Numero

218


Commandez-le
Numéro

Virgil Abloh x Nike : comment le créateur s'est emparé de l'esthétique do-it-yourself

Mode

Alors qu'en quatre petites années le directeur artistique Virgil Abloh a imposé son esthétique conceptuelle et streetwear à l'indusrie du luxe, il présente sa dernière collaboration avec Nike : dix baskets iconiques revisitées où se mêlent déconstruction, détournement, performance et artisanat.

Adulé aussi bien des jeunes générations accro à Instagram (avec 1,2millions de followers) que de l'industrie de la mode (finaliste du LVMH Prize en 2015), le slasheur Virgil Abloh, directeur artistique/dj/designer/ex-directeur de la création de Kanye West est devenu en quatre ans le renouveau de la mode américaine.

 

Dans ses collections masculines et féminines, il mélange sans complexe coupes épurées et codes streetwear proposant des silhouettes ultra-desirables. Prolifique, Virigl Abloh est, depuis le début de l'année 2017, sur tous les fronts. Un défilé au Pitti Uomo à Florence en juin ainsi que des collections avec le label Moncler et le site MyTheresa confirment le statut de personnalité sur laquelle il faudra compter cette année.

 

Une information qui n'a pas échappé au géant Nike, qui d'ailleurs de son côté n'est pas en reste niveau collaboration : Riccardo Tisci, Olivier Rousteing, Marc Newson, Pigalle ou encore Acronym, la liste des collections audacieuses voire inattendues ne cessent de s'allonger.

 

Après un teasing de plusieurs mois sur instagram, la collaboration quasi-inévitable du directeur artistique et du label sportswear voit enfin le jour. Avec The Ten, Virgil Abloh déconstruit pour mieux reconstruire dix modèles iconiques qui ont marqué l'histoire, de la Air Force One à la Air Max en passant par la Converse ou encore la toute jeune Vapor Max.

 

 

Divisée en deux thèmes "Revealing” qui utilise les découpes et reconstructions sur les Air Jordan I, Nike Air Max 90, Nike Air Presto, Nike Air VaporMax et Nike Blazer Mid et "Ghosting” où le plastique translucide dévoile la structure des Converse Chuck Taylor, Nike Zoom Fly SP, Nike Air Force 1 Low, Nike React Hyperdunk 2017 et Nike Air Max 97, la collection The Ten remet au gout du jour l'esthétique do-it-yourself tout en célébrant le caractère ultra-innovant des baskets. 

 

www.nike.com

1/10

Lire aussi

    Le rétrofuturisme de Pigalle pour NikeLab

    Fusionnant esprit sportswear et couture comme personne, Stéphane Ashpool fondateur de Pigalle Paris et fan de basket-ball collabore depuis plusieurs saisons déjà avec le label NikeLab. Lors de son défilé printemps-été 2018, présenté ce jeudi 22 juin au musée d'Art moderne de Paris et qui promet une fois de plus des mises en scène inattendues et émouvantes, le créateur autodidacte dévoilera sa dernière collection NikeLab, plus complète et unisexe. À cette occasion Numéro a soumis Stéphane Ashpool à un questionnaire sportif et l'a interrogé sur cette nouvelle collaboration qui s'annonce déjà comme un succès.

     

     

    Votre premier souvenir sportif ?

    Le panier de basket dans mon école primaire.

    Votre premier souvenir mode ?

    Les défilés Mugler et Paco Rabanne.

    Votre première paire de Nike ? 

    Une jordan noire et rose.

    Votre modèle préféré ?

    Des Nike rétro.

    Votre sportif préféré ? 

    Lebron James

    Votre âge votre première fois sur un terrain de basket ?

    J'avais six ans

     

     

    Vous avez déjà proposé plusieurs collaborations avec Nike, en quoi celle-ci est-elle différente des précédentes ?

    Tout d'abord je dirai que cette nouvelle collection est plus complète et s'adapte aussi bien la journée que le soir, sur un terrain de sport ou pour sortir. Par ailleurs, cette fois nous avons utilisé les patrons Pigalle pour créer des pièces Nike, ce que nous n’avions jamais fait auparavant.

     

    Pigalle est une marque masculine, pourquoi proposez-vous une collection unisexe ?

    Les matières et les couleurs que j'utilise dans mes collections – comme la soie, du coton très fin, du pastel ou des couleurs très flashy – sont finalement beaucoup plus présentes dans les collections femme que homme. Pour moi, c'est naturel que les femmes portent du Pigalle et, concernant cette collaboration avec Nike, chaque pièce possède des détails féminins et masculins (bandes de couleur ou fluidité des matières) qui la rendent unisexe, nous avons simplement adapté les coupes et les longueurs. 

     

    Quel est le thème de la collection printemps-été 2018 dans laquelle s'ancre la collaboration avec NikeLab ?

    J'ai été inspiré par les jeux Olympiques car mes deux villes préférées, Paris et Tokyo, vont accueillir cet évènement sportif dans un futur proche. De plus, l'esprit d'équipe est une valeur qui me tient à cœur. J'ai mélangé des éléments techniques issus de chez NikeLab comme les matériaux avec des inspirations heritage 90's propres à Pigalle Paris. C'est pour ça que la collection printemps-été 2018 s'appelle “Past Present Futur”. Choisir un thème est souvent un processus simple. Par exemple, pour la précédente collection "Atelier” nous avions installé Pigalle Paris dans un nouvel espace à la Goutte-d'Or et cela m'a inspiré.

     

    Chacune de vos collections est l’occasion de découvrir des gammes de couleurs exceptionnelles, souvent inattendues pour des défilés masculins. Comment avez-vous choisi celles de cette collection ?

    J'ai détourné les couleurs du drapeau français pour reprendre le thème des jeux Olympiques, mais dans une version futuriste. Le rouge devient un bordeau, le bleu roi un bleu violet et le blanc un off-white. Généralement, les gammes de couleurs viennent assez naturellement en fonction du thème, commes les teintes pastel issues du mariage, par exemple, pour la collection printemps-été 2017. 

     

    Vous avez un sens exceptionnel de la mise en scène pour vos défilés, qu'avez vous prévu pour cette collection ?

    J'ai pensé la présentation de cette collection comme un véritable show : des peintures, des scultpures, de la musique accoustique. J'adore créer des scénographies théâtrales. Si je pouvais monter des pièces de théâtre, je le ferais. 

     

     

     

     

  • 16
    Mode Homme

    Le défilé Off-White printemps-été 2018 au Pitti Uomo

loading loading