Cofondateur du groupe Kraftwerk, aux côtés du claviériste Ralf Hütter, le musicien Florian Schneider est décédé mercredi 6 mai, à l’âge de 73 ans. En 1970, après s’être rencontrés au Conservatoire de Düsseldorf deux ans plus tôt, les deux musiciens passionnés de musique expérimentale électronique lancent leur propre studio, Kling Klang. Ils fondent dans la foulée leur propre groupe, Kraftwerk. Inspirés des nombreuses zones industrielles de la Ruhr, les musiciens composent des mélodies futuristes, mêlant nappes de synthétiseurs et vocodeurs.

 

Avec l’album Autobahn, le premier grand succès du groupe en 1974, Florian Schneider électrise la Ruhr et bientôt le reste du monde avec sa flûte électronique aux sonorités métalliques qui semble aussi enchantée que celle de Mozart. David Bowie en personne lui rendra hommage trois ans plus tard en lui dédiant un titre de son album Heroes, baptisé V-2 Schneider.

 

Maître de la mise en scène, il imagine la dramaturgie théâtrale des concerts de Kraftwerk, où chacun des membres prend l’apparence d’un humanoïde n’obéissant qu’à cette musique obsédante et répétitive, alors même qu’il n’apprécie pas particulièrement se produire sur scène. En 2008, il décide de prendre sa retraite, après tout de même 38 années au sein du groupe qu’il avait fondé.