Numero

216


Commandez-le
Numéro

Yoko Ono rhabille la façade du plus grand musée des États-Unis

Numéro art

À l'approche de sa réouverture ce samedi 29 août après cinq mois fermé au public, le Metropolitan Museum of Art de New York a invité Yoko Ono à investir sa prestigieuse façade sur la Cinquième Avenue. En réponse directe à la crise que traverse le monde actuellement, l'artiste japonaise y inscrit en grand les mots “DREAM TOGETHER” afin de manifester un message d'espoir et de solidarité. 

Il est le plus grand musée d’art des États-Unis et renferme parmi les plus riches collections au monde. Depuis sa création en 1870, le Metropolitan Museum abrite en effet plus de 5000 ans d’histoire incarné dans 2 millions d’objets et œuvres d’art. Installée sur la plus célèbre artère de Manhattan, la Cinquième Avenue, l’établissement – qui accueille annuellement depuis 1948 le célèbre Met Gala – est devenu l’un des bâtiments incontournables de la Grosse Pomme. Mais cette année, comme toutes les institutions culturelles et lieux d’expositions, le musée a particulièrement souffert de la pandémie de Covid-19 : en conséquence de sa fermeture pendant les cinq derniers mois, il fut contraint de se séparer d’un quart de son personnel.

 

Aussi, à l’approche sa réouverture prévue ce samedi 29 août, le musée a souhaité marquer cet événement exceptionnel en rhabillant sa façade historique d’une nouvelle œuvre d’art. Et c’est l’artiste japonaise Yoko Ono qui fut choisie pour investir ce décor prestigieux. Bien connue pour ses œuvres aux multiples supports, de ses performances à ses films en passant par ses poèmes, mais aussi pour ses talents de chanteuse et musicienne, cette figure de l’avant-garde new-yorkaise a opté ici pour un message simple et efficace : “DREAM TOGETHER” (rêvez ensemble), deux mots inscrits en noir respectivement sur deux grandes bannières blanches tendues à gauche et à droite de l’entrée principale du bâtiment. Un message optimiste empli d’espoir, présenté par son auteure comme une réponse directe à la crise que nous traversons : “Quand nous rêvons ensemble, nous créons une nouvelle réalité. Le monde souffre terriblement mais nous sommes ensemble, même si cela semble difficile à voir parfois, et notre seule issue pour traverser cette crise sera d’être ensemble. Chacun d’entre nous a le pouvoir de changer le monde. Souvenez-vous de l’amour.”

Photo par Matthew Placek © Yoko Ono

Si ce déploiement textuel monumental à l’extérieur d’un bâtiment évoque les nombreuses installations d’une Jenny Holzer ou encore les sculptures en néons d’un Claude Lévêque, Yoko Ono a en vérité utilisé très tôt ce procédé pour défendre ses idées. Le 15 décembre 1969, elle entamait déjà avec son non moins célèbre compagnon John Lennon une campagne en opposition à la guerre du Viêt Nam, diffusée via des flyers et des immenses affiches placardées dans onze grandes villes du monde, où se lisait le logo “WAR IS OVER ! If you want it. Happy Christmas from John & Yoko. Cinquante et un ans plus tard, son DREAM TOGETHER rejoint donc les quatre femmes sculptées en bronze par l’artiste d’origine kenyane Wangechi Mutu devant le musée new-yorkais, où les visiteurs de Manhattan pourront l’apprécier jusqu’au 13 septembre.

 

Yoko Ono, “DREAM TOGETHER”, visible du 20 août au 13 septembre sur la façade du Metropolitan Museum of Art, New York. 

Lire aussi

loading loading