Qu’il soit en mouvement ou au repos, érotisé ou chaste, exposé dans toute sa vulnérabilité ou à peine suggéré, le corps incarne l’une des plus grandes obsessions de la photographie, traversant les courants comme les époques. Nombre de photographes et artistes contemporains s’y sont confrontés, de Helmut Newton à Robert Mapplethorpe, en passant par Vanessa Beecroft. Ainsi, dans une exposition inédite intitulée Body Performance, la fondation Helmut Newton à Berlin a réuni les clichés de treize grands photographes, mêlant le corps à des thématiques précises comme celle de la danse, du mouvement et de l’espace. “La performance est une forme d’art indépendante, et la photographie est son fidèle compagnon”, peut-on lire sur le site Internet de la fondation. 

 

Plus précisément, au-delà de la représentation du corps, c’est la photographie de nu que l’exposition, débutée le 30 novembre dernier, a souhaité mettre en avant. “Tout photographe qui affirme qu’il n’est pas un voyeur est un idiot ou un menteur”, déclarait volontiers le provocateur Helmut Newton. Mais au-delà des sulfureux clichés du photographe australien réalisés pour des grands magazines de mode, l’exposition présente l’un de ses travaux les plus méconnus avec le ballet de Monte Carlo. La requête venait de la Princesse Caroline de Monaco elle-même, que l'artiste avait pour habitude de prendre pour modèle : un véritable défi pour celui qui n’avait encore jamais capturé de danseurs. 

 

Fermée au public suite aux mesures de confinement prises en Allemagne et partout dans le monde, la Fondation Helmut Newton vient de rendre disponible une visite virtuelle de l’exposition. Dans une vidéo d’environ 45 minutes à 360°, commentée en anglais par son curateur Matthias Harder, les internautes peuvent désormais déambuler entre les murs du musée allemand depuis leur canapé. Au-delà des clichés d’Helmut Newton, on y croise les images révolutionnaires de Inez & Vinoodh, comme leurs portraits d’hommes aux mains de femmes – un montage réalisé bien avant la naissance de Photoshop –, ou bien les corps androgynes mis en scène par Robert Mapplethorpe dans les années 70, à l’heure de la libéralisation des moeurs. 

 

Body Performance, jusqu’au 20 septembre 2020, Fondation Helmut Newton, Berlin.