Numero

La rock star japonaise Yoshiki expose ses kimonos au V&A

Mode

Le Victoria & Albert Museum de Londres annonce sa collaboration avec Yoshiki, le leader légendaire du groupe X Japan, pour l'exposition “Kimono: from Kyoto to Catwalk”. Fermé quelques semaines seulement après le début de l'exposition, le musée réouvrira ses portes en août prochain et accueillera des pièces signées Yoshikimono, le label du musicien.  

1/20

Deux semaines seulement après l’ouverture de son exposition Kimono: from Kyoto to Catwalk, le Victoria & Albert Museum était contraint de fermer ses portes en mars dernier. Aussi, afin de permettre à ses visiteurs de découvrir tous les mystères du kimonos, le musée londonien prolonge cette rétrospective dédiée au vêtement traditionnel japonais et à ses réinterprétations contemporaines à partir d’août prochain. S’étendant sur une large période allant du XVIe au XXIe siècle, l’exposition met en lumière cette pièce emblématique de la mode nippone à travers 300 pièces inédites, allant de son port traditionnel dès l’époque Edo (1600-1868) à son utilisation en passant par son inscription dans la mode occidentale au début du XXe siècle puis ses réinterprétations plus contemporaines ancrées dans la pop culture.

 

Invité d’honneur à l'occasion de la réouverture de l'expostion, Yoshikimono, le label du batteur et pianiste du groupe X Japan Yoshiki, rejoindra la sélection du V&A. Une première pour la star japonaise, qui avait déjà participé à la Mercedes-Benz Fahsion Week de Tokyo en 2015 et à la Amazon Fashion Week de Tokyo en 2016. Fondé il y a une dizaine d’années, Yoshikimono s’inspire directement de l’héritage ancestral du savoir-faire japonais pour en proposer une réinterprétation moderne à travers l’utilisation de voiles, de cuirs et de couleurs vives. Celle-ci reflète également une histoire familiale pour Yoshiki, dont le père était à la tête d’une entreprise de tissus pour kimono au Japon. “Je pense avoir contribué au changement de la scène musicale japonaise. Ma façon de témoigner mon respect envers tous les artistes, en particulier envers les créateurs de mode, est de perturber”, confie le musicien.

 

Montée de toute pièces par Anna Jackson et Joséphine Rout, les deux commissaires de l'exposition, Kimono: from Kyoto to Catwalk mêle ainsi les univers de différents créateurs. Aux côtés de Yoshikimono, le public pourra également retrouver la tenue de scène de Björk créée par Alexander McQueen pour l’album Homogenic (1997), mais aussi les costumes d’inspiration japonaise de la saga Star Wars conçus par John Mollo et Trisha Biggar, ou encore les designs des créateurs Yves Saint Laurent, Rei Kawakubo et John Galliano. En parallèle de l’exposition du Victoria and Albert Museum, le musée ,ational de Tokyo présente également des pièces du label Yoshikimono depuis le 1er juillet, et jusqu'au 23 août prochain dans son exposition Kimono : Fashioning identities, également consacrée à cette pièce tradionnelle majeure de l'histoire japonaise.

 

Kimono: From Kyoto to Catwalk, réouverture à partir d’août 2020 au Victoria & Albert Museum, Londres.

Lire aussi

  • 25
    Mode

    Découvrez tous les mystères du kimono avec le V&A

  • 13
    Musique

    “J’irais jusqu’à la mort pour mon art”: Yoshiki, icône du groupe culte et fou X Japan

  • Du Japon à Madonna, pourquoi le kimono traverse les époques

    Il est le vêtement le plus connu et réinterprété du Japon. Le kimono sera à l'honneur dès le 29 février prochain au Victoria & Albert Museum avec une exposition d'ampleur revenant sur sa riche histoire, du XVIe siècle à ses nombreuses réinterprétations contemporaines. 

    Deux larges manches parfaitement rectangulaires, deux pans de tissu coupés droit fil et maintenus par un nœud sur le devant du corps, des imprimés et broderies abstraits ou figuratifs évoquant les paysages de l’Orient : les caractéristiques du kimono sont instantanément reconnaissables, faisant de ce costume traditionnel la pièce la plus emblématique du vestiaire japonais. Revêtu aussi bien par les femmes que les hommes, les enfants que les vieillards, les prostituées que les familles impériales, celui-ci s’est vu constamment réinterprété depuis près de seize siècles. Encore aujourd’hui, cette pièce connaît un grand succès, modernisée dans sa coupe, ses matières et son porté par de nombreux créateurs et labels contemporains du monde entier.  

     

    C’est précisément cette capacité du kimono à traverser les époques ainsi que sa riche histoire qui ont inspiré le Victoria & Albert Museum, musée de référence de la mode à Londres, pour sa prochaine exposition Kimono : from Kyoto to Catwalk. Avec plus de 300 pièces présentées, celle-ci ramènera les visiteurs jusqu’au Japon des années 1660, au début de l’époque d’Edo, lorsque le kimono connut le début de son rayonnement international grâce à son exportation en Occident. Le public pourra notamment y découvrir des modèles rares du XVIIIe et XIXe siècle, réalisés selon des techniques d’exception dans des matériaux nobles, accompagnées d’imprimés, dessins et estampes d’époque qui complèteront l’immersion dans leur imaginaire poétique.

    Madonna, Nothing Really Matters video, 1999. Photo by Frank Micelotta © Getty Images

    Thom Browne, menswear Spring-Summer 2016, Image Courtesy of Getty Images

    Mais la modernité de l’exposition résidera sans doute dans sa présentation des interprétations plus récentes du kimono, notamment à travers son inscription dans la mode d’Occident dès le début du XXe siècle. À l’heure de l’abandon du corset féminin, plusieurs grands créateurs et couturiers européens ont su en proposer leur propre interprétation, tels que Paul Poiret, Madeleine Vionnet ou Mariano Fortuny. Aux côtés de leurs créations, l’exposition présentera aussi des pièces qui actent l’entrée du kimono dans la pop culture : le kimono d’Obi-Wan Kenobi dans la célèbre saga Star Wars,  le kimono rouge porté par Madonna dans le clip de Nothing Really Matters en 1998 ou encore le kimono signé Alexander McQueen porté par Björk sur la pochette de son album Homogenic.

     

    Etendue jusqu’aux hybridations plus expérimentales du kimono dans les années 2000, à l’instar des robes extravagantes de John Galliano pour Dior haute couture ou sa fusion dans le costume masculin occidental par le créateur américain Thom Browne, l’exposition Kimono : from Kyoto to Catwalk témoignera d’une fascination toujours vivace pour un vêtement doté, grâce à ses qualités aussi esthétiques que fonctionnelles, d’une valeur résolument intemporelle.

     

    Kimono : from Kyoto to Catwalk, du 29 février au 21 juin au Victoria & Albert Museum, Londres.

loading loading