Des usagers du métro, un camion de glace, un homme au téléphone dans son appartement... Au travers d'une collection de près de 300 photographies en noir et blanc, Through a Different Lens présente les clichés de Stanley Kubrick alors jeune photographe de l'après-guerre. Ses images annonçaient déjà, à l’époque, son génie artistique avant-gardiste. Influencé par les polars de Hitchcock, Kubrick choquera plus tard son public avec des films polémiques tels qu’Orange Mécanique. Mais il aimait aussi la candeur du quotidien new-yorkais, avec des instants saisis sans filtre dans le métro, à l'université de Columbia ou lors d'un combat de boxe. 

 

Après avoir mis à l'honneur les plus beaux clichés du mannequin Naomi Campbell et livré une monographie entière sur les tirages du Japonais Issey Miyake, les éditions Taschen publient donc un recueil fascinant de photographies authentiques à la gloire de Stanley Kubrick. Car avant de marquer le cinéma de la seconde moitié du XXe siècle, le cinéaste américain aussi secret que controversé s'était passionné pour la photographie et avait exercé durant cinq ans le métier de reporter-photographe pour le magazine bimensuel Look, dont quelques rares pages test originales ont été intégrées dans Through a Different Lens. Le recueil accompagne une grande exposition consacrée à l'artiste au Museum of the City of New York, du 3 mai au 28 octobre.

 

Stanley Kubrick Photographs. Through a Different Lens, éd. Taschen, disponible sur www.taschen.com.