659

“Tenue correcte exigée”, les excès de la mode exposés aux Arts décoratifs

 

Un parfum de scandale embaume les Arts décoratifs. Installée du 1er décembre au 23 avril, l’exposition “Tenue correcte exigée” épluche l’ensemble des transgressions stylistiques qui ont éclaboussé la société, du XVe siècle à nos jours.

Texte : Marion Ottaviani

Concours de maillots de bain, piscine Molitor, 1946, Micheline Bernardini en Bikini Louis Réard.

© AFP photo

 

En explorant l’histoire de la mode à travers les boutons dans Déboutonner la mode, puis en revenant sur trois siècles de création avec Fashion Forward, le musée des Arts décoratifs nous a habitués à des concepts détonants. À chaque exposition son approche ludique pour rafraîchir l’exercice et sortir des carcans académiques. Tenue correcte exigée s’incrit elle aussi dans cette lignée puisqu’elle retrace l’histoire des plus grandes transgressions stylistiques du XVe siècle à nos jours : minijupe, pantalon et smoking pour femmes, lingerie comme tenue de soirée… Autant de coups d’éclat sublimes, de Thierry Mugler à Yves Saint Laurent, qui ont modelé nos sociétés modernes et questionné les conventions sociales.

 

Apparemment léger, le sujet se révèle en réalité très dense et interroge le regard que nous portons sur l’autre, avec la notion de genre en tête. Jeanne d’Arc, condamnée en partie à cause de son habit masculin, les garçonnes en pantalon Chanel et les hommes en jupe de Jean Paul Gaultier ; tous ont aidé à redéfinir les lignes de conduite de la féminité et de la masculinité, les mettant sans cesse à l'épreuve. En plus de cette thématique brûlante, la styliste Constance Guisset explore à travers sa fourmillante scénographie les rapports entre le vêtement et la règle, et la dimension provocatrice des excès vestimentaires. Inspirant.

 

Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale, au musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli, Paris Ier, www.lesartsdecoratifs.fr

 

Walter Von Beirendonck, prêt-à-porter automne-hiver 1996-1997.

© Guy Marineau

Marlon Brando dans Un tramway nommé désir, 1951.

© Bridgeman images

Dior par John Galliano, Inspiration “sans-abris”, haute couture printemps-été 2000.

© Guy Marineau

Gabrielle Chanel et Serge Lifar, 1937.

© Jean Moral

La question est posée : portera-t-on la jupe-pantalon en 1911 ?

Carte postale, collection particulière

Le Grand Blond avec une chaussure noire, 1972, Mireille Darc portant une robe signée Guy Laroche appartenant au musée des Arts décoratifs, Paris.

© Bridgeman images

Cœurs brûlés, 1930.

Deutsche Kinemathek, Marlene Dietrich collection, Berlin, 1930

© Eugene Robert Richee

Yves Saint Laurent, smoking haute couture automne-hiver 1966.

Mannequin Ulla

© photo Gérard Pataa – Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent

Louis Vuitton dévoile le second chapitre de la collection Masters en collaboration avec Jeff Koons
3

Louis Vuitton dévoile le second chapitre de la collection Masters en collaboration avec Jeff Koons

Accessoires Après Léonard de Vinci, Van Gogh ou Fragonard, Jeff Koons convoque François Boucher, Paul Gauguin, Edouard Manet, Claude Monet, J. M. W. Turner et Nicolas Poussin sur les modèles phares de Louis Vuitton. Après Léonard de Vinci, Van Gogh ou Fragonard, Jeff Koons convoque François Boucher, Paul Gauguin, Edouard Manet, Claude Monet, J. M. W. Turner et Nicolas Poussin sur les modèles phares de Louis Vuitton.

L’incroyable relation d’Elsa Schiaparelli avec les artistes
1

L’incroyable relation d’Elsa Schiaparelli avec les artistes

Mode Man Ray, Jean Cocteau, Salvatore Dali ou Raoul Dufy, c'est entouré d'artistes reconnus et célébrés qu'Elsa Schiaparelli a construit sa maison de couture. Rizzoli revient sur ces relations exceptionnelles dans un ouvrage inédit.  Man Ray, Jean Cocteau, Salvatore Dali ou Raoul Dufy, c'est entouré d'artistes reconnus et célébrés qu'Elsa Schiaparelli a construit sa maison de couture. Rizzoli revient sur ces relations exceptionnelles dans un ouvrage inédit. 

Grace Wales Bonner, la relève de la création de mode interviewée par Hans Ulrich Obrist
222

Grace Wales Bonner, la relève de la création de mode interviewée par Hans Ulrich Obrist

Mode Elle incarne la relève de la création de mode. Couronnée du prix LVMH en 2016, Grace Wales Bonner, interviewée par le curateur Hans Ulrich Obrist, poursuit un travail ancré dans une démarche intellectuelle authentique qui croise des références européennes et africaines, et dépasse la question du genre.  Elle incarne la relève de la création de mode. Couronnée du prix LVMH en 2016, Grace Wales Bonner, interviewée par le curateur Hans Ulrich Obrist, poursuit un travail ancré dans une démarche intellectuelle authentique qui croise des références européennes et africaines, et dépasse la question du genre.