03 Mars

Odette, Copenhague et 24 : nos 3 nouvelles tables incontournables

 

Direction Odette, Copenhague et 24, 3 tables à la cuisine et au décor aussi élégants que la clientèle qui s’y presse.

Par Alexis Chenu

  • © Jérôme Galland
  • Odette

     

    L’ancien siège de la maison Céline a trouvé brillant successeur. Entre la Seine et les Halles, vit désormais l’Albart Hotel Paris Céline, cinq étoiles chic sous toutes les formes, et son restaurant pensé par Caroline et Sophie Rostang. Cantine au déjeuner des cadres de chez Vuitton, dont le quartier général est voisin, Odette affiche sa superbe d’une vague murale en bois roulant sur tous les pans, et s’accordant idéalement aux banquettes de cuir beige. Au brut du bois résonne ici l’éclat du cuivre, subtile en bordures de table ou en capitonnage de fauteuils. Une élégance allant de pair avec la clientèle, mode et business mélangée, comme avec la carte concoctée par Yannick Lahopgnou. Détox au petit-déjeuner avec ses jus pressés et œufs bio, cuisine de marché créative au déjeuner (tester les carottes rôties à la bergamote, cumin et noisettes) et de partage au dîner. Service cravaté à l’humour bien placé, et en plats phares : betterave crapaudine crue et cuite au craquant de sarrasin et royale de langoustine.

     

    25, rue du Pont Neuf, 1er. Ouvert du lundi au dimanche de 11h à 14h et de 20h à 22h. 01 44 88 92 78.

© Copenhague

Copenhague

 

S’aventurer quartier Champs-Elysées peut, étonnamment, réserver de bonnes surprises. Revu par le duo du design danois GanFratesi, la nouvelle table du Copenhague, institution de la Maison du Danemark est d’une beauté inouïe. Métamorphosé dans une palette de bleus intenses, du cuir et velours des banquettes aux nappes bleu profond griffées Raf Simons, le restaurant du nouveau chef danois en poste, Andreas Moller impose un style à la sérénité et au raffinement pur. Formé notamment au Standard à Copenhague, le jeune chef de 34 ans s’est mis en quête de sublimer le produit en conservant son expression la plus pure. Pari réussi. Aidé par un service en moustache parisienne et doux mots, la cuisine associée à la plus belle porcelaine, séduit dans un menu dégustation exquis, jouant sur les effets de texture et les associations inédites, ainsi du ris de veau à la fleur de sureau, du saumon, pomme et raifort et d’un dessert extra associant chou kale et chocolat blanc.

 

142, avenue des Champs-Elysées, 8ème. Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h et de 20h à 22h. 01 44 13 86 26.

© 24

Le 24

 

Rue Jean Mermoz, quartier du Palais de l’Elysée, la table du 24 a des airs d’appartement parisien. Un gris chiné sophistiqué électrisé par les peintures d’un rose flamboyant du calligraphe tunisien, Hosni Hertelli, œuvre déstructurant l’alphabet arabe et s’interrogeant sur la place du langage. Du genre confidentielle, mixant à ravir une clientèle d’habitués du quartier aux gens de la mode, de l’art et des affaires, le restaurant emmené par l’énergique Hakim Seghaier et son accolyte de chef Erwan Merdrignac (ex du Scribe et du Meurice période Yannick Alléno) soigne les détails (pain du boulanger voisin divin) et mise tout sur le produit. Cuisson millimétrée, jus révélant les saveurs, touche d’exotisme parfois, l’affaire est délicate, le goût glorifié. Réclamer en entrée les ravioles de bœuf et leur consommé estragon et racines, partir sur la bavette d’Aloyau au jus de cidre ou le ris de veau, ses pleurotes grises et sauce au vin du Jura et se laisser guider pour les vins, vignerons indépendants bien représentés.

 

24, rue Jean Mermoz, 8ème. Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h30 et de 20h à 22h. 01 42 25 24 24. 

 

À VOIR AUSSI : Quatre lieux healthy à découvrir absolument

 

SÉLECTION DE LA RÉDACTION : Le défilé Saint Laurent automne-hiver 2017-2018

NuméroNews