Plongé dans un décor kitsch façon photo de classe, sur un fond drapé aux couleurs pastel, le rappeur estonien Tommy Cash exalte l'ecstasy (“molly”, dans le jargon underground anglais), twerke, et, comme à son habitude, provoque avec une imagerie insolite et obscène. Dressant visuellement le portrait de familles fictives totalement décalées, il incruste son visage sur des personnages à l'allure ringarde : des petites filles gymnastes, un couple de mariés, un punk à crête rouge, ou encore un nerd maquillé en Spider-Man.

 

Réalisé par Anna-Lisa Himma et Tommy Cash en personne, le clip s'inscrit dans la continuité de l'univers absurde et excentrique du rappeur estonien, repéré sur Internet en 2013. Tout autant que les morceaux Pussy Money Weed, Surf et Winaloto, sorti précédemment, Little Molly défie le monde de la trap d'aujourd'hui qu'il dit exécrer. Actuellement en pleine préparation d'un deuxième album, en collaboration avec le fondateur de PC Music A.G. Cook, le rappeur cultive le mystère, sans aucune annonce officielle sur la date de sortie de celui-ci.