Numero

4 choses à retenir du défilé Chanel automne-hiver-2020-2021

Fashion Week

Inspirations équestres, fentes sensuelles et bijoux maximalistes, découvrez tout ce qu'il faut retenir du défilé Chanel automne-hiver-2020-2021.

1/71

Ce mardi 5 mars 2020, le Grand Palais accueille un défile Chanel au décor d’une étonnante sobriété. Des gradins blancs bordés d’un liseré noir ourlent un podium tapissé de miroirs dépolis. “Pour le défilé, pas de cadre. Je n’aime pas ce qui encadre”, explique Virginie Viard, directrice artistique de la maison depuis un an maintenant. Ainsi débarrassée de tout repère spatio-temporel, la collection retrouve toute sa liberté. Un changement drastique par rapport aux décors spectaculaires de son prédécesseur Karl Lagerfeld.

 

Autre nouveauté, la façon dont les mannequins défilent : la traditionnelle succession des silhouettes cède place à des duos et trios discutant joyeusement en arpentant le podium. Vittoria Ceretti et Rianne Van Rompaey en ouverture; Amanda Sanchez et Grace Elizabeth; ou encore Gigi Hadid, Mona Tougaard... C’est dans cette ambiance sobre et gaie que la collection automne-hiver 2020-2021, fraîche et romantique à souhait mais sans fioritures inutiles, revient à l’essence même de la maison. Retour sur 4 pièces emblématiques.

 

 

1. Les bottes de sept lieues

 

Hauteur mi-mollet, en cuir noir au revers marron glacé, agrémentée d’un large talon de 5/6 cm, les bottes de sept lieues sont de toutes les silhouettes. Elles s’inspirent d’une vieille photo de Karl Lagerfeld chaussé de bottes équestres. Souliers magiques évoqués dans les contes de Perrault qui permettent de parcourir 7 lieues (28 km) en une enjambée, ces bottes symbolisent la liberté.

 

 

2. Les jodhpurs

 

Grande amatrice d’équitation, Gabrielle Chanel possédait un cheval de course nommé Romantica. Dès les premières fois qu’elle monte, elle refuse la traditionnelle posture en amazone dédiée aux femmes, au profit de celle alors réservée aux hommes, à califourchon sur la selle. Célèbre pour son caractère frondeur, elle adopte naturellement la tenue qui va avec, à savoir, les jodhpurs. Déclinés ici dans des matières épaisses et lourdes, ils s’ouvrent sur les côtés grâce à de larges boutons dorées et adoptent la coupe baggy. Une révision qui offre un accès direct au vestiaire contemporain à ce pantalon destiné à l’équitation.

 

 

3. Les jupes fendues

 

Depuis sa nomination à la tête de la direction artistique de Chanel, Virginie Viard fait souffler un vent de fraîcheur et d’impertinence sur la maison de la rue Cambon. Cette saison, elle apporte une sensualité aux tailleurs Chanel et autres jupes en tweed à coups de longues fentes qui remontent parfois jusqu’à l’arrière de la hanche ou la taille. Le résultat? Des jeunes filles à l’élégance fatale qui s’affranchissent des codes bourgeois.

 

 

4. Les bijoux imposants

 

Épais, larges et colorés… l’hiver prochain, chez Chanel, les bijoux sont voyants et imposants. Déclinées en colliers, croix byzantines et constructions géométriques égayent un tailleur en tweed. Ils s’invitent aussi en ceinture sur un manteau noir ou une robe pull. On les aperçoit aussi en manchette ou au creux des décolletés. Évoquant les annes 80 par leur aspect clinquant, ils illuminent une collection dominée par le noir, le gris et le blanc, desquels surgissent succinctement un rose crémeux et un vert amande.

Read more

loading loading