., déclare Octovia Spencer dans le documentaire de présentation de la série réalisé par Netflix. Une série en huit épisodes qui suit les pas de cette jeune femme afro-américaine dans son ascension fulgurante vers le succès. Membre d’une fratrie de six enfants, dont les aînés sont réduits à l’esclavage jusqu’à sa naissance cinq ans après la proclamation d’émancipation (1963), Sarah Breedlove de son vrai nom, se retrouve orpheline à l’âge de sept ans. Travaillant comme domestique, elle va, contre toute attente et par force de travail et de détermination, créer sa propre marque de cosmétiques spécialisés dans les soins pour cheveux afro, elle-même souffrant de problèmes capillaires sévères. Avec son entreprise  qu'elle baptise Madam C. J. Walker Manufacturing Company – du nom de son mari publiciste Charles Joseph Walker – elle sillonne les États-Unis pour vendre ses produits et bâtir son empire qui s’élèvera à des millions de dollars et fera de Madam C. J. Walker la première businesswoman américaine de l’histoire des États-Unis. 

 

Avec Self Made, les producteurs ont choisi de mettre en lumière le destin incroyable de cette femme, pionnière de l’industrie de la beauté aux États-Unis. Un marché encore peu développé à la fin du XIXe siècle et que Madam C. J. Walker a su s’approprier et faire fructifier en redonnant de la valeur à une beauté afro dévaluée depuis des siècles. Bien que la série reprenne le traditionnel poncif du triomphe des faibles sur les puissants, le discours est nuancé et souligne les difficultés traversées par l’héroïne, comme le colorisme interne à la communauté noire, les standards de beauté américains, l’importance de soutenir les entreprises naissantes des Afro-Américains… Madam C. J. Walker laisse derrière elle un héritage inspirant, l’histoire intemporelle d’une femme iconique résiliente, puissante et indépendante avant l’heure. 

Bande annonce de “Self Made : D’après la vie de Madam C. J. Walker” (2020) | Netflix

Self Made : D’après la vie de Madam C. J. Walker (2020) disponible sur la plateforme Netflix.

Advertising

NuméroNews