Advertising
69

À Venise, les artistes font leur show en musique

 

Evènement iconoclaste et incontournable de la Biennale de Venise, The Venitian Blinds invite les groupes de rock fondés par des artistes à se produire sur scène du 7 au 9 mai.

À l’initiative du Palazzo Grassi, du Consortium à Dijon, et du Silencio à Paris, "The Venetian Blinds. Artist-run Bands" s’installe à la 56e édition de la Biennale de Venise du 7 au 9 mai

 

Ce festival est le premier dédié intégralement aux groupes de rock fondés par des artistes contemporains. Les concerts se tiendront au majestueux Teatrino qui a rouvert il y a deux ans et a été entièrement repensé par l’architecte japonais Tadao Ando.

I Apologize, le groupe mené par Jean-Luc Verna.

Vue d'un concert du groupe de l'artiste canadien Martin Creed.

Samedi 9 mai à 22h30, Martin Creed (lauréat du Turner Prize en 2001) and his band partagera son rock alternatif au public vénitien. Son dernier album Love To You, produit par Johnny Marr et Nick McCarthy des Franz Ferdinand, est sorti en 2012.

Je suis né dans les années 60, j’ai donc 25 ans. C’est le moment rêvé pour chausser des talons aiguilles et pousser une petite gueulante, une petite croonante.” Jean-Luc Verna

 

 

 

 

Jeudi 7 mai à 22h30, le groupe mené par le photographe et vidéaste canadien Rodney Graham délivrera sa musique folk-rock psychédélique.« Graham n’a jamais tranché la question : suis-je un musicien emprisonné dans l’esprit d’un artiste ou bien un artiste prisonnier du corps d’un musicien ? », écrit à son propos Kim Gordon, la chanteuse et bassiste des Sonic Youth.

L'artiste Jean-Luc Verna.

Samedi 9 mai à 21h30, I Apologize, groupe formé par Jean-Luc Verna, Gautier Tassart, Julien Tiberi revisite les chansons et les attitudes de leurs icônes Siouxsie and the Banshees, T.Rex, Janis Joplin. « Je suis né dans les années 60, déclare-t-il, j’ai donc 25 ans. C’est le moment rêvé pour chausser des talons aiguilles et pousser une petite gueulante, une petite croonante. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palazzo Grassi, Venise, du 7 au 9 mai. Retrouvez l'ensemble de la programmation avec Emily Sundblad & Matt Sweenery, The Rodney Graham Band, The Cornichons, Bob Carol Ted, I Apologize, Martin Creed and his band sur www.thevenetianblinds.com/en/lineup

Quand les artistes parlent de leurs galeristes : Larry Gagosian vu par Jenny Saville
777

Quand les artistes parlent de leurs galeristes : Larry Gagosian vu par Jenny Saville

Numéro art Cheffe de file des Young British Artists dans les années 90, Jenny Saville se fait remarquer avec ses peintures de nus saisissantes. À l'occasion de notre série d'été revenant sur les histoires exceptionnelles entre les artistes et leurs galeristes, la peintre britannique Jenny Saville évoque sa relation singulière avec le galeriste Larry Gagosian, fondateur de la méga-galerie du même nom, qui l’a introduite dans le New York de Willem De Kooning. Cheffe de file des Young British Artists dans les années 90, Jenny Saville se fait remarquer avec ses peintures de nus saisissantes. À l'occasion de notre série d'été revenant sur les histoires exceptionnelles entre les artistes et leurs galeristes, la peintre britannique Jenny Saville évoque sa relation singulière avec le galeriste Larry Gagosian, fondateur de la méga-galerie du même nom, qui l’a introduite dans le New York de Willem De Kooning.

Notre monde digital est-il encore humain ? Réponse avec l'artiste Cécile B. Evans
496

Notre monde digital est-il encore humain ? Réponse avec l'artiste Cécile B. Evans

Numéro art Inspirée par les réflexions poétiques et éthiques d’Alessandro Michele, directeur de la création de Gucci, l’exposition “No Space, Just A Place – Eterotopia” invite les artistes à imaginer un autre futur. Cécile B. Evans y explore ce que signifie être “humain” dans une exceptionnelle installation vidéo. Inspirée par les réflexions poétiques et éthiques d’Alessandro Michele, directeur de la création de Gucci, l’exposition “No Space, Just A Place – Eterotopia” invite les artistes à imaginer un autre futur. Cécile B. Evans y explore ce que signifie être “humain” dans une exceptionnelle installation vidéo.

Advertising
Histoire d'un duo légendaire de l'art : Niele Toroni et Marian Goodman
777

Histoire d'un duo légendaire de l'art : Niele Toroni et Marian Goodman

Numéro art Figure tutélaire de l’art minimal, célèbre pour ses empreintes de pinceau n°50 se multipliant sur ses toiles, Niele Toroni développe dès 1989 une amitié avec la grande galeriste new-yorkaise. Il est d'ailleurs jusqu'au 25 juillet à l'affiche d'une exposition dans son espace parisien, au sein de laquelle il présente des toiles récentes. Récit d'une rencontre et d'un duo professionnel et amical. Figure tutélaire de l’art minimal, célèbre pour ses empreintes de pinceau n°50 se multipliant sur ses toiles, Niele Toroni développe dès 1989 une amitié avec la grande galeriste new-yorkaise. Il est d'ailleurs jusqu'au 25 juillet à l'affiche d'une exposition dans son espace parisien, au sein de laquelle il présente des toiles récentes. Récit d'une rencontre et d'un duo professionnel et amical.

Quand les galeristes parlent de leurs artistes: Danh Vo vu par Mathieu Paris
879

Quand les galeristes parlent de leurs artistes: Danh Vo vu par Mathieu Paris

Numéro art Pour ce nouvel épisode de cette série d'été, le directeur parisien de la galerie White Cube revient sur sa fascination pour Danh Vo, capable de faire dialoguer Coca-Cola et Jésus Christ. Pour ce nouvel épisode de cette série d'été, le directeur parisien de la galerie White Cube revient sur sa fascination pour Danh Vo, capable de faire dialoguer Coca-Cola et Jésus Christ.

Carol Civre, l'artiste qui glorifie le corps féminin dans un monde 100% digital
496

Carol Civre, l'artiste qui glorifie le corps féminin dans un monde 100% digital

Numéro art Remarquée pour ses personnages féminins modélisés en 3D dont les apparences avoisinent les déformations d'un filtre Instagram ou d'un jeu vidéo, la jeune artiste new-yorkaise Carol Civre compose un monde intégralement numérique dans lequel les femmes scintillent et triomphent dans toute leur diversité. Derrière son esthétique singulière se lit un regard nouveau sur le corps et ses représentations, mais également l'affirmation d'une nouvelle forme d'expression née par et pour le support digital.  Remarquée pour ses personnages féminins modélisés en 3D dont les apparences avoisinent les déformations d'un filtre Instagram ou d'un jeu vidéo, la jeune artiste new-yorkaise Carol Civre compose un monde intégralement numérique dans lequel les femmes scintillent et triomphent dans toute leur diversité. Derrière son esthétique singulière se lit un regard nouveau sur le corps et ses représentations, mais également l'affirmation d'une nouvelle forme d'expression née par et pour le support digital. 

Robin Plus, photographe d'un monde fragile et digne héritier de Wolfgang Tillmans
709

Robin Plus, photographe d'un monde fragile et digne héritier de Wolfgang Tillmans

Numéro art À peine diplômé de l'ENSP d'Arles, le jeune photographe français Robin Plus y présente jusqu'au 3 août sa première exposition personnelle. L'occasion de découvrir, dans l'intimité d'un appartement, la force de ses portraits et mises en scène traduisant toute la fragilité de notre monde contemporain.  À peine diplômé de l'ENSP d'Arles, le jeune photographe français Robin Plus y présente jusqu'au 3 août sa première exposition personnelle. L'occasion de découvrir, dans l'intimité d'un appartement, la force de ses portraits et mises en scène traduisant toute la fragilité de notre monde contemporain.