Advertising
110

Garage, incontournable musée d'art contemporain de Moscou, se rénove avec Rem Koolhaas

 

Rencontre avec l'architecte de renommée mondiale Rem Koolhaas qui inaugure le 12 juin le nouveau pavillon du Garage Museum of Contemporary Art de la collectionneuse russe Dasha Zhukova.

En 2008, la philanthrope et collectionneuse russe Dasha Zhukova fondait à Moscou le Garage Museum of Contemporary Art, pour familiariser le public russe avec l’art contemporain occidental, peu connu jusqu’alors dans le pays. Hébergé depuis sa création dans un pavillon temporaire construit par Shigeru Ban, le musée gagne le 12 juin ses nouveaux quartiers : le pavillon Vremena Goda, rénové par l’architecte star Rem Koolhaas, qui s’est entretenu avec Numéro au sujet de ce projet phare. 

Yayoi Kusama compte parmi les premiers artistes invités. Infinity Mirrored Room, The Souls of Millions of Light Years Away, 2013.

Numéro : Parlez-nous du projet du Garage Museum à Moscou.

 

Rem Koolhaas : Le Garage Museum of Contemporary Art est une institution culturelle absolument cruciale pour le pays, car il confère à Moscou une véritable place dans le circuit mondial de l’art. Le pavillon Vremena Goda, que nous avons rénové et qui l’abritera désormais, a été construit à la fin des années 60. Ce bâtiment inutilisé depuis environ vingt ans représente une architecture typiquement soviétique. Nous l’avons converti en un musée moderne.

 

Numéro : Comment avez-vous abordé cette rénovation architecturale ?

 

Rem Koolhaas : Il s’agissait ici avant tout de préserver une œuvre architecturale russe, qui est très intéressante. On peut dire et penser bien des choses au sujet de la période soviétique et de sa culture, mais le fait est que les bâtiments construits pour un usage public étaient très accueillants. Nous avons donc voulu préserver cette générosité, et la mettre à profit pour une institution culturelle. Nous avons changé son emballage, si j’ose dire, en laissant l’intérieur parler pour lui-même. La conservation de ce qui est historique est centrale dans ce genre de projet. Ici, nous expérimentons une nouvelle sorte de travail : nous avons cherché à préserver également l’état de délabrement du bâtiment. Certains murs sont très abîmés, et nous les laissons tels quels.

 

 

Yayoi Kusama, Dots Obsession, 2013.

Numéro : Les œuvres d’art contemporain varient énormément dans leurs dimensions, allant d’un tableau de format modeste à une installation monumentale. Les musées vous fournissent-ils une opportunité de jouer avec les rapports d’échelle ?

 

Rem Koolhaas : Oui tout à fait. Nous avons été impliqués dans la construction de nombreux musées et je pense que c’est une des vraies originalités de la démarche d’OMA (Office for Metropolitan Architecture, agence d'architecture fondée par Rem Koolhaas) : nous envisageons les questions d’échelle par et pour elles-mêmes, indépendamment de toute autre question. Nous avons d’ailleurs publié en 1997 un livre intitulé S, M, L, XL, qui est une réflexion sur les questions d’échelle. Je me suis demandé pourquoi les œuvres d’art ont atteint des dimensions si colossales, et bien sûr, cela a beaucoup à voir avec l’expansion du marché de l’art. Mais je pense que l’architecture doit offrir une résistance à cette expansion sans fin. OMA a participé à une compétition pour la Tate, il y a quelque temps, et le directeur nous avait alors prévenus que les artistes n’appréciaient pas qu’un bâtiment leur impose sa structure. Il nous avait dit que l’environnement d’exposition préféré par les artistes, aujourd’hui, est l’espace industriel reconverti en musée. Je dois dire que cela m’a laissé extrêmement sceptique. 

 

Propos recueillis par Delphine Roche

 

 

www.garageccc.com

www.oma.eu

 

Katharina Grosse fera également partie des premiers artistes invités. Inside the Speaker, 2014.

Le jour où Brad Pitt a tenté de devenir architecte
777

Le jour où Brad Pitt a tenté de devenir architecte

Architecture Si l’on connaît Brad Pitt pour sa carrière hollywoodienne prestigieuse (“Seven”, “Fight Club”, “Troie”, “Inglourious Basterds”…), encore récompensée en 2020 par un Oscar du meilleur second rôle pour le film “Once Upon a Time... in Hollywood” de Quentin Tarantino, on connaît beaucoup moins la passion de l'acteur américain pour l’architecture et ses incursions dans ce domaine. Retour sur une tentative de carrière semée d’embûches, démarrée aux côtés du célèbre architecte Frank Gehry. Si l’on connaît Brad Pitt pour sa carrière hollywoodienne prestigieuse (“Seven”, “Fight Club”, “Troie”, “Inglourious Basterds”…), encore récompensée en 2020 par un Oscar du meilleur second rôle pour le film “Once Upon a Time... in Hollywood” de Quentin Tarantino, on connaît beaucoup moins la passion de l'acteur américain pour l’architecture et ses incursions dans ce domaine. Retour sur une tentative de carrière semée d’embûches, démarrée aux côtés du célèbre architecte Frank Gehry.

L’œuvre polémique de Zaha Hadid s’invite chez Taschen
876

L’œuvre polémique de Zaha Hadid s’invite chez Taschen

Architecture La maison d’édition Taschen présente un ouvrage consacré à l’œuvre architecturale complète de Zaha Hadid. Fantasque, avant-gardiste mais aussi très controversée, l’Irako-Britannique, prématurément disparue en 2016, a laissé une empreinte indélébile sur le monde de l’architecture.  La maison d’édition Taschen présente un ouvrage consacré à l’œuvre architecturale complète de Zaha Hadid. Fantasque, avant-gardiste mais aussi très controversée, l’Irako-Britannique, prématurément disparue en 2016, a laissé une empreinte indélébile sur le monde de l’architecture. 

Advertising
Dans les coulisses de l’He Art Museum de Tadao Ando, l’architecte superstar
965

Dans les coulisses de l’He Art Museum de Tadao Ando, l’architecte superstar

Architecture Figure internationale vénérée, Tadao Ando imagine ses architectures comme de véritables expériences esthétiques et métaphysiques. Ses réalisations, à l’image du nouveau He Art Museum au nord de Hong Kong, nous plongent au cœur de la matière et de la lumière. Une invitation à reconnecter notre corps à l’Univers. Figure internationale vénérée, Tadao Ando imagine ses architectures comme de véritables expériences esthétiques et métaphysiques. Ses réalisations, à l’image du nouveau He Art Museum au nord de Hong Kong, nous plongent au cœur de la matière et de la lumière. Une invitation à reconnecter notre corps à l’Univers.

MaxMara invite une peintre moderne sur son sac Whitney
657

MaxMara invite une peintre moderne sur son sac Whitney

Accessoires Pour célébrer les cinq and de son sac Whitney, né d’une collaboration avec le Whitney Museum of American Art en 2015, le label italien MaxMara en dévoile une nouvelle version qui s’inspire cette fois-ci d’un tableau de la peintre et poètesse Florine Stettheimer, figure de l’art moderne américain. En cuir, élégant et minimaliste, le sac se décline ici en cinq teintes rose-orangées.  Pour célébrer les cinq and de son sac Whitney, né d’une collaboration avec le Whitney Museum of American Art en 2015, le label italien MaxMara en dévoile une nouvelle version qui s’inspire cette fois-ci d’un tableau de la peintre et poètesse Florine Stettheimer, figure de l’art moderne américain. En cuir, élégant et minimaliste, le sac se décline ici en cinq teintes rose-orangées. 

Une maison moderniste en plein cœur de la forêt brésilienne
809

Une maison moderniste en plein cœur de la forêt brésilienne

Architecture Imaginée à Sao Paulo en 1951 par l’architecte Lina Bo Bardi, la Casa de Vidro prend place au cœur de la forêt, semblant faire littéralement corps avec celle-ci. Lieu d’exposition qui accueille des artistes, elle présente en ce moment les sculptures en métal de Leonor Antunes. Imaginée à Sao Paulo en 1951 par l’architecte Lina Bo Bardi, la Casa de Vidro prend place au cœur de la forêt, semblant faire littéralement corps avec celle-ci. Lieu d’exposition qui accueille des artistes, elle présente en ce moment les sculptures en métal de Leonor Antunes.

Une star crée une ville écolo au cœur de l’Afrique
154

Une star crée une ville écolo au cœur de l’Afrique

Architecture Le chanteur américano-sénégalais Akon laisse les studios de production de côté pour se consacrer à la création d’une ville verte au sud du Sénégal. Un projet écoresponsable qui propose une réponse aux enjeux environnementaux actuels et au développement du pays.  Le chanteur américano-sénégalais Akon laisse les studios de production de côté pour se consacrer à la création d’une ville verte au sud du Sénégal. Un projet écoresponsable qui propose une réponse aux enjeux environnementaux actuels et au développement du pays.