Numero

216


Commandez-le
Numéro

3 looks de David Bowie qui ont inspiré les créateurs de mode

Mode

Près de cinquante ans après la première apparition de son alter-ego Ziggy Stardust, et quatre ans après sa disparition, David Bowie continue d'inspirer les créateurs de mode, de Jean-Paul Gaultier à Rick Owens. Retour sur trois looks glam rock de David Bowie qui ne cessent de revenir sur les podiums.

1/16

En janvier dernier, le créateur Rick Owens ouvre son show automne-hiver 2020 avec une combinaison asymétrique moulante qui, malgré sa sobre couleur gris taupe, ne trompe personne : sa coupe iconique à une jambe et un bras n’est autre que celle de la combinaison — bien plus bariolée — de Ziggy Stardust, créée par Kansai Yamamoto en 1973. Près de cinquante ans plus tard et quatre ans après le décès de David Bowie, le personnage androgyne dans son justaucorps à zigzags rouges, verts et bleus continue d'influencer sur les podiums. Il y a quelques mois, une collection Hugo Boss dédiée à l’album Heroes, aujourd’hui des t-shirts à l’effigie du chanteur chez The Kooples… Partout et en tout temps, la mode déclare son admiration à David Bowie et détourne les tenues mythiques de la star: ici, le costume bleu clair de Life on Mars? signé Freddie Burretti ; là, des échos du costume de Pierrot par Natasha Kirniloff du clip Ashes to Ashes ; et bien sûr, les costumes iconiques de Kansai Yamamoto. Si certains préfèrent la sobriété du chanteur au moment de la trilogie berlinoise ou ses costumes soul de Young Americans — à l'instar de Raf Simons et Dries Van Noten —, d’autres trouvent leur inspiration dans sa période glam rock, et son célèbre alter-ego Ziggy Stardust, apparu pour la première fois en 1972 dans l’émission britannique Top of the Pops avec son hymne Starman. Retour sur trois tenues glam de David Bowie qui ne cessent d’inspirer la mode. 

Combinaison asymétrique en maille créée par Kansai Yamamoto pour David Bowie, tournée Aladdin Sane, 1973 ; Balmain automne-hiver 2011-2012 ; Jean-Paul Gaultier printemps-été 2013 ; Rick Owens automne-hiver 2020.

1. La combinaison asymétrique en maille par Kansai Yamamoto

 

Androgyne, extraterrestre, orientaliste mais pop, ce justaucorps asymétrique, en maille pailletée à motifs zigzags et rayures diagonales, est conçu par le créateur japonais Kansai Yamamoto en 1973, spécialement pour David Bowie à l’occasion de sa tournée Aladdin Sane. À l’automne-hiver 2011-2012, Balmain s’inspire de cette tenue iconique pour en proposer une version noire et symétrique, avec un décolleté en V plongeant et décorée de zigzags en strass. Les premières combinaisons de Christophe Decarnin — alors directeur de création pour Balmain — féminisent le style androgyne de Ziggy Stardust. Chez Jean-Paul Gaultier, la collection printemps-été 2013 rend hommage aux icônes de la pop et n’oublie pas David Bowie, avec un look qui ne laisse aucune place au doute : si l’asymétrie est inversée et que les zigzags deviennent des étoiles en crochet, le justaucorps féminin reprend la coupe et les couleurs de l’original, tandis que l’ombre à paupière bleue et la coupe mulet rouge du mannequin sont ceux de David Bowie dans le clip de Life on Mars?. Enfin, l’une des combinaisons de Rick Owens automne-hiver 2020, ici en version noire en jersey, est portée avec une jambière de la même matière, des bottes à plateforme et une cape transparente en PVC. La version de Kansai Yamamoto ne venait-elle pas avec une cape ? 

La combinaison "Tokyo Pop" créée par Kansai Yamamoto pour David Bowie ; Rick Owens automne-hiver 2020.

2. La combinaison "Tokyo Pop" par Kansai Yamamoto

 

Lors de sa tournée Aladdin Sane en 1973, David Bowie porte un autre costume de Kansai Yamamoto, la combinaison "Tokyo Pop", devenue culte depuis. Inspiré par le kabuki — théâtre japonais traditionnel — et au départ conçu pour la femme, ce vêtement en vinyle noir présente une forme architecturale en cercle, comparable à un disque géant et sublimée par les rayures blanches qui viennent épouser le contour du pantalon. Ce travail de lignes graphiques est repris par Rick Owens dans sa collection automne-hiver 2020 : sur des combinaisons noires, mais aussi sur des vestes de tailleur hyper-épaulées, les rayures crème se déforment au gré de la coupe du vêtement, suivant tantôt la ligne d’un revers, ou partant de l’épaule pour venir en éclatement sur un col, quand elles ne dessinent pas des triangles ou des trapèzes sur le buste d’un justaucorps. Si la coupe de la combinaison originale n'est pas reprise, on retrouve dans cette interprétation son esprit futuriste et graphique.

David Bowie dans une veste de tailleur rayée noire et blanche signée Freddie Burretti, photo par Mick Rock ; Givenchy printemps-été 2010 ; Gucci printemps-été 2019.

3. La veste de tailleur rayée par Freddie Burretti

 

Petit tailleur de King’s Road à Londres lorsqu’il rencontre David Bowie à la fin des années 60, Freddie Burretti devient le premier costumier du chanteur britannique. S’il signera le mythique costume bleu ciel du clip Life on Mars? et l’ensemble matelassé de Ziggy Stardust porté sur le plateau de Top of the Pops, ses créations moins célèbres inspirent aussi les designers de mode. Sur ce cliché du photographe Mick Rock, David Bowie porte une veste de tailleur blanche à rayures horizontales noires. Sa particularité ? Contrairement à un tailleur classique, son col et son revers — extrêmement large — ne font qu’un, et les rayures de l’un et l’autre se rejoignent en biais, de telle façon qu’elles forment des triangles. Une ganse noire brillante sur le bord supérieur du col vient compléter cet effet graphique. L’aspect technique de cette création séduit Givenchy et son directeur de création de l’époque Riccardo Tisci, qui présente une veste similaire au printemps-été 2010 : plus fluide et décontractée que l’originale, cette veste pour femme présente le même travail de rayures au revers, et le détail noir se retrouve cette fois-ci en empiècement à l’épaule. Chez Gucci, on retrouve au printemps-été 2019 une même veste, plus large mais tout aussi rigide que celle de Freddie Burretti ; ici, les rayures deviennent des zigzags, et le col tailleur est bien présent, en PVC noir. 

Lire aussi

loading loading