Numero

217


Commandez-le
Numéro

Tilda Swinton en 9 métamorphoses extraordinaires

Cinéma

À quelques semaines de la sortie de “Suspiria”, dernier film de Luca Guadagnino où Tilda Swinton joue le rôle d'une sorcière, Numéro revient sur son goût pour la transformation et l’extravagant. Retour sur 9 de ses personnages pour lesquels l'actrice est devenue totalement autre.

"Orlando", 1992. Tilda Swinton décroche le rôle principal dans le drame de l'époque élisabéthaine de Sally Potter, "Orlando", une adaptation du livre de Virginia Woolf. Elle y incarne un homme aux longs cheveux roux et livre sa première exploration de personnages androgynes.
"Le Monde de Narnia, Chapitre 1", 2005. Dans l’adaptation des emblématiques romans de Clive Staple Lewis, Tilda Swinton campe le rôle de la terrible Sorcière Blanche, multipliant les audaces capillaires, passant d'un imposant chignon à la coupe “poulpe”.
“The Limits of Control”, 2009. Plus platine qu'à son habitude, Tilda Swinton étincelle de blancheur dans le rôle de Blonde pour le thriller de Jim Jarmusch. Elle arbore une longue chevelure quasiment blanche et sa peau diaphane est simplement rehaussées d'un rouge à lèvres écarlate.
"Snowpiercer", 2013. Tilda Swinton apporte un sens de l'humour diabolique à la dystopie de Joon-ho Bong. Ni homme, ni femme, le Ministre Mason intrigue par son physique froid de dictateur. Pour l'occasion, une prothèse en silicone et ruban adhésif a été utilisée pour changer l'apparence de son nez, ajouté à un dentier avancé et un carré brun qui lui donne un air ultra strict.
“Only Lovers Left Alive”, 2014. Jouant sur son physique atypique, Tilda Swinton retrouve Jim Jarmusch pour le rôle d'Eve, un vampire à la chevelure wild et aux dents acérées.
"The Grand Budapest Hotel", 2014. Tilda Swinton est méconnaissable en cliente octogénaire amoureuse du personnage de Ralph Fiennes dans ce chef-d'œuvre de Wes Anderson. Pour davantage de réalisme, elle a appris comment une vieille femme pouvait appliquer du maquillage et du rouge à lèvres.
“Crazy Amy’, 2015. Dans cette comédie signée Jude Apatow, Tilda Swinton incarne une patronne de presse autoritaire qui a abusé des ultraviolets. Nouveau coup de maître pour l'actrice britannique, qui est aussi à l'aise avec les transformations physiques que les variations de registres.
"Doctor Strange", 2016. Pour le réalisateur Scott Derickson, Tilda Swinton signe une nouvelle prouesse capillaire en incarnant un sorcier originaire du Tibet au crâne rasé.
"Okja", 2017. L'actrice retrouve Joon-ho Bong pour une autre performance dingue et satirique, jouant le rôle de sœurs jumelles : Lucy et Nancy Mirando. Elle canalise Ivanka Trump en tant que chef d'un conglomérat alimentaire, une frange blonde platine, sa couleur signature, et un appareil dentaire plus vrai que nature. Lorsqu'elle prononce un discours absurde de RP, une lueur perverse apparaît dans ses yeux et elle laisse échapper un rire étourdi.

Dans le remake de Suspiria, Tilda Swinton incarne à la fois Madame Blanc et le psychiatre Jozef Klemperer, un homme de 82 ans. Chaque jour, l'actrice a passé quatres heures au maquillage. Et pour aller jusqu'au bout, elle aurait même demandé au maquilleur de lui fabriquer un appareil génital masculin. Bluffante. 

 

Suspiria de Luca Guadagnino sera disponible en salle le 14 novembre.

Lire aussi

loading loading