Cinéphile de longue date, Quentin Tarantino côtoie d’abord les grands noms du 7e art à travers les cassettes VHS qu’il vendait dans un vidéo club de Californie. Autodidacte aujourd’hui mondialement reconnu pour sa contribution au cinéma américain, le réalisateur originaire du Tennessee a littéralement fracassé l’écran en 1992 avec son premier long-métrage à succès, Reservoir Dogs. Un sombre huis-clos qui forgera l’esthétique de toute sa filmographie : références à la blaxploitation (courant cinématographique des années 70 ayant revalorisé l'images des Afro-Américains à l'écran), ultra violence, voyeurisme, humour noir et dérision, le tout agrémenté de nombreux clins d'œil à la culture populaire. Son deuxième film, Pulp Fiction, sera immédiatement sélectionné à Cannes, où il recevra la Palme d’or en 1994.

 

La réalisatrice et productrice américaine Tara Wood revient en image sur ce personnage à l’esthétique singulière dans le documentaire QT8 : The First Eight (QT8 : Tarantino en 8 films). Un long travail d’archives riche en anecdotes qui fait passer le spectateur derrière la caméra pour y découvrir les ficelles des huit premiers films de Quentin Tarantino. On y découvre, entre autres, la raison pour laquelle le réalisateur a préféré lui-même jouer la tentative d’assassinat de Diane Kruger dans Inglorious Basterds (2009), comment une maladresse de Leonardo Di Caprio sur le tournage de Django Unchained (2012) a donné l’une des scènes les plus mémorables du long-métrage ou encore sa longue collaboration avec l’actrice Uma Thurman, inoubliable dans les rôles de Beatrix Kiddo dans les volumes I et II de Kill Bill (2003-2004) et de Mia Wallace dans Pulp Fiction. À cela s’ajoutent de nombreux témoignages de figures de l’industrie cinématographique, telles que Michael Madsen, Christoph Waltz, Diane Kruger ou Kurt Russell, venant teinter ce portrait généreux d’un provocateur et passionné du 7e art.  

 

 

Le documentaire QT8 : Tarantino en 8 films (2019) de Tara Wood est disponible jusqu'au 11 juin en replay sur la plateforme Arte.tv.