Advertising
Advertising
13 Janvier

Le défilé Marni homme automne-hiver 2020-2021

 

Le dernier défilé de Francesco Risso pour Marni était une performance que l'on pourrait baptiser Le Masque de la mort rouge, un conte fantastique funeste d’Edgar Allan Poe qui dépeint un bal masqué qui vire au drame dans un château où chaque pièce est décorée d’une couleur différente. 

Par Camille Moulin

1/50
2/50
3/50
4/50
5/50
6/50
7/50
8/50
9/50
10/50
11/50
12/50
13/50
14/50
15/50
16/50
17/50
18/50
19/50
20/50
21/50
22/50
23/50
24/50
25/50
26/50
27/50
28/50
29/50
30/50
31/50
32/50
33/50
34/50
35/50
36/50
37/50
38/50
39/50
40/50
41/50
42/50
43/50
44/50
45/50
46/50
47/50
48/50
49/50
50/50
  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

  • Pour présenter cette collection, une chorégraphie toute en lenteur, mise en scène par Michele Rizzo, insuffle un esprit funèbre aux vêtements. Puis les danseurs, qui remplacent les mannequins, s’agitent dans une transe hypnotique. Des silhouettes se succèdent dans des couleurs de plus en plus vives et tranchées. Mixant upcycling, recycling et chutes de tissus des années 1950, les costumes élimés côtoient des polos cropped-top. Les pois, déjà présents dans la dernière collection, s’impriment sur des chemises XXL portées sous des trenchs réassemblés. La collection mixe les genres et les pantalons fluides en satin adoucissent les perfectos de cuir rigide. De long manteaux matelassés, manches en peaux et cols en fausse fourrure incarnent cet esprit d’assemblage propre au créateur. Clou du défilé, des silhouettes aux tons rouge sang dignes de la mort rouge clôturent la collection.

Advertising
Advertising
Advertising

NuméroNews