Advertising
892

Paris Photo : le corps dans tous ses états photographiques

 

Avec Paris Photo, c’est pas moins de 153 galeries qui célèbrent la photographie au Grand Palais jusque dimanche. A l’occasion de cette 20ème édition, Numéro s’est penché sur le traitement du corps par les grands noms et par les talents émergents.

Par Thibaut Wychowanok

Détail de l'installation de Douglas Gordon à Paris Photo 2016.

 

 

 

1. Le corps-à-corps de Douglas Gordon (galerie Until Then)

 

C’est l’installation qui a marqué tous les esprits au sein de Prismes, la section de Paris Photo consacrée aux grands formats et séries. L’ex enfant terrible de Glasgow - Turner Prize en 1996 déjà ! - a recouvert toute une salle de nouvelles photographies réalisées il y a deux ans dans les cuisines du Café français à Bastille : des détails de l’anatomie d’une femme et d’un homme (on reconnaît l’artiste) pris dans un corps-à-corps étourdissant. Cadrés de près, parfois flous, collés les uns sur les autres, les clichés forment un papier peint en patchwork, un assemblage de morceaux de corps s’affrontant, se confrontant ou se caressant. Epaules, mains et visages semblent alors aussi désarticulés que les célèbres poupées de Hans Bellmer, comme si le corps abandonné par son esprit se laissait aller à ses passions les plus primitives. Sensuel et violent.

 

Prix : 290 000 dollars (l’installation) - certaines photos sont disponibles séparément

Vue de l'installation de Douglas Gordon à Paris Photo 2016.

Vue de l'installation de Douglas Gordon à Paris Photo 2016.

Ellen Carey

Self-Portrait, 1986

signed, dated and titled verso

unique Polaroid 20 x 24

33 x 26 inches (84 x 66 cm)

$14,000.00

 

 

2. Les visages psychédéliques d'Ellen Carey (M+B Gallery)

 

Sur le stand de l’excellente galerie M+B de Los Angeles, outre le travail de Matthew Brandt (déjà repéré l’année dernière), deux artistes retiennent l’attention pour leurs expérimentations passionnantes. Dans ses photographies des années 80, Ellen Carey tire son propre portrait utilisant une pellicule Polaroid comme une toile grand format. Multipliant les expositions de la pellicule, et utilisant différents « masques » réassemblés manuellement, ses expérimentations pop et psychédélique préfigurent l’ère Photoshop et l’imagerie digitale avant même son invention. “Si l’Américaine a partagé les bancs de l’école avec Cindy Sherman et Robert Longo, explique la galerie, elle a préféré très tôt s’intéresser aux limites de son medium, à l’abstraction et au rôle de la couleur, plutôt qu’à l’approche plus figurative et narrative de ses pairs.“

 

Prix : 14 000 dollars l’auto-portrait​ d'Ellen Carey

Ellen Carey

Self-Portrait, 1984

signed, dated and titled verso

unique Polaroid 20 x 24

33 x 26 inches (84 x 66 cm)

$14,000.00

Daniel Gordon

Red Eyed Woman, 2011

signed and numbered verso

chromogenic print

37-1/2 x 29-3/4 inches (95 x 76 cm)

edition of 3 plus 1 artist's proof 

$10,000.00

 

 

3. Les visages recomposés de Daniel Gordon (M+B Gallery)

 

Le photographe new-yorkais de 36 ans dont le travail a déjà intégré les collections du MoMA présente de fascinants portraits et natures mortes. “Daniel Gordon réalise un long travail de recherche d’images sur Internet, explique la galerie, avant de les imprimer et de réaliser à partir d’elles des collages en 3 dimensions représentant des figures humaines ou des objets. Il photographie par la suite ces mises en scène dans son studio de Brooklyn.“ Un art de la composition post-digital qui assume aussi ses influences historiques, de Cézanne aux grands maîtres du XXème siècle.

 

Retrouvez une visite en vidéo de l’atelier de l’artiste ici.

 

Prix : entre 10 000 et 11 000 dollars 

Vue du stand de la galerie mor charpentier avec Rosângela Rennó.

 

 

4. L’empreinte du corps avec Rosângela Rennó (galerie Mor Charpentier)

 

C’est sans doute l’une des séries les plus fortes de Paris Photo. Dans son projet Vulgo (Alias), l’artiste brésilienne née en 1962 a travaillé à partir des archives pénitentiaires de Sao Paulo, à une époque où certains scientifiques pensaient pouvoir remplacer l’empreinte digitale par l’empreinte capillaire pour identifier les criminels. S’emparant des photos des crânes des détenus, Rosângela Rennó a coloré en rouge leur couronne, comme pour redonner une individualité à chacun d’entre eux. L’artiste qui vit à Rio de Janeiro travaille depuis longtemps sur les “fichiers morts“ qu’elle se réapproprie : archives, journaux, albums de famille…. “ Elle remet ainsi au premier plan les anonymes et les oubliés de la société, explique la galerie. Son travail est une enquête sur le temps, l’oubli et les changements sociaux et psychologiques qui transforment la mémoire.“ Rosângela Rennó a intégré la galerie mor charpentier cet été.

 

Prix : non communiqué​

Eyes, 2001 - 2003
De la série Vulgo [Alias], 1999 - 2003 Canson RC Photogloss Premium 270gr 170 x 110 cm
Edition de 3 + 1 EA 

Volcan, 2001
De la série Vulgo [Alias], 1999 - 2003 Canson RC Photogloss Premium 270gr 168 x 122 cm
Edition de 3 + 1 EA 

 

 

5. Le corps sublimé de Kate Moss par Peter Lindbergh (Gagosian Gallery)

 

Plus de 20 ans après avoir photographié Kate Moss en salopette (image devenue culte de la célèbre mannequin en 1994), Peter Lindbergh offre un nouveau portrait saisissant. Ce que la« Brindille » a perdu en innocence, elle l’aura gagné en intensité.

 

Retrouvez notre focus sur l’exposition évènement de Peter Lindbergh à Rotterdam.

 

Prix : 55 000 euros (édition de 3 à ce format)

 

 

6. Les corps trangenres de Lærke Posselt (galerie VU')

 

L’artiste danoise de 32 ans présente sur le stand de la galerie VU' ses portraits sensibles et émouvants de personnes trangenres refusant de se déclarer homme ou femme. La série éminemment poétique a été réalisée au Danemark, “pays où les transgenres ont plus de droits qu’en France, commente la galerie. Le numéro de sécurité social n’indique pas si on est un homme ou une femme par exemple.“ Lærke Posselt souhaite poursuivre ce projet à Paris et à Berlin.

 

Prix : 1350 euros (petit format) - 2 800 euros (grand format, édition de 3)

Voyeurs (2016), 60 x 40 cm. Edition de 6 + 2AP.

 

 

7. Les corps hybrides de Roger Ballen et Asger Carlsen (galerie Dittrich & Schlechtriem)

 

C’est l’une des collaborations les plus réjouissantes de Paris Photo. Le jeune photographe danois Asger Carlsen, installé à New York et passé maître dans la retouche numérique, et l’artiste new-yorkais Roger Ballen, installé en Afrique du Sud et dont on connait le travail sur la période post-apartheid, ont échangé pendant 5 ans pour réaliser à quatre mains ces mises en scène surréalistes, grotesques et à l’humour très noir de corps hybrides. “Le travail de cette série No Joke s’est fait de manière très intuitive, explique la galerie, par conversation Skype et emails. Chacun reprenait le travail de l’autre, dessinant dessus ou réalisant des collages, au risque d’amener l’œuvre vers quelque chose de totalement différent. Cette série n’aurait pas été possible à une époque où Internet ne permettait pas l’échange d’images de très haute qualité. Cela rend cette collaboration entre deux générations de photographe particulièrement actuelle.“

 

Prix : édition de 6. Editions de 1 à 4 : 6 000 euros. Editions de 5 à 6 : 8 000 euros.

Adjustement (2016), 60 x 40 cm. Edition de 6 + 2AP.

 

8. Les corps au petit matin de Richard Renaldi (Benrubi Gallery)

 

L’Américain Richard Renaldi est allé photographier les corps (ou ce qu’il en reste) des New-Yorkais au petit matin le dimanche : couple gay, travestis, égarés… La série intitulée Manahattan Sunday a également donné lieu à un très bel ouvrage publié chez Aperture

 

Prix : 5 000 dollars (édition de 5)

Michel JOURNIAC

Rituel pour un mort : Constat d'une action célébrée sur une tombe, le 15 décembre 1975 en présence de deux témoins, 1976

© Michel Journiac, Adagp, Courtesy Galerie Christophe Gaillard, photo : Rebecca Fanuele

 

 

 

9. Le corps scarifié de Michel Journiac (galerie Christophe Gaillard)

 

La galerie Christophe Gaillard consacre tout son stand à la question du corps. Intitulé “Body as material / Photography as a medium“, l’accrochage réunit des œuvres de Gina Pane, d’Arnulf Rainer mais aussi de Michel Journiac. Si l’on connait bien la performance où l’artiste se travestit en femme, Christophe Gaillard présente ici un travail sur le rapport (violent) au corps dans la lignée des actionnistes viennois : une boîte reliquaire contenant 21 photos où l’on voit l’artiste se scarifier. L’ensemble comprend d’ailleurs le gravier tâché par le propre sang de Journiac, un squelette de main et l’anneau signé par l’artiste. On murmure que le Centre Pompidou serait intéressé.

 

Prix : entre 20 000 et 30 000 euros

 

 

Paris Photo. Du 10 au 13 novembre 2016 sous la nef du Grand Palais (VIIIe). De 12h à 20h (19h dim.).

Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg et Sebastian sous l'objectif de Jean-Baptiste Mondino
152

Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg et Sebastian sous l'objectif de Jean-Baptiste Mondino

Photographie Tel un alchimiste, Jean-Baptiste Mondino a le don de capturer la fascinante beauté des stars de la musique pour donner naissance à des clichés cultes et intemporels. On connaît bien sûr ses collaborations mythiques avec les plus grands, de Prince à Madonna, en passant par Vanessa Paradis... Inspiré par ces talents exceptionnels qui façonnent notre époque, le grand photographe et réalisateur français compose une iconographie qui exalte la personnalité et la singularité de chacun. L’artiste, ami fidèle de Numéro, dévoile ici un portfolio exclusif des esprits les plus captivants d’aujourd’hui, parmi lesquels figurent en bonne place Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg ou encore Christine and the Queens. Tel un alchimiste, Jean-Baptiste Mondino a le don de capturer la fascinante beauté des stars de la musique pour donner naissance à des clichés cultes et intemporels. On connaît bien sûr ses collaborations mythiques avec les plus grands, de Prince à Madonna, en passant par Vanessa Paradis... Inspiré par ces talents exceptionnels qui façonnent notre époque, le grand photographe et réalisateur français compose une iconographie qui exalte la personnalité et la singularité de chacun. L’artiste, ami fidèle de Numéro, dévoile ici un portfolio exclusif des esprits les plus captivants d’aujourd’hui, parmi lesquels figurent en bonne place Johnny Depp, Charlotte Gainsbourg ou encore Christine and the Queens.

Tout savoir sur la photographie en 5 documentaires Arte
777

Tout savoir sur la photographie en 5 documentaires Arte

Photographie Robert Mapplethorpe, Robert Doisneau, F. C. Gundlach, Willy Ronis, Dorothea Lange ou encore Martin Parr, la chaîne Arte célèbre la photographie sous tous les angles avec une série de documentaires programmés suite à l’annulation de la 51ème édition des Rencontres d’Arles. Robert Mapplethorpe, Robert Doisneau, F. C. Gundlach, Willy Ronis, Dorothea Lange ou encore Martin Parr, la chaîne Arte célèbre la photographie sous tous les angles avec une série de documentaires programmés suite à l’annulation de la 51ème édition des Rencontres d’Arles.

Advertising
Paul McCartney en 5 pochettes d'albums mythiques
777

Paul McCartney en 5 pochettes d'albums mythiques

Musique À l’occasion de la réédition de “Flaming Pie”, le dixième album studio de Paul McCartney sorti en 1997, Numéro se replonge dans la carrière de cette icône de la musique. De la Beatlemania aux photos de famille, en passant par les rumeurs de mort et l’amour vache de John Lennon, retour sur cinq pochettes d'albums mythiques du chanteur britannique. À l’occasion de la réédition de “Flaming Pie”, le dixième album studio de Paul McCartney sorti en 1997, Numéro se replonge dans la carrière de cette icône de la musique. De la Beatlemania aux photos de famille, en passant par les rumeurs de mort et l’amour vache de John Lennon, retour sur cinq pochettes d'albums mythiques du chanteur britannique.

Carol Civre, l'artiste qui glorifie le corps féminin dans un monde 100% digital
496

Carol Civre, l'artiste qui glorifie le corps féminin dans un monde 100% digital

Numéro art Remarquée pour ses personnages féminins modélisés en 3D dont les apparences avoisinent les déformations d'un filtre Instagram ou d'un jeu vidéo, la jeune artiste new-yorkaise Carol Civre compose un monde intégralement numérique dans lequel les femmes scintillent et triomphent dans toute leur diversité. Derrière son esthétique singulière se lit un regard nouveau sur le corps et ses représentations, mais également l'affirmation d'une nouvelle forme d'expression née par et pour le support digital.  Remarquée pour ses personnages féminins modélisés en 3D dont les apparences avoisinent les déformations d'un filtre Instagram ou d'un jeu vidéo, la jeune artiste new-yorkaise Carol Civre compose un monde intégralement numérique dans lequel les femmes scintillent et triomphent dans toute leur diversité. Derrière son esthétique singulière se lit un regard nouveau sur le corps et ses représentations, mais également l'affirmation d'une nouvelle forme d'expression née par et pour le support digital. 

Robin Plus, photographe d'un monde fragile et digne héritier de Wolfgang Tillmans
709

Robin Plus, photographe d'un monde fragile et digne héritier de Wolfgang Tillmans

Numéro art À peine diplômé de l'ENSP d'Arles, le jeune photographe français Robin Plus y présente jusqu'au 3 août sa première exposition personnelle. L'occasion de découvrir, dans l'intimité d'un appartement, la force de ses portraits et mises en scène traduisant toute la fragilité de notre monde contemporain.  À peine diplômé de l'ENSP d'Arles, le jeune photographe français Robin Plus y présente jusqu'au 3 août sa première exposition personnelle. L'occasion de découvrir, dans l'intimité d'un appartement, la force de ses portraits et mises en scène traduisant toute la fragilité de notre monde contemporain. 

Les stars de la musique photographiées par Hedi Slimane
1

Les stars de la musique photographiées par Hedi Slimane

Photographie Observateur passionné de la scène rock qu’il immortalise dans ses photographies percutantes, le célèbre créateur français Hedi Slimane est tout aussi reconnu dans le monde de la musique que dans celui de la mode, où il règne depuis vingt ans. Sa passion, ce designer visionnaire l’a exprimée à travers ses collections pour la maison Celine, mais aussi à travers des livres regroupant ses images iconiques, tel son Rock Diary qui célèbre aussi bien les stars du genre que les musiciens underground, et jusqu’aux bandes-son de ses défilés pour Celine, qu’il fait toujours composer spécialement par un groupe de son choix. Pour Numéro, il dévoile un portfolio exceptionnel de ses plus beaux clichés en noir et blanc de stars de la musique, de Lady Gaga à Kim Gordon en passant par Pete Doherty. Observateur passionné de la scène rock qu’il immortalise dans ses photographies percutantes, le célèbre créateur français Hedi Slimane est tout aussi reconnu dans le monde de la musique que dans celui de la mode, où il règne depuis vingt ans. Sa passion, ce designer visionnaire l’a exprimée à travers ses collections pour la maison Celine, mais aussi à travers des livres regroupant ses images iconiques, tel son Rock Diary qui célèbre aussi bien les stars du genre que les musiciens underground, et jusqu’aux bandes-son de ses défilés pour Celine, qu’il fait toujours composer spécialement par un groupe de son choix. Pour Numéro, il dévoile un portfolio exceptionnel de ses plus beaux clichés en noir et blanc de stars de la musique, de Lady Gaga à Kim Gordon en passant par Pete Doherty.