Advertising
Advertising
10 Juillet

130 sculptures d'Auguste Rodin mises en vente par son musée

 

Depuis le 7 juillet, le musée Rodin, dédié à la conservation et l'exposition de l’œuvre d’Auguste Rodin, a rouvert les portes de son hôtel particulier ainsi que de son jardin dans le 7e arrondissement parisien. Afin de limiter les pertes liées à la crise sanitaire et économique, le musée a choisi de mettre en vente 130 oeuvres du sculpteur français.

Par Honorine Boudzoumou

Vue d'intérieur du musée Rodin
Vue d'intérieur du musée Rodin
  • Depuis son inauguration en 1919, le musée Rodin est devenu l’un des musées les plus emblématiques de la ville de Paris. Célèbre pour ses beaux jardins et l’hôtel Biron dans lequel il est établi dans le septième arrondissement de Paris, mais également son espace à Meudon dans le Hauts-de-Seine, il accueille une collection permanente d’œuvres de Auguste Rodin et Camille Claudel ainsi que des expositions temporaires d'artistes éminents des XIXe et XXe siècles. Pour preuve, la prochaine en date, Picasso-Rodin, sera consacrée aux liens entre le peintre espagnol et le sculpteur français. Autofinancé, le musée se dégage de l’argent grâce aux ventes de sa billetterie et de sa boutique, la privatisation de sa propriété – notamment pour les défilés de la maison Dior – ainsi que la vente de reproductions de bronzes.

     

    Mais face à la crise sanitaire et économique actuelle, le musée se trouve dans une situation particulièrement difficile. Les trois mois de confinement et donc de fermeture de ses portes ont entraîné une perte de revenus considérable pour le musée, durement rattrapable à l'heure qu'il est, et les incertitudes sur la réorganisation des Fashion Weeks en présentiel mettent la privatisation du site en suspens. L’établissement s’attend aussi à une forte baisse de fréquentation de la part de ses visiteurs, notamment des visiteurs étrangers avec la fermeture des frontières. “Nous avons ouvert mardi et pour cette première journée, nous avons reçu 25% de public, c'est plus que ce que l'on avait anticipé mais cela reste faible par rapport à fréquentation d'avant la crise du coronavirus. D’après l'office régional du tourisme, cette situation risque de durer, on ne reviendra pas à la normale avant deux ans annonce l'organisme.” explique la directrice du musée Catherine Chevillot. Car si le gouvernement français a débloqué 5 milliards d’euros afin de soutenir le milieu de la culture, le musée Rodin ne pourra pas en bénéficier, en tant qu'établissement public à caractère industriel et commercial ne recevant aucune subvention de l'État.

     

    Afin de sauver les meubles et limiter ses pertes, le musée a donc pris la décision de mettre en vente des oeuvres originales d'Auguste Rodin. En tant qu'ayant droit du sculpteur, le musée réalise des reproductions des œuvres et les vend depuis plus d'un siècle : pour preuve, en 2015, un grand modèle d'Aphrodite a été adjugé chez Christie’s Londres pour 722 500 livres. Mais cette nouvelle vente, qui fait suite à la crise sanitaire, se démarque de la démarche habituelle de l'établissement dû au nombre impressionnant d'œuvres mises en ventes : non moins de 130 sculptures sont ici proposées, toutes réalisées en douze exemplaires et légalement considérées comme des originaux – un procédé par lequel le musée peut assurer qu'aucune des œuvres exposées ne quitteront les collections. Aussi, le dernier a passé des accords avec diverses galeries d’art contemporaines parisiennes puis étrangères, telles que la méga-galerie Gagosian à New York pour une vente en 2021, afin d'étendre son patrimoine à une nouvelle clientèle. Par ailleurs, une plateforme de dons pour soutenir le musée a également été mise en place durant le confinement et s’élève pour l’instant à 800 euros, selon Catherine Chevillot. L'institution muséale compte également faire appel au mécénat et attend toujours une réponse pour sa demande de subvention au ministre de la Culture, qui vient d’être remplacé par Roselyne Bachelot.

Advertising

NuméroNews