Numero

Jean Paul Gaultier : revivez son dernier show

Fashion Week

Entouré de Boy George et de Mylène Farmer, Jean Paul Gaultier a présenté ce mercredi 22 janvier son dernier défilé. Un moment aussi spectaculaire que rempli d'émotion.

Lire aussi

    Que retenir de la collection Gucci printemps-été 2021 ?

    Afin de présenter sa nouvelle collection de prêt-à-porter, la maison italienne Gucci et son directeur artistique Alessandro Michele, ont convié le réalisateur Gus Van Sant autour d'un projet de mini-série “Ouverture Of Something That Never Ended”, dévoilée la semaine dernière sur Youtube. Découvrez trois choses à retenir sur cette collection printemps-été 2021.

    Dès son arrivée en 2015 à la direction artistique de Gucci, Alessandro Michele s’est distingué en présentant des collections mixtes et non-genrées ainsi que des défilés dramatiques et impactants, à l’instar de celui pour la collection automne-hiver 2020-2020 pensé comme une mise en abyme. En mai 2020, alors que le monde entier est confiné, le créateur romain annonçait quitter le calendrier officiel de la Fashion Week italienne et ne plus se plier aux contraintes de l’industrie afin de proposer uniquement deux collections par an quand il se sentirait prêt et de les présenter sous le format qui lui conviendrait le mieux. Ainsi est né le GucciFest, un format qui vient se substituer au traditionnel défilé de mode, pensé comme un festival de films de mode diffusé sur plusieurs plateformes digitales pour un maximum d’impact. Et tandis qu’il convie de jeunes créateurs à présenter leurs propres vidéos lors de cette semaine de festival, à l’instar de Boramy Viguier ou Mowalola Ogunlesi, Alessandro Michele s’associe au réalisateur Gus van Sant, célèbre pour ses films aux ambiances insaisissables, et présente “Ouverture Of Something That Never Ended”, une mini-série en 7 épisodes. Le duo met en scène l’actrice et artiste italienne Silvia Calderoni dans une Rome aussi éternelle qu’intemporelle qui, au gré de ses balades au café, au bureau de poste ou au théâtre croise la route de personnalités aussi excentriques qu’evanescentes comme les chanteuses Arlo Parks et Florence Welch ou l’artiste Ariana Papademetropoulos tandis que les pop stars Billie Eilish et Harry Styles offrent des caméos pour le moins anecdotiques qui assurent cependant une grande visibilité. 

     

     

    La mini-série comme contexte aux vêtements

     

    Autre star de la série, c’est naturellement la nouvelle collection Gucci signée Alessandro Michele, introduite au fur et à mesure des sept épisodes, et qui prend vie avec force dans ces vidéos. Car en réalité, le format de la série s’impose comme un moyen intelligent de recontextualiser les vêtements rôle habituellement imputé au défilé. “Il faut permettre à la mode de se libérer, commente le directeur artistique. Se libérer des défilés, des lieux attendus. Grâce au cinéma, le vêtement prend vie, il est porté, et n’est pas cantonné à une boutique ou à un dressing. Les vêtements reviennent d’où ils viennent : ils retournent à la vie,” expliquait d’ailleurs Alessandro Michele à Numéro lors d’une interview. Une nuisette en dentelle brodée pour une journée à la maison, unemini-jupe monogramme et un tee-shirt sportswear pour trainer au café, une chemise à carreaux et des mocassins pour aller à la poste, une tenue intégralement brodée de sequins pour le théâtre, une robe à fleurs pour arroser ses plantes et se maquiller, une blouse en soie et une capeline pour faire son shopping ou un costume androgyne pour se promener la nuit. Désormais, Gucci ne vous propose plus seulement des collections de vêtements et accessoires, mais vous montre également que derrière leurs caractères parfois excentriques, ils s’intègrent à merveille dans votre quotidien.

     

     

    Et si Alessandro Michele n’avait conçu qu’une collection depuis 5 ans...

     

    Pour ceux qui suivent depuis cinq ans le travail d’Alessandro Michele, il sera facile de repérer des créations issues des précédentes collections, particulièrement de l’année 2015 comme les robes en soie plissée rouge à motifs floraux de l’épisode 2 ou celle en soie blanches ornées de fleurs colorées de l’épisode 4 ou encore les mocassins à fourrures de l’été 2019 et la jupe plissée verte dans l’épisode 3. D’autre part, les nouveaux looks présentés, par leurs coupes, styles, couleurs et matières, s’inscrivent dans la continuité exacte du travail du créateur romain. En constant cette parfaite symbiose entre collections passées et collections présentes, émerge le sentiment qu’Alessandro Michele conçoit sa démarche créative comme une collection unique. Loin de dicter les tendances, il impose une vision, la sienne, qu’il répète, décline et transforme chaque saison au gré de ses envies. Ainsi tout un vestiaire aux accents vintage composés de robes vaporeuses fleuries, de vestes et chemises à col imposant, de pantalons étriqués pattes d’eph’ se frottent à des pièces uber cool comme les survêtements monogrammés, les sneakers épaisses, mais également à des détails couture comme les paillettes et les broderies ou encore l’héritage de la maison comme les mocassins, les logos et le style italien jet set comme les costumes 70’s ou les jupes aux longueurs bourgeoises. Cet ensemble hybride et éclectique, que l’on nommera sobrement le style Gucci, fait une fois de plus mouche dans cette nouvelle collection printemps-été 2021.

    Le nomadisme selon Craig Green dans sa collection printemps-été 2021

    Quelques mois après la Fashion Week londonienne masculine, le créateur britannique Craig Green dévoile enfin sa collection printemps-été 2021 où apparaissent des hommes nomades parés à toutes les aventures.

    Envisager le vêtement masculin comme une sculpture : voilà un défi que relève Craig Green depuis 2012. Au fil des années, le Britannique n’a cessé de repenser le corps à travers des silhouettes composites et symétriques formées de sangles et de volumes. Une approche qu’il prolonge dans sa collection printemps-été 2021 témoignant, une fois de plus, de son goût presque plastique pour l’expérimentation. Chacun des ensembles, le créateur les imagine par jeux d’assemblages et de superpositions : tandis que des pièces plus classiques – chemises, vestes,  pantalons et même cravates – s’agrémentent de sacs volumineux en bandoulière, attachés par ceintures ou encore ses fameux modèles de chapeaux à corde, des modèles similaires se voient renversés, pliés, retournés dans des compositions maintenues par des structures en métal derrière lesquelles le corps s’efface presque totalement. Présentées comme des tenues manifestes davantage que des vêtements portables, celles-ci affirment dès le début de la collection le pouvoir protéiforme des créations Craig Green.
     

    Saison après saison, le Britannique met également à l’honneur son matériau de prédilection : le matelassé doudoune à rainures verticales, qui vient ici rembourrer de nombreuses vestes et les sacs assortis, pendant que des cotons et autre tissus plus fins et moins techniques accordent à ses hauts et bas une légèreté caractéristique tandis qu’aux pieds, les mannequins se chaussent des paires de baskets et sandales imaginées par le créateur avec adidas Originals. Si comme à son habitude ce dernier opte pour des ensembles monochromes, déclinés en noir, blanc et marine mais également en kaki et rouge, ses dernières silhouettes font la part belle au contraste. Composées d’immenses capes bicolores, de tuniques, vestes ou combinaisons à sangles, de sacs matelots et de larges chapeaux assortis, celles-ci identifient avec clarté l’homme Craig Green : un aventurier nomade des temps modernes, paré à toute épreuve mais aussi prêt à explorer tous les rêves.

    3 choses à retenir de la collection Celine printemps-été 2021

    Après une collection homme printemps-été 2021 pensée comme une ode à l’adolescence et au clubbing, Hedi Slimane imagine une collection femme pour celles qui ont 20 ans en 2020. Découvrez trois choses à retenir.

    Pour sa collection automne-hiver 2020-2021, Hedi Slimane proposait un vestiaire homme et femme qui croisait les codes de la bourgeoise à l’esprit new wave des années 70, à travers des silhouettes affûtées tout en luxe discret et élégant. En juillet dernier, le styliste français présentait une collection masculine printemps-été 2021 s’inspirant des stars de TikTok, telle une ode à l’adolescence et au clubbing, sur une playlist du rappeur Tiagz. Dans la continuité de cette réflexion sur la jeunesse d’aujourd’hui, Hedi Slimane a dévoilé une collection femme printemps-été 2021 où les codes bourgeois sont confrontés à une esthétique sportswear pour un nouveau cool ultra contemporain. 

     

    Les joggings, survêtements, vestes et anoraks se déclinent dans des matières soyeuses et légères ornées de motifs maillons ou du logo. Ces éléments typiques du vestiaire sportswear sont associés ici à des Perfecto en cuir, des vestes tailoring ou des robes en soie, pour une allure élégante et décontractée. 

     

    Les jeans slims et flare laissent la place à un nouveau modèle droit et taille haute nommé “Fold”, et se portent avec des crop tops en soie, des tee-shirts sport ou des chemises classiques, tandis que les vestes en tweed et des mailles moelleuses parachèvent les looks.  

     

    Enfin, les casquettes sont omniprésentes, tandis que la ballerine - en cuir et ultra-plate - opère son grand retour. Les silhouettes s'accompagnent aussi de sneakers immaculées ou des boots rangers et façon randonnée. Un nouveau sac, le “lunch box”, fait également son apparition avec sa forme rigide et déclinée en cuir ou osier tressé. 

loading loading