Numero

216


Commandez-le
Numéro

L’Académie des Oscars répond au mouvement Black Lives Matter

Cinéma

Pour taire toute critique liée au manque de représentation des minorités raciales, l’Académie des Oscars annonçait, vendredi 12 juin, une série de mesures destinées à combattre les discriminations dénoncées au sein du cinéma américain. 

Sidney Poitier remportant l'Oscar en 1964 © DR

Alors que de nombreuses personnalités du cinéma américain, à l’image du réalisateur Spike Lee, ont pris la parole ces dernières semaines pour soutenir le mouvement Black Lives Matter, l’Académie des Oscars annonçait vendredi 12 juin une série de mesures destinées à favoriser l’inclusion, modifiant les conditions d’éligibilité des films nominés. Souvent critiquée pour avoir peu récompensé des artistes de couleur, l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences tente donc de dépoussiérer son image partisane et discriminante. En 2015 et 2016, à l’initiative de l’activiste April Reign, le hashtag #OscarsSoWhite (des Oscars si blancs) avait ainsi circulé sur les réseaux sociaux, dénonçant qu'aucun acteur de couleur n’avait été nominé pour les prix d’interprétation.

 

Malgré ces promesses, peu de précisions ont été dévoilées pour cette nouvelle direction, baptisée “Academy Aperture 2025”, qui pour l’instant, est évoquée dans les grandes largeurs : dans un communiqué de presse, l’Académie déclarait vouloir “encourager des pratiques d’embauche équitables et une représentation à l’écran et hors écran qui reflète mieux la diversité de la communauté cinématographique”. Décision centrale du communiqué, les modalités de nomination dans la catégorie meilleur film ont néanmoins d’ores et déjà été changées : 10 films concourront dès 2022 chaque année, alors que leur nombre fluctuait d’années en années entre cinq et dix.

 

En collaboration avec la Producers Guild of America, l’Académie promet également de créer, d’ici fin juillet, un groupe de travail chargé de déterminer ces justes mesures d’inclusion. Avec cette commission, l’Académie semble prendre conscience de la complexité des discriminations, qui ne tiennent pas seulement aux récompenses, mais démarrent en réalité dès la conception d’un film.

 

Ni complètement neutre, ni complètement détachée du cours de l’histoire, l’Académie avait déjà, par le passé, su entendre certaines protestations et agir en conséquence. En 1964, en plein mouvement pour les droits civiques, l’acteur afro-américain Sidney Poitier remportait l’Oscar du meilleur acteur pour Le Lys des Champs, alors qu’il s’était engagé auprès de Martin Luther King dans la lutte contre la ségrégation raciale.

 

Ces mesures ne prendront cependant pas effet pour la 93ème cérémonie des Oscars, qui a d’ailleurs été décalée au 25 avril 2021 en raison de l’épidémie de coronavirus, alors qu’elle est normalement organisée fin février. Seuls les films présentés en 2022 à la cérémonie des Oscars se verront soumis à ces nouvelles injonctions.

Lire aussi

loading loading