Advertising
720

Rencontre avec Alexis Martial et Adrien Caillaudaud, directeurs artistiques de Carven

 

À l’occasion du défilé automne-hiver 2016-2017 de Carven, Numéro a rencontré les deux jeunes et talentueux directeurs artistiques.

720

Ils se sont rencontrés sur les bancs de leur école de mode, l’Atelier Chardon Savard, et ne se sont plus quittés. Respectivement anciens directeur artistique de Iceberg et designer accessoires chez Givenchy, Alexis Martial et Adrien Caillaudaud, tous deux âgés de 30 ans, président depuis un an aux destinées de la marque Carven. Numéro a rencontré ce couple également uni dans la vie dont le défilé, le 3 mars, a injecté une belle énergie dans la Fashion Week parisienne. 

Numéro : Carven est une maison de prêt-à-porter accessible dotée d’un héritage haute couture. Comment envisagez-vous ce positionnement ?

 

Adrien Caillaudaud : Le PDG de la maison, Henri Sebaoun, nous a expliqué à nos débuts quel était ce positionnement spécifique : les vêtements doivent rester accessibles, mais la maison dispose toujours de son propre atelier. Il distille l’héritage couture, notamment le respect des finitions et la recherche textile qui nous permet de réaliser nos propres tissages.

 

Alexis Martial : Nous pouvons donc pousser nos exigences sans vraiment faire de concession sur la création, car en parallèle de notre travail avec l’atelier, une équipe de production s’occupe d’industrialiser nos recherches.

 

L’image de Carven est aujourd’hui plus jeune qu’avant votre arrivée dans la maison, s’agit-il d’une intention délibérée de votre part ?

 

Adrien Caillaudaud : Nous n’avons pas souhaité la rajeunir, mais lui ajouter d’autres dimensions. La fille Carven est assez prude, elle porte des minijupes preppy et des petits manteaux. Nous avons ajouté à ces codes une touche urbaine inspirée des années 90, avec des tee-shirts imprimés et des graphismes. Aujourd’hui, notre fille Carven est donc en quelque sorte la meilleure amie de celle qui existait avant notre arrivée.

 

Alexis Martial : Elle est moins sage, plus libre, âgée de 20 à 40 ans. Carven permet une certaine liberté, tout est ouvert, l’histoire de cette maison est celle de la jeune femme que nous habillons. Nous ne nous disons jamais : “Ça, ce n’est pas Carven.”

 

Vous avez introduit dès votre première collection un pantalon qui est devenu depuis une véritable signature, de même que votre emploi des couleurs vives, même en hiver.

 

Alexis Martial : Cela nous a semblé évident d’introduire un pantalon, car c’est ce que portent les femmes aujourd’hui. Au quotidien, ce vêtement les rend un peu plus fortes, un peu plus boyish. Notre pantalon a une taille haute, il galbe le bas du corps pour dessiner deux jambes fuselées en couleur.

 

Adrien Caillaudaud : Les couleurs vives nous sont inspirées par le design et l’architecture des années 60-70, qui frôlaient souvent le mauvais goût. Nous aimons les mélanges de tweed et de plastique typiques de cette époque, les clashs de teintes qui a priori ne s’accordent pas. Ces éléments électrisent nos défilés.

 

Vous racontez-vous toujours une histoire pour chaque collection ?

 

Alexis Martial : Nous élaborons à chaque fois un scénario qui nous permet de construire plusieurs thématiques, plusieurs tableaux.

 

Adrien Caillaudaud : En été, la fille Carven part en voyage, et, en hiver, elle revient à Paris. Nous fantasmons par exemple son attitude sur un bateau, portant la chemise de son amoureux. Il ne s’agit pas nécessairement d’un voyage physique, mais nous aimons l’idée que les collections soient liées à un souvenir, que la cliente retrouve des pièces qu’elle a portées ou aimées auparavant.

 

Alexis Martial : Nos collections traduisent notre propre façon d’être : cet été, nous sommes partis au Japon avec un tout petit bagage, et nous sommes revenus avec cinq valises pleines de souvenirs, même des prospectus dont nous aimons les couleurs et le graphisme (rires).

 

Travailler en duo, c’est naturel pour vous ?

 

Alexis Martial : Nous nous sommes forgé un univers commun dès l’école où nous nous sommes connus il y a douze ans. Nous avons ensuite travaillé ensemble chez Alexander McQueen, puis chez Givenchy même si nous ne collaborions pas au quotidien.

 

Adrien  Caillaudaud : Nous n’avons jamais eu envie de fonder notre propre marque… mais nous avons toujours été persuadés que nous travaillerions ensemble pour une maison. 

 

Propos recueillis par Delphine Roche.

Photos Carven.

Bulgari invite Ambush pour une collaboration exclusive portée par Bella Hadid
789

Bulgari invite Ambush pour une collaboration exclusive portée par Bella Hadid

Accessoires La maison de haute joaillerie italienne Bulgari invite le label Ambush et sa créatrice Yoon Ahn à imaginer une collection de trois sacs et accessoires, en édition limitée. La maison de haute joaillerie italienne Bulgari invite le label Ambush et sa créatrice Yoon Ahn à imaginer une collection de trois sacs et accessoires, en édition limitée.

3 pièces iconiques qui ne cessent de se réinventer
678

3 pièces iconiques qui ne cessent de se réinventer

Mode Alors que la mode se tourne de plus en plus vers le vintage et valorise des initiatives durables, retour sur trois pièces cultes de grandes maisons qui ne prennent pas une ride : la Tabi de Maison Margiela, le sac en nylon Prada, et le trench-coat Burberry. Plus que de simples objets de désir, ces pièces iconiques portent l’ADN de leur maison et ont vocation à être déclinées sans cesse. Alors que la mode se tourne de plus en plus vers le vintage et valorise des initiatives durables, retour sur trois pièces cultes de grandes maisons qui ne prennent pas une ride : la Tabi de Maison Margiela, le sac en nylon Prada, et le trench-coat Burberry. Plus que de simples objets de désir, ces pièces iconiques portent l’ADN de leur maison et ont vocation à être déclinées sans cesse.

Advertising
Mad Men en 7 looks féminins vintage
234

Mad Men en 7 looks féminins vintage

Mode Explorant les frasques du monde publicitaire sur toute la durée des années 60, la série “Mad Men” continue à questionner, cinq ans après la diffusion de son épisode final. Les excès, l'identité, la politique, la modernité, l'âge et le sexe, autant de thèmes abordés à travers une myriade de personnages — notamment féminins — aussi complexes qu'archétypaux, mis en valeur par le travail dantesque de la costumière Jane Bryant. Retour sur 7 des meilleurs looks de Betty Draper (January Jones), Megan Draper (Jessica Paré), Peggy Olson (Elisabeth Moss), et Sally Draper (Kiernan Shipka). Explorant les frasques du monde publicitaire sur toute la durée des années 60, la série “Mad Men” continue à questionner, cinq ans après la diffusion de son épisode final. Les excès, l'identité, la politique, la modernité, l'âge et le sexe, autant de thèmes abordés à travers une myriade de personnages — notamment féminins — aussi complexes qu'archétypaux, mis en valeur par le travail dantesque de la costumière Jane Bryant. Retour sur 7 des meilleurs looks de Betty Draper (January Jones), Megan Draper (Jessica Paré), Peggy Olson (Elisabeth Moss), et Sally Draper (Kiernan Shipka).

Lily Rose Depp en 11 looks Chanel
1

Lily Rose Depp en 11 looks Chanel

Mode Égérie Chanel depuis la fin de son adolescence, Lily Rose Depp a plusieurs fois défilé pour la maison du temps de Karl Lagerfeld et a prêté son visage à différentes campagnes, pour des lunettes de soleil, le parfum N°5 ou plus récemment pour les 20 ans de la J12 aux côtés de sa mère, Vanessa Paradis. Sur le tapis rouge, l'actrice arbore exclusivement des looks de la maison, entre silhouettes haute couture sur-mesure ou looks de défilés.   Égérie Chanel depuis la fin de son adolescence, Lily Rose Depp a plusieurs fois défilé pour la maison du temps de Karl Lagerfeld et a prêté son visage à différentes campagnes, pour des lunettes de soleil, le parfum N°5 ou plus récemment pour les 20 ans de la J12 aux côtés de sa mère, Vanessa Paradis. Sur le tapis rouge, l'actrice arbore exclusivement des looks de la maison, entre silhouettes haute couture sur-mesure ou looks de défilés.  

Rencontre avec Olivier Theyskens : “J’ai horreur de ce grand tribunal médiatique que sont devenus les réseaux sociaux”
123

Rencontre avec Olivier Theyskens : “J’ai horreur de ce grand tribunal médiatique que sont devenus les réseaux sociaux”

Mode Avec ses silhouettes romantiques et dramatiques, le créateur androgyne aux cheveux noir corbeau a marqué de son empreinte la mode des années 2000. Après ses passages remarqués dans les maisons Rochas et Nina Ricci, puis auprès de la marque Theory à New York, le Belge prolixe est revenu sous les spotlights avec son propre label. En parallèle, il entame aujourd’hui une collaboration fort attendue avec la maison de couture Azzaro. Avec ses silhouettes romantiques et dramatiques, le créateur androgyne aux cheveux noir corbeau a marqué de son empreinte la mode des années 2000. Après ses passages remarqués dans les maisons Rochas et Nina Ricci, puis auprès de la marque Theory à New York, le Belge prolixe est revenu sous les spotlights avec son propre label. En parallèle, il entame aujourd’hui une collaboration fort attendue avec la maison de couture Azzaro.

Cardi B en 11 looks ultra mode sur Instagram
1

Cardi B en 11 looks ultra mode sur Instagram

Mode La rappeuse Cardi B qui vient de dévoiler un clip sulfureux avec la rappeuse Megan Thee Stallion, collectionne les looks de créateurs. À mi-chemin entre un style edgy et une extravagance bling, Cardi B s'approprie les silhouettes Chanel, Dior, Balenciaga ou Burberry comme personne. Retour sur 11 de ses meilleurs looks. La rappeuse Cardi B qui vient de dévoiler un clip sulfureux avec la rappeuse Megan Thee Stallion, collectionne les looks de créateurs. À mi-chemin entre un style edgy et une extravagance bling, Cardi B s'approprie les silhouettes Chanel, Dior, Balenciaga ou Burberry comme personne. Retour sur 11 de ses meilleurs looks.