125

“Hi-Nikki”, le nouvel ouvrage évènement de Nobuyoshi Araki publié par la Fondation Cartier

 

Le photographe culte japonais Nobuyoshi Araki publie un nouveau recueil photographique intimiste aux Éditions Fondation Cartier pour l'art contemporain.

Marion Ottaviani

Toutes images : © Nobuyoshi Araki

Courtesy Taka Ishii Gallery

 

Après son importante rétrospective au musée Guimet achevée en septembre, Araki s'illustre une nouvelle fois à Paris via la sortie d'une nouvelle bible photographique. Fruit du lien solide établi entre le photographe et la Fondation Cartier pour l'art contemporain depuis son exposition Journal Intime de 1985, Hi-Nikki est l'illustration du concept de “faux journal intime” inventé par l'auteur dans les années 80. Celui-ci avait ainsi défini son travail intimiste parfois autobiographique, consistant à capturer le quotidien avec un regard brûlant, parfois voyeuriste et nourri par l'érotisme (on connait notamment ses clichés inspiré par le Kinbaku-bi, art du bondage japonais).

 

À l'occasion de son 30ème anniversaire célébré en 2014, le musée a donc proposé à l'artiste de prendre une photo par jour la poster sur le site internet de la Fondation. Totalement emporté par l'entreprise, Araki a fini par capturer plus de 1250 images durant l'année, résultant en un vaste kaléidoscope de sa vie mêlant instantanés des jours qui passent à Tokyo, natures mortes sensibles et portraits. Un travail titanesque qui s'infiltre au plus près de la vie personnelle du photographe de 75 ans, lequel signe ici un ouvrage indispensable à la compréhension de son œuvre fleuve. 

 

Hi-Nikki (non-diary diary), 696 pages, disponible dès maintenant aux Éditions Fondation Cartier pour l'art contemporain. 

 

Retrouvez notre article sur la collaboration Supreme x Nobuyoshi Araki

Mémoires de l’apartheid, l’Afrique du Sud de David Goldblatt
879

Mémoires de l’apartheid, l’Afrique du Sud de David Goldblatt

Photographie Depuis les années 50, le photographe sud-africain David Goldblatt raconte l’histoire complexe de son pays natal, entre portraits d’habitants et témoignage sur l’apartheid. Le Centre Pompidou célèbre son travail dans une rétrospective jusqu’au 13 mai.  Depuis les années 50, le photographe sud-africain David Goldblatt raconte l’histoire complexe de son pays natal, entre portraits d’habitants et témoignage sur l’apartheid. Le Centre Pompidou célèbre son travail dans une rétrospective jusqu’au 13 mai. 

Nobuyoshi Araki s’offre le musée du Sexe de New York
976

Nobuyoshi Araki s’offre le musée du Sexe de New York

Photographie Le sexe, la pornographie, la vie, la mort et les fleurs. Ce cocktail insensé a façonné l’œuvre de Nobuyoshi Araki durant sa longue carrière de photographe. Jusqu’au 31 août, l’artiste japonais s’offre le musée du Sexe de New York dans un rétrospective aussi trash que somptueuse. Le sexe, la pornographie, la vie, la mort et les fleurs. Ce cocktail insensé a façonné l’œuvre de Nobuyoshi Araki durant sa longue carrière de photographe. Jusqu’au 31 août, l’artiste japonais s’offre le musée du Sexe de New York dans un rétrospective aussi trash que somptueuse.

La Barbican Gallery célèbre les contre-cultures
978

La Barbican Gallery célèbre les contre-cultures

Photographie Des Teddy Boys londoniens aux prostitués transgenre du Chili, la Barbican Art Gallery de Londres met à l’honneur les contre-cultures, des années 50 à nos jours, dans son exposition Another Kind of Life : Photography on the Margins, du 28 février au 27 mai. Des Teddy Boys londoniens aux prostitués transgenre du Chili, la Barbican Art Gallery de Londres met à l’honneur les contre-cultures, des années 50 à nos jours, dans son exposition Another Kind of Life : Photography on the Margins, du 28 février au 27 mai.

Les dessous de la violence sous l’objectif de Susan Meiselas
332

Les dessous de la violence sous l’objectif de Susan Meiselas

Photographie Jusqu’au 20 mai prochain, le musée du Jeu de Paume célèbre la photojournaliste américaine Susan Meiselas dans une grande rétrospective. D’un Nicaragua en ébullition aux sinistres vérités de l’industrie du sexe, la photographe pose son regard sur divers visages de la violence. Jusqu’au 20 mai prochain, le musée du Jeu de Paume célèbre la photojournaliste américaine Susan Meiselas dans une grande rétrospective. D’un Nicaragua en ébullition aux sinistres vérités de l’industrie du sexe, la photographe pose son regard sur divers visages de la violence.

L’exposition “Margiela, les années Hermès” débarque à Paris
123

L’exposition “Margiela, les années Hermès” débarque à Paris

Mode Après le MoMu d’Anvers en 2017, la rétrospective consacrée aux incroyables années de Martin Margiela chez Hermès investit le musée des Arts décoratifs au mois de mars. Après le MoMu d’Anvers en 2017, la rétrospective consacrée aux incroyables années de Martin Margiela chez Hermès investit le musée des Arts décoratifs au mois de mars.

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition “Here we are” de Burberry
1

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition “Here we are” de Burberry

Photographie Exposition-hommage, état des lieux photographique, l’exposition “Here we are" curatée par Christopher Bailey, Alasdair McLellan et Lucy Kumara Moore, dresse le portrait de la société britannique moderne. Exposition-hommage, état des lieux photographique, l’exposition “Here we are" curatée par Christopher Bailey, Alasdair McLellan et Lucy Kumara Moore, dresse le portrait de la société britannique moderne.