Numero

218


Commandez-le
Numéro

Les derniers films en salles directement en VOD

Cinéma

Si peu de spectateurs ont eu le temps de voir “Dark Waters” ou “Invisible Man” avant la fermeture des salles de cinéma, le Centre National du Cinéma prévoit leur sortie anticipée en VOD, ainsi que celle d’une vingtaine de films dont la projection en salles a eu lieu ces dernières semaines.

“Queen and Slim” de Mélina Matsoukas © Universal Pictures

La semaine dernière, le CNC s’est réuni en urgence pour discuter du sort des films qui ont vu leur sortie en salles chamboulée à cause du coronavirus. La Bonne Épouse de Martin Provost, sorti en janvier dernier, est l’un des grands perdants face aux mesures de confinement prises par le gouvernement. Alors que ses débuts en salles étaient prometteurs, son nombre de semaines à l’affiche s’est vu drastiquement réduit. Une catastrophe pour les producteurs et les exploitants de cinéma. Les membres du CNC ont donc voté la ressortie en salles de certains films à l’issue du confinement (c’est le cas de La Bonne Épouse) mais surtout, ils ont autorisé la sortie anticipée en VOD d’autres longs-métrages qui étaient à l’affiche au moment de la fermeture des salles.

 

Dérogeant ainsi à la fameuse “chronologie des médias”, qui veut qu’un délai de quatre mois soit respecté entre la sortie en salles et la sortie en DVD d’un long-métrage, le CNC permet de sauver une vingtaine de films concernés. Parmi eux, le dernier film de Clint Estwood Le Cas Richard Jewell, Invisible Man, PapiSitter, #JeSuisLàUn Divan à Tunis,  Le lac aux oies sauvages, Notre Dame, Queen & Slim, SamSam ou encore 1917. Il sera donc désormais possible de louer en ligne toutes ses productions et d’en profiter bien installé dans son canapé. En ce qui concerne les films dont la sortie était prévue pour fin mars et avril, ils sont exceptionnellement autorisés à sortir directement sur les plateformes de streaming.

 

 

 

Découvrez la liste complète des films autorisés à la diffusion vidéo à la demande :

 

 

La vérité, de KORE EDA Hirokazu

 

Monos, de LANDES Alejandro

 

Samsam, de DE KERMEL Tanguy

 

Histoire d’un regard, de OTERO Mariana

 

Les siffleurs, de PORUMBOIU Corneliu

 

Un divan à tunis, de LABIDI LABBE Manele

 

#JeSuisLà, de LARTIGAU Eric

 

Play, de MARCIANO Anthony

 

Papi Sitter, de GUILLARD Philippe

 

Une belle équipe, de HAMIDI Mohamed

 

Le lac aux oies sauvages, de YINAN Diao

 

Notre dame, de DONZELLI Valérie

 

Une mère incroyable, de LOLLI Franco

 

Mine de rien, de MLEKUZ Mathias

 

Birds of Prey, de YAN Cathy

 

Au cœur du monde, de MARTINS Gabriel, MARTINS Maurilio

 

La voie de la justice, de CRETTON Daniel Destin

 

Selfie, de BIDEGAIN Thomas, FITOUSI Marc, AUROUET Tristan, GELBLAT Cyril et LEBASQUE Vianney

 

Adam, de TOUZANI Maryam

 

Le Cas Richard Jewell, de EASTWOOD Clint

 

Sonic le film, de FOWLER Jeff

 

Des hommes, de ODIOT Alice, VIALLET Jean-Robert

 

Cuban Network, de ASSAYAS Olivier

 

Lucky, de VAN HOOFSTADT Olivier

 

L’esprit de famille, de BESNARD Eric

 

Invisible Man, de WHANNELL Leigh

 

1917, de MENDES Sam

 

Queen & Slim, de MATSOUKAS Mélina

 

Le voyage du Dr. Dolitlle, de GAGHAN Stephen

 

Le lion, de COLBEAU-JUSTIN Ludovic

Lire aussi

    Disney + en 7 programmes alléchants

    Alors que le lancement de la plateforme de streaming de Disney, initialement prévu pour le 24 mars, a été repoussé au 7 avril en France, sa programmation est plus qu’alléchante. Adaptée à tous les publics, la sélection du géant américain propose entre autres des documentaires liés au cinéma, des téléréalités familiales ou des créations originales inédites. Retour sur 7 de ses programmes prometteurs.

    1. Le monde selon Jeff Goldblum: une ode à la curiosité

     

    Du Dr Ian Malcolm dans Jurassic Park à David Levinson dans Independence Day, ou encore Seth Brundle dans La Mouche de Cronenberg, Jeff Goldblum est un acteur polymorphe de génie, autour duquel gravite une communauté de fans invétérés. La nouvelle série originale Disney + propose un format original qui devrait satisfaire tous ses admirateur : l’acteur de 67 ans, insatiable curieux de découvertes en tout genre, se met ici au service de récits anecdotiques sur d’innombrables objets ou inventions du quotidien. Au cours des 12 épisodes du Monde selon Jeff Goldblum, celui-ci s’intéresse au tatouage, à l’industrie des cosmétiques, aux crèmes glacées ou encore au café et révèle à leur propos des stupéfiantes coïncidences ou faits scientifiques étonnants et méconnus. Si les sujets de prédilection de Jeff Goldblum sont nombreux, tous sont abordés avec le même enthousiasme, la même soif d’apprendre, et font de cette série l’un des programmes les plus intrigants de Disney +.

    2. Revivez vos émotions adolescentes avec Sous les Feux de la rampe

     

    Pour cette émission de téléréalité, Disney a proposé à Kristien Bell (aussi productrice exécutive du programme) de réunir d'anciens élèves ayant participé à une comédie musicale au lycée pour les aider à recréer leur interprétation, des années plus tard. Chaque épisode de la série est consacré à un groupe d’ex étudiants, qui ont cinq jours pour mettre en place un show mémorable. Même si le procédé est quelque peu artificiel, les épisodes sont riches en émotions et les chorégraphies sont impressionnantes. Avec l’aide notamment de personnalités célèbres de Broadway, les participants réinterprétent des comédies musicales comme The Sound of Music, La Belle et la BêteAnnie et bien d'autres. 

    3. Togo ou l'héroisme d'un chien de traineau

     

    Entre son rôle de gardien de phare alcoolique dans The Lighthouse de Robert Eggers, celui de toxicomane repenti dans Tommaso d’Abel Ferrara ou encore celui qu'il tiendra dans le prochain film de Wes Anderson, The French Dispatch, Willem Dafoe est plus productif que jamais. Dans Togo, il incarne Leonhard Seppala, un dresseur norvégien de chiens de traineaux, célèbre pour ses deux compagnons extraordinaires : Balto et Togo, d’où le titre du film. Emouvant tableau de la relation qui unissait l’homme à l’animal, le film produit par Walt Disney Picture revient sur un épisode marquant dans l’histoire d’un petit village inuit en 1924, quand une épidémie de diphtérie frappa les enfants. Alors que le médicament nécessaire à la guérison des malades se trouve à des centaines de kilomètres du village, Leonard Seppala et ses chiens de traineaux apparaissent comme l’unique solution pour stopper l’épidémie. Le trajet qu’ils parcourent reste gravé dans les mémoires comme la “course au sérum”, devenue mythique car elle permit de sauver plusieurs vies. 

    4. La Belle et le Clochard, 65 ans après

     

    A l’instar du Livre de la Jungle, de Mulan ou encore de Dumbo, les Studio Disney, en partenariat avec Pixar, ont souhaité réaliser un remake en prises de vues réelles de La Belle et le Clochard. Le film reprend la célèbre histoire d’amours canines diffusée pour la première fois en décembre 1955 aux États-Unis. Véritable défi en terme de réalisation technique, la version contemporaine reste toutefois fidèle aux personnages et au scénario du dessin animé originel.

    5. Il était une fois les Imagineers : les dessous d'une usine à merveilles

     

    Ce documentaire dépeint le parcours de personnes qui ont travaillé dans les studios d’animation Disney. Retraçant près de 70 ans d’histoire, le film s’intéresse aux dessous d’une fabrique des  merveilles. Avec des séquences de films inédites et des images d’archives, la productrice Leslie Iwerks offre une plongée parmi ces figures de l’ombre qui ont participé à réaliser le rêve d’un homme, Walter Disney, et de développer la Walt Disney Company. À travers les images, on découvre notamment les processus de création, de conception et de construction d’une douzaine de parcs Disney dans le monde entier. 

    6. Laissez-vous guider avec Chien d'aveugle en devenir

     

    Cette série en six épisodes s’inspire du documentaire du même nom réalisé en 2018 par Dana Nachman et Don Hardy. Produite par ABC Studios, la série s’intéresse à six chiens – Paco, Pacino, Tulane, Raffi, Amara et Tartan –, à leurs dresseurs et aux personnes malvoyantes qu’ils devront assister plus tard. Au travers de cet apprentissage, on découvre que la formation des chiens d’aveugles est longue et ne peut pas convenir à tous. Pas à pas, les dresseurs de l’association “Guide Dogs for the Blinds” située à San Rafael, apprennent aux chiens les bons réflexes pour assister les personnes malvoyantes, un apprentissage touchant qui attendrira même les cœurs les plus durs.

     

    7. The Mandalorian: entre le Retour du Jedi et le Réveil de la Force

     

    Cette série constitue certainement le programme phare de Disney +. Reprenant l’univers de Star Wars, les épisodes spectaculaires mélangent savamment western et science-fiction dans des décors à couper le souffle. L’histoire suit les pérégrinations d’un chasseur de primes “mandalorien” et d’un personnage déjà culte, un bébé Yoda. La série signée Jon Favreau (Le Roi Lion, Iron Man, Le Livre de la Jungle) se situe entre les volets VI et VII de la saga de George Lucas. Petit bonus de The Mandalorian : les derniers épisodes ont été réalisés par Taika Waititi – à qui l'on doit le très acclamé Jojo Rabbit, sorti l'an dernier.

    Découvrez qui est vraiment Miyazaki, réalisateur culte de l'animation japonaise

    Depuis plus de quinze ans, le réalisateur Kaku Arakawa filme la vie d’Hayao Miyazaki. Dans son documentaire “10 ans avec Miyazaki”, désormais disponible gratuitement sur le site du groupe l’audiovisuel public japonais NHK, le spectateur pénètre au plus près de l’intimité du plus célèbre créateur de film d'animation japonais.

    “Mon voisin Totoro” (1988) © The Walt Disney Company France

    Du célèbre réalisateur Hayao Miyazaki, on connaît presque tous les films, à la fois enfantins et torturés, aussi féériques que ténébreux, mêlant éclats de rire gargantuesques et crises de larmes torrentielles. Mais bien plus rares sont ceux qui connaissent l'homme derrière ces chefs d'œuvres du cinéma d'animation japonais. Afin de combler ce manque, le documentaire 10 ans avec Hayao Miyazaki suit la vie du cinéaste de 2006 à 2013 au plus près de ses états d’âme. Quatre épisodes de cinquante minutes dévoilent ainsi pudiquement la vie d’un réalisateur simple et discret, réel bourreau de travail, dont la vie est dédiée à sa création. Dévoilé en 2019, ce documentaire est désormais disponible gratuitement sur le site du groupe l’audiovisuel public japonais NHK.

     

    Encore plus discrète que son sujet, la caméra se fait tout à fait silencieuse, et devient le témoin privilégié de moments volés. Derrière cet objectif se cache Kaku Arakawa, auteur de sept documentaires sur Miyazaki, qui a pu pénétrer au plus près la vie du réalisateur à une seule condition : être seul à réaliser cette série de films. Comme si Miyazaki lui-même s’était pleinement fait à sa présence, le Japonais s’abandonne pour se révéler naturel et entier, pris dans ses habitudes, ses manies et ses doutes. De son studio à l’intimité de sa maison, le spectateur l’accompagne alors comme son plus fidèle compagnon.

     

    Intitulé Ponyo est là, le premier épisode installe le décor et suit le Miyazaki de 2006, à bord de sa Citroën 2 CV, en quête de décors pour un film qui n’est alors pas encore né : Ponyo sur la falaise. Dans des images inédites, on observe le cinéaste armé d’un pinceau, dessiner des aquarelles qui guideront ses équipes dans la réalisation de l’anime. L'émerveillement provient sans doute de la liberté d’un dessinateur qui ne part pas d’un scénario, mais construit chaque histoire au fur et à mesure, en dessinant des scènes sorties tout droit de son imagination. Par la suite, ce sont près de 350 collaborateurs qui seront mobilisés afin de réaliser l’intégralité des dessins à la main et non virtuellement.

     

    Mais au-delà de Miyazaki réalisateur, le documentaire permet au fil des épisodes de découvrir d’autres facettes du personnage. L’épisode 3, Aller de l'avant - La menace dévoile par exemple sa relation conflictuelle avec son fils, Goro, devenu réalisateur contre l’avis de son père qui se dit être très mal à l’aise face à son enfant. Mêlant souvenirs, images d’archives et présent, chaque épisode retrace ainsi la création des trois derniers animes signés par le réalisateur japonais, aujourd'hui âgé de 79 ans : Ponyo sur la falaise (2008), La colline aux coquelicots (2011) et Le vent se lève (2013).

     

    10 ans avec Hayao Miyazaki est à retrouver gratuitement en streaming sur le site de la NHK.

  • 06
    Cinéma

    Septembre 1946 : le premier Festival de Cannes

loading loading