Advertising
485

ILS ONT FAIT 2015: Jonathan Anderson,
directeur artistique de Loewe à l’ascension fulgurante

 

Retour sur l'interview du créateur Jonathan Anderson, fondateur de J.W.Anderson et directeur artistique de Loewe.

485

Séducteur et très talentueux, Jonathan Anderson a pensé un temps embrasser une carrière d’acteur… Aujourd’hui directeur artistique de Loewe, le bel Irlandais exprime avec force et détermination sa vision du branding et de la création. Rencontre.

Numéro : vous avez connu une ascension fulgurante, votre ego a-t-il explosé ou parvenez-vous à garder les pieds sur terre ?

 

Jonathan Anderson : Je me dis qu’après tout, il ne s’agit que de mode. Et parfois le succès arrive si vite qu’on n’a pas le temps de s’en rendre compte. J’ai compris soudain que j’étais responsable de deux équipes créatives, celle de ma propre marque et celle de Loewe. La réalité du travail quotidien aide cependant à garder les pieds sur terre. On dit que tout est allé très vite pour moi, mais j’ai créé ma première collection de prêt-à-porter masculin il y a bientôt neuf ans, j’ai donc travaillé sans relâche depuis presque une décennie. En réalité, j’ai eu beaucoup de chance que LVMH ait souhaité investir dans ma marque, ait pris ce risque en m’offrant le poste de directeur créatif de Loewe. Tous les designers veulent marquer leur temps, je ne fais pas exception à la règle. Je veux être capable d’apporter ma contribution à une industrie qui, aujourd’hui, va à la vitesse d’une formule 1. La chute peut être aussi rapide que l’ascension. Le monde dans lequel j’évolue est totalement différent de ce qu’il était il y a une dizaine d’années.

 

Êtes-vous proche des créateurs britanniques ? Avez-vous perçu une jalousie de leur part à votre égard ? 

 

Pour être honnête, je n’ai jamais été proche des designers britanniques. Je pense que, parfois, dans la mode il vaut mieux s’isoler. Je n’ai aucune envie de parler chiffons le soir, après ma journée de travail. J’ai donc tendance à séparer ma vie privée de ma vie professionnelle. Le soir et le week-end, je ne veux plus entendre parler de vêtements.

 

Comment occupez-vous donc vos week-ends ?

 

Je ne sais pas… Je finis généralement par faire le ménage.

 

Vraiment ? Vous faites le ménage vous-même ?

 

Je le faisais encore récemment… Je nourris depuis peu des passions pour la céramique, le jardinage ou la décoration. Ces obsessions prennent de l’ampleur jusqu’à ce que j’aie fait le tour du sujet et fini, en général, par acheter quelque chose dans une galerie. Et le week-end suivant, je suis pris d’une nouvelle obsession. On peut dire que c’est ma méthode pour ne plus penser à la mode. Ou y penser moins.

 

Vous avez déclaré plusieurs fois vouloir prendre modèle sur Tom Ford et Hedi Slimane, qui, au-delà de la stricte création, ont révolutionné le marketing et le branding de l’industrie. En quoi vous inspirent-ils ?

 

Il est inévitable que les figures tutélaires de l’époque dans laquelle vous grandissez aient un impact sur vous. Dans ma jeunesse, Tom Ford était omniprésent. Sa conception du branding m’a énormément influencé. Hedi Slimane, lui,était une figure majeure lorsque j’étais étudiant. Sa contribution au prêt-à-porter masculin a eu une influence considérable qui s’est même étendue au prêt-à-porter féminin. Il a imposé le règne du jean skinny. En ce qui me concerne, j’ai toujours été clair : je ne me considère pas comme un designer, mais comme un directeur de création. Lorsqu’on dirige deux marques, il est simplement impossible de dessiner dix collections par an en s’enfermant seul dans une pièce. Je préfère être impliqué dans l’image de la marque, dans le développement des boutiques, dans toutes les décisions qui concernent la publicité. C’est beaucoup plus excitant. J’adorerais avoir le talent de designer de M. Alaïa, mais je ne le posséderai jamais.

 

 

Propros recueillis par Delphine Roche

Portrait de Jonathan Anderson par Éric Nehr

  Giuseppe Zanotti dévoile une collection de loungewear inspirée par le confinement
223

Giuseppe Zanotti dévoile une collection de loungewear inspirée par le confinement

Mode Pendant le confinement, le créateur italien Giuseppe Zanotti a créé une collection capsule de loungewear pour homme sobre et dans des matériaux nobles, incarnée par le skateur américain Evan Mock. Pendant le confinement, le créateur italien Giuseppe Zanotti a créé une collection capsule de loungewear pour homme sobre et dans des matériaux nobles, incarnée par le skateur américain Evan Mock.

Notre monde digital est-il encore humain ? Réponse avec l'artiste Cécile B. Evans
496

Notre monde digital est-il encore humain ? Réponse avec l'artiste Cécile B. Evans

Numéro art Inspirée par les réflexions poétiques et éthiques d’Alessandro Michele, directeur de la création de Gucci, l’exposition “No Space, Just A Place – Eterotopia” invite les artistes à imaginer un autre futur. Cécile B. Evans y explore ce que signifie être “humain” dans une exceptionnelle installation vidéo. Inspirée par les réflexions poétiques et éthiques d’Alessandro Michele, directeur de la création de Gucci, l’exposition “No Space, Just A Place – Eterotopia” invite les artistes à imaginer un autre futur. Cécile B. Evans y explore ce que signifie être “humain” dans une exceptionnelle installation vidéo.

Advertising
Baroque et orientalisme : pourquoi la mode masculine bascule-t-elle vers l’opulence ?
698

Baroque et orientalisme : pourquoi la mode masculine bascule-t-elle vers l’opulence ?

Mode Si la mode de la décennie 2010 a connu l'avènement du maximalisme après le succès indéniable du minimalisme en Occident, celui-ci semble prendre chez plusieurs jeunes créateurs des formes nouvelles. À travers des créations aux portes de l'extravagance, ces nouveaux talents de la mode masculine mêlent sacré et profane, tradition et modernité pour composer des silhouettes baroques imprégnées de leur propre culture. Décryptage de ces nouvelles formes d'opulence.  Si la mode de la décennie 2010 a connu l'avènement du maximalisme après le succès indéniable du minimalisme en Occident, celui-ci semble prendre chez plusieurs jeunes créateurs des formes nouvelles. À travers des créations aux portes de l'extravagance, ces nouveaux talents de la mode masculine mêlent sacré et profane, tradition et modernité pour composer des silhouettes baroques imprégnées de leur propre culture. Décryptage de ces nouvelles formes d'opulence. 

Blake Lively en sept tenues époustouflantes sur Instagram
996

Blake Lively en sept tenues époustouflantes sur Instagram

Mode Après avoir incarné le personnage de Serena Var Der Woodsen dans le teen-drama à succès Gossip Girl durant la décennie 2010, Blake Lively est devenue l’une des figures les plus reconnaissables du petit écran. À la fin de la série, l’actrice revient au cinéma et travaille entre autres avec John Travolta, Woody Allen et Anna Kendrick et devient également l’égérie de la maison italienne Gucci en 2012, puis celle de L’Oréal en 2013. Sur le tapis rouge, l'actrice américaine - qui est sa propre styliste - arbore des looks pointus signés par les plus grands créateurs. Retour en images sur sept de ses meilleurs looks. Après avoir incarné le personnage de Serena Var Der Woodsen dans le teen-drama à succès Gossip Girl durant la décennie 2010, Blake Lively est devenue l’une des figures les plus reconnaissables du petit écran. À la fin de la série, l’actrice revient au cinéma et travaille entre autres avec John Travolta, Woody Allen et Anna Kendrick et devient également l’égérie de la maison italienne Gucci en 2012, puis celle de L’Oréal en 2013. Sur le tapis rouge, l'actrice américaine - qui est sa propre styliste - arbore des looks pointus signés par les plus grands créateurs. Retour en images sur sept de ses meilleurs looks.

“Black is King” de Beyoncé : décryptage des meilleurs looks de l'album visuel
1

“Black is King” de Beyoncé : décryptage des meilleurs looks de l'album visuel

Mode Vendredi 31 juillet 2020, Beyoncé dévoilait son très attendu nouvel album visuel “Black is King”. Quatre ans après “Lemonade ”, ce film inédit écrit, produit et réalisé par la chanteuse américaine s’inscrit comme un prolongement de ces précédents albums et projets artistiques – notamment le film en live action “Le Roi Lion” – étoffés de références culturelles contemporaines. Si “Black is King” brille par ses images puissantes et ses textes engagés, Beyoncé dévoile également des looks exceptionnels signés de grands créateurs, de jeunes designers émergents ainsi que de labels engagés. Vendredi 31 juillet 2020, Beyoncé dévoilait son très attendu nouvel album visuel “Black is King”. Quatre ans après “Lemonade ”, ce film inédit écrit, produit et réalisé par la chanteuse américaine s’inscrit comme un prolongement de ces précédents albums et projets artistiques – notamment le film en live action “Le Roi Lion” – étoffés de références culturelles contemporaines. Si “Black is King” brille par ses images puissantes et ses textes engagés, Beyoncé dévoile également des looks exceptionnels signés de grands créateurs, de jeunes designers émergents ainsi que de labels engagés.

Moncler invite créateurs, sportifs, explorateurs et artistes dans un nouveau projet digital
234

Moncler invite créateurs, sportifs, explorateurs et artistes dans un nouveau projet digital

Mode Remo Ruffini, président-directeur général de Moncler, invite les créateurs de mode Matthew Williams, Jonathan Anderson et Simone Rocha, mais également des sportifs, artistes et explorateurs pour un nouveau projet créatif, digital et collaboratif d'envergure internationale. Remo Ruffini, président-directeur général de Moncler, invite les créateurs de mode Matthew Williams, Jonathan Anderson et Simone Rocha, mais également des sportifs, artistes et explorateurs pour un nouveau projet créatif, digital et collaboratif d'envergure internationale.