Advertising
Advertising
30 Avril

FKA twigs : ses 7 webzines captivants sur Instagram

 

Musique, danse, mise en scène ou réalisation de clips, il semblerait que tout ce que touche FKA twigs se change en or. Depuis deux ans et demi, l’auteure-compositrice-interprète britannique ajoute à son tableau de chasse la création d’un webzine baptisé “AVANT-garden”. Sous la forme de photographies, textes, collages ou encore illustrations, celui-ci propose des récits poétiques et visuels qui, chaque fois, nous plongent dans un univers différent, appuyé par une direction artistique pointue du styliste Matthew Josephs et par de nombreuses collaborations prestigieuses (photographes, créateurs de mode, illustrateurs et graphistes, mais aussi chanteurs, à l’instar d’A$AP Rocky). Le succès de ce projet éditorial, accessible à tous gratuitement, a même valu à la chanteuse de remporter un Webby Award en 2018. Il y a quelques jours, elle en dévoilait le septième numéro réalisé en collaboration avec le magazine Dazed Beauty. L’occasion de revenir sur l’intégralité des éditions de ce webzine, publiées exclusivement par l’artiste sur son compte Instagram.

Par Matthieu Jacquet

  • Numéro 1 : un hommage à la créativité capillaire

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

     

    Pour le premier numéro d’AVANT-garden, FKA twigs choisit un thème à la fois visuel et engagé : la chevelure. Si ce sujet peut paraître trivial pour certains, le thème est loin d'être anodin puique la chevelure fait aussi l’objet de stigmatisation, de gestes et de remarques racistes pour les personnes de couleur, qui peuvent aussi s’en emparer pour en faire un véritable outil d’empowerment. Une idée que défend ce premier numéro avec brio, montrant à travers ses dix visuels un aperçu des possibilités créatives capillaires, inspirées par les vitrines des coiffeurs noirs du sud de Londres.

Numéro 2 : dans l'intimité de la chambre à coucher

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

 

C’est une plongée plus intimiste que propose la chanteuse dans son deuxième numéro. Immortalisée par le photographe autrichien David Uzochukwu, elle porte, aux côtés de trois autres modèles, un vestiaire qu’elle a elle-même créé et commercialisé sur son site. Ses masques de nuit, pyjamas et chemises de nuit en satin de soie s’accordent parfaitement au décor feutré des draps et couettes photographiés, qui évoquent instantanément la chambre à coucher. Déployant sur ses pages un poème aux airs de paroles de chanson, cette deuxième édition nous transporte dans un univers duveteux aux confins du rêve.

Numéro 3 : une bande dessinée dystopique

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

 

Dans un décor post-apocalyptique balayé par une grisaille menaçante, FKA twigs se réincarne en avatar d’une bande dessinée dont elle est la (super)héroïne. Transposée en dessins par l’illustrateur Icky H., puis mise en mouvement par des vidéos où l’on entend la voix de la chanteuse sur une musique de son partenaire de scène CY AN, cette histoire aborde les dangers de l’intelligence artificielle pour l’espèce humaine. Derrière cette idée se cachent, aux côtés de la Britannique, deux collaborateurs tout aussi prestigieux : le musicien et producteur Oneohtrix Point Never et l’artiste Jon Rafman, qui ont développé ensemble ce récit dystopique.

Numéro 4 : une virée nocturne avec A$AP Rocky

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

 

Inspiré par la collaboration de FKA twigs avec A$AP Rocky sur le titre Fukk Sleep, le quatrième numéro d’AVANT-garden suit la chanteuse noctambule en robes Dior par John Galliano ou Versace parmi les rues de New York en compagnie du rappeur américain. Le duo d’artistes et icônes de mode Fecal Matter se joint également à la fête, élisant la nuit comme espace d’expression et de liberté mais aussi de provocation et de subversion.

Numéro 5 : une invitation au musée

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

 

Pour ce cinquième numéro, la chanteuse s’est vu ouvrir les portes de la Wallace Collectionprestigieux musée londonien regorgeant de peintures et d’objets d’art décoratif datés du XVIe au XIXe siècle, où elle a réalisé une prestation live de son titre Cellophane. Vêtue de corsets signés Vivienne Westwood, FKA twigs a également posé dans ses salles opulentes, s'assortissant parfaitement à ce décor rococo dans lesquelles on discerne, entre autres, la célèbre toile Les hasards heureux de l'escarpolette de Jean-Honoré Nicolas Fragonard. Les photographies ont ensuite été assemblées en collages par son ami Ed Marler, qui a également conçu nombre de ses récentes tenues.

Numéro 6 : l'épopée lyrique de Home With You

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

 

Début octobre dernier, seulement quelques semaines avant la sortie de son deuxième album MagdaleneFKA twigs dévoilait le clip d’un titre inédit baptisé Home With You. Réalisé par la chanteuse, celui-ci la mettait en scène dans l’atmosphère embuée et effervescente d’un club qu’elle quittait ensuite pour une virée très chorégraphique au volant d’une voiture, sillonnant la ville de nuit. Au petit matin, l’artiste s’évadait ensuite en forêt, semblant trouver son salut dans l’eau douce d’une rivière. Le sixième numéro d’AVANT-garden propose une chronique en images de cette échappée romantique et révèle quelques coulisses du tournage du clip.

Numéro 7 : une galerie de portraits insolites

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par FKA twigs (@fkatwigs) le

 

Réalisé en collaboration avec le magazine Dazed Beauty, le dernier numéro d’AVANT-garden a été dévoilé le 20 avril dernier. Célébrant selon son titre la “beauté de la marginalité”, celui-ci présente FKA twigs parée diverses coiffes, masques et objets incongrus assemblés par l’artiste Lyle Reimer qui, chaque fois, lui façonnent à l’aide du maquillage un nouveau visage. Une véritable galerie de portraits que la chanteuse s’est dite “très reconnaissante” d’avoir pu créer avant le confinement.

Advertising

NuméroNews