A l’instar de Bob Dylan, qui, alors qu’il n’avait sorti que des reprises depuis 2012, a dévoilé ces dernières semaines deux titres aux allures christiques, le mythique groupe de rock britannique a révélé hier un nouveau morceau original, particulièrement prémonitoire. “I’m a ghost, living in a ghost town […] life was so beautiful, then we all got locked down” “Je suis un fantôme qui vit dans une ville fantôme […] la vie était si belle, puis nous avons tous été confinés”). Difficile de croire en effet, que ces paroles ont été écrites quelques semaines seulement avant le début de l’épidémie de Covid-19. Pourtant, le leader charismatique des Rolling Stones, Mick Jagger, a annoncé en dévoilant le morceau-prophète que Living in a Ghost Town avait été enregistré l’année dernière, en préparation d’un nouvel album qui devrait sortir prochainement.

 

Diffusé hier à 18h30 sur France Inter, le morceau rappelle l’énergie folle des premiers titres des Stones, fort d’un refrain particulièrement entrainant. Sorte de blues aux accents ska à peine dissimulés, Living in a Ghost Town n’est pas sans rappeler son presque homonyme Ghost Town, du groupe britannique The Specials. La voix claire de Mick Jagger s’élève en messie dans les rues désertes de Londres, comme s’il parcourait un monde post-apocalyptique particulièrement chantant. Living in a Ghost Town est un savant mélange de rock, country et dub qui vient s’ajouter fièrement à la longue liste des classiques du groupe. Sorti pile le jour des 49 ans de l’album Stinky Fingers (1971), le titre vient aussi marquer le cinquantième anniversaire de “The Tongue” (la langue), le logo emblématique du groupe.

 

 

Living in a Ghost Town – The Rolling Stones, disponible sur toutes les plateformes de streaming.