À l’heure de l’ultra-transparence et des monstrueuses stratégies de communication, jouer la carte du mystère est un pari risqué, dont l’issue est à double tranchant. Il entraîne parfois des succès sans précédent, à l’image du très discret groupe de rap PNL – dont les albums s’écoulent à plusieurs millions d’exemplaires, comme il peut se révéler être un cuisant échec. Dans le cas du très intriguant Slingbaum, on penchera plutôt pour la première option. Cela commence par le noir omniprésent sur la pochette de son premier album, où se distingue un personnage inquiétant. L’oeuvre, intitulée Waif, est signée Roger Ballen, collaborateur régulier du duo Die Antwoord, et date de 2012. 

 

En janvier dernier, l’artiste faisait une première apparition sur le réseau social Instagram, afin d’annoncer son premier album, Slingbaum One. Immédiatement, l’oeil est attiré par ce qu’il reconnaît. Damon Albarn, FKA twigs, Erykah Badu ou encore D’Angelo… Sur la pochette du disque, une ribambelle de noms aussi célèbres qu’impressionnants se succèdent les uns après les autres. On pourrait croire à une farce : il n’en est rien. Le musicien originaire de Whitechapel et co-fondateur de Gorillaz confirme sa participation sur son propre compte, tout comme celle que l’on surnomme volontiers la reine de la néo-soul, Erykah Badu. 

 

Malgré la masse cotonneuse et opaque qui entoure Terry Slingbaum – de son nom complet –, ce dernier apparaît comme un homme au multiples connexions. Humble, il se fend d’une citation pour accompagner l’annonce du disque : “Aujourd’hui, je présente modestement mon premier album. Il s’agit du résultat de plusieurs années de travail effectué avec les personnes énumérées, avec lesquelles j’ai eu un immense plaisir à travailler”. Uniquement disponible en vinyle, Slingbaum One se compose de trois morceaux. Behoove, révélé en exclusivité sur les ondes de la BBC le 23 mai dernier – à 1:50:53 –, réuni Erykah Badu et D’Angelo pour une ballade sensuelle et inquiétante, sublimée par des beats électroniques et les soupirs de la chanteuse. FKA twigs participe quant à elle au morceau Strangers, en compagnie de Oumou Sangaré et Nick Hakim, tandis que Morphine, l’ultime titre du disque, est une collaboration avec Damon Albarn, Bilal, Syd et le légendaire pianiste Ahmad Jamal.