Advertising
Advertising
06 Juillet

La première collection haute couture d'Olivier Theyskens pour Azzaro

 

C'est sous la forme d'une vidéo réalisée par Lukas Dhont (le film Girl) qui met en scène la compositrice interprète Sylvie Kreusch qu'Olivier Theyskens a présenté sa première collection haute couture pour Azzaro. Le réalisateur, la musiciennea ainsi que le styliste Tom Eerebout  et le directeur artistique Alessandro Cangelli nous dévoilent les dessous de cette collaboration.

par La rédaction

  • Pour présenter sa première collection haute couture pour la maison Azzaro, le créateur Olivier Theyskens, nommé en février directeur artistique,  a choisi d'inviter trois personnalités artistiques à réaliser une vidéo. Filmée par Lukas Dhont, réalisateur du très acclamé Girl et habillée par Tom Eerebout, styliste de Lady Gaga, la compositrice-auteure-interprète Sylvie Kreusch interprète un de ses titres où il est question d'amours passionnelles. Dans cette vidéo sombre où la réalité est secouée d'hallucinations, les créations glamour signées Theyskens pour Azzaro se font plus sophistiquées et vénéneuse. L'héritage de Loris Azzaro, débarassée de l'opulence qui lui colle à la peau, s'habille d'une énergie sensuelle et contemporaine. 

     

     

    Vous dévoilez Seedy Tricks une carte blanche pour le défilé Azzaro haute couture présenté à l'occasion de la fashion week digital, pouvez-nous expliquer de quoi il est question ?

    Sylvie Kreusch : la chanson explore différents sons et textures. Notamment, des tambours tribaux, un rythme qui continue tout au long de la piste (un peu comme un train) et plusieurs couches avec des instruments orientaux, tels que des sitars, que j'ai essayé de ne pas utiliser de manière typique. L'objectif était de combiner une ambiance psychédélique avec une naïveté à double tranchant. Je pré-produis ma musique, mais je travaille avec de vrais instruments et de vrais musiciens, ce qui était une décision très délibérée. Concernant les paroles... disons que je laisse parler mon cœur ...

     

    Lukas Dhont : La musique de Sylvie a un univers cinématographique complet, c'est pourquoi en tant que réalisateur, je suis vraiment attirée par son son et sa façon de performer. Nous avons tous les trois déjà travaillé ensemble sur une vidéo dans laquelle nous avons exploré plusieurs des principaux thèmes de son travail. La passion est un élément important, mais aussi le contraste entre le rêve et la réalité.

     

    Alessandro Cangelli : Les extrêmes romantiques sont au cœur de l'œuvre de Sylvie. Cette chanson particulière détaille un amour non partagé qui devient obsessionnel. Cela nous a inspiré, Lukas et moi, d'explorer les parallèles entre l'obsession romantique et la perte de réalité.

     

     

    Visuellement, le film alterne entre réalité et hallucinations dans un voyage fiévreux, comment transformez-vous l'essence de la musique en images?

    SK: Je m'inspire toujours de certaines scènes de film pendant le processus d'écriture et de production de ma musique, mais l'histoire que je raconte est toujours très personnelle, combinée avec les aspects plus dramatiques que je trouve dans ces films. Lorsque j'entre dans le processus de création d'images, je reviens au moodboard que j'ai créé dans ma tête. Avec mon acolyte de longue date dans la création visuelle, Alessandro Cangelli, nous entrons dans tous les détails ... c'est drôle, parce qu'en fin de compte, j'ai l'impression qu'il est mon psychologue. Il me connaît si bien, nous avons les mêmes goûts et nouslisons dans l'esprit l'un de l'autre.

     

     

    Les créations d'Olivier Theyskens pour Azzaro sont au cœur du décor minimaliste. Il donne une sensation cinématographique et une touche de drame. Comment avez-vous attribué ces silhouettes dans les scènes?

    Tom Eerebout : Je pense que les silhouettes qu'Olivier a créées pour Azzaro fonctionnent parfaitement avec la vidéo.  La lumière et le décor ont joué un rôle important dans la sélection des looks, car je voulais m'assurer qu'ils montraient les détails complexes des tissus et travailleraient avec la performance de Sylvie. je voulais qu'ils deviennent un élément énigmatique dans sa danse.

     

    LD: Il était important de contraster la beauté de la couture avec une atmosphère brute. Les références sont des images qui résonnent avec un côté plus sombre de Sylvie. Ses vêtements sont très élégants et féminins, ce qui est idéal pour elle

     

     

    Tom, vous habillez Lady Gaga et avez signé des apparitions emblématiques comme le festival du film de Venise ou les Oscars. Comment décririez-vous le style de Sylvie dans cette performance musicale?

    TE: Je connais Sylvie depuis de nombreuses années et son style et son comportement m'ont toujours séduit. Elle a cet effet de séduction sur les gens et vous ne pouvez pas vous empêcher d'être sous son charme. Lorsque Sylvie est dans la pièce, c'est celle que vous regardez, c'est spécial. Le style de cette vidéo est un clin d'œil aux grands interprètes qui nous ont toujours inspiré, Dalida, Isabelle Adjani, Diana Ross pour n'en nommer que quelques-unes. Mais dans son ensemble, cettte vidéo célèbre Sylvie et le monde dans lequel elle vous attire comme une sirène moderne.
     

     

    Sylvie, Seedy Trick est votre premier morceau solo et probablement très spécial pour vous. Comment était-ce d'incarner ce morceau pour Azzaro avec Lukas, Alessandro, Tom et Olivier?

    SK: La chanson était le début d'une ère et faire cette vidéo semble en être la fin. Au début, c'était étrange d'utiliser un vieux morceau mais maintenant je suis très reconnaissant d'avoir pu créer cette histoire avec cette équipe. Cette vidéo est une continuété de ce que nous avons créé il y a un an avec la chanson Please To Devon. Les deux chansons ont été écrites en même temps mais racontent des facettes différentes de la même histoire d'amour, et cela se retrouve dans les vidéos.
     

     

    Cette vidéo arrive après une période très troublée et parle de l'absence / du manque de réponse d'un être cher dans un environnement urbain. Est-ce quelque chose qui résonne particulièrement pour vous? Avez-vous pensé à cela pendant le tournage?

    SK: Oui, bien sûr, j'ai été surpris de voir à quel point cela m'a affecté. Je n'ai jamais réalisé à quel point il est important de pouvoir faire des câlins et d'être proche des gens que j'aime. La journée d'enregistrement a été très spéciale pour moi, c'était la première fois que je pouvais être avec un grand groupe de bons amis, nous étions tellement excités de le faire ensemble et tout ce que nous voulions faire était de faire des câlins à la fin de la journée. C'était aussi un gros risque d'être sur le plateau avec un si grand groupe de personnes, donc je leur suis vraiment reconnaissant de s'être autant impliqués, cela signifie beaucoup! J'ai la chance d'avoir travaillé avec des gens extrêmement talentueux tels que Lukas, Tom et Alessandro, mais aussi Kanamé Onoyama, Louis Ghewy, Cécile Paravina, Edouard Mailaender et Aylin Hazel.

     

    LD: Plus que jamais, nous avons besoin de beauté. Nous partageons tous cette passion de créer quelque chose de beau grâce à la combinaison d'images, de musique et de vêtements. Nous nous sommes réunis dans le but d'élever notre propre esprit et celui des gens qui vont la regarder. Il est bien sûr étrange de parler de haute couture à un moment où tant de choses semblent se passer, mais pour cette raison particulière, nous pensons qu'il est utile de se rappeler qu'il y a autant de belles choses que des moments sombres.

     

     

    La femme Azzaro est imprégnée de la devise des années 70: vivre l'instant présent, non pas en quête d'autonomisation ni de prise de pouvoir, mais de vivre la vie dans toute sa complexité. En tant que jeune chanteuse du 21ème siècle, cela vous concerne-t-il? Quelle est votre vision de la féminité moderne?

    SK: J'ai toujours été très inspirée par ces femmes. J'ai eu une conversation à ce sujet avec Olivier et c'est une si belle coïncidence que nous ressentons tous les deux la même chose à propos de l'autonomisation des femmes. Il n'y a rien de plus fort qu'une femme qui ose montrer ses émotions. Elle peut être folle, se mettre à pleurer sur scène, avoir toutes ces émotions mitigées. Je pense que nous sommes en train de perdre cela ces jours-ci. Je ressens une telle pression parce que pendant si longtemps, nous avons toujours dû prouver à quel point nous sommes forts et indépendants et cela devient presque un tabou de pleurer devant les gens maintenant ou pour être honnête, vous n'êtes toujours pas «dépassé». Je trouve que la chanteuse française Mireille Mathieu interprétant sa chanson "A Quoi Tu Penses, Dis ..." est l'une des plus belles performances de tous les temps ... cela m'a tellement touché et m'a donné beaucoup de confiance pendant une période émotionnelle très rude dans ma vie. C'est OK de se sentir blessé et de le montrer au public.

     

     

    La couture et le cinéma ont toujours été étroitement liés. Comment utilisez-vous la mode dans votre travail?

    LD: Ma mère a toujours été dans l'industrie de la mode, faisant d'abord des collections, puis comme professeur de mode. Cela a toujours fait partie de mon enfance et m'a toujours beaucoup intéressé. Cependant, je n'ai pas pu l'explorer pleinement dans mon travail. Quand je prépare un film, je suis très perfectionniste en ce qui concerne les textures, les couleurs, les vêtements ... Je le dois à ma mère et j'espère cotoyer davantage cet univers à l'avenir. Je suis très heureux de travailler avec des gens comme Sylvie et Alessandro, en dehors de mon travail d'auteur.

Advertising
Advertising
Advertising

NuméroNews